André Roussin

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Roussin.

Cet article est une ébauche concernant un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

André Roussin
André Roussin en 1949 (Studio Harcourt).
Fonctions
Président ou présidente
Société des auteurs et compositeurs dramatiques
-
Fauteuil 7 de l'Académie française
-
Pierre-Henri Simon
Jacqueline de Romilly
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Saint-Pierre de MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
André-Jean-Marie-Paul RoussinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
françaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
DramaturgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions
Œuvres principales

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

André Roussin est un acteur, metteur en scène et auteur dramatique français, né le à Marseille et mort le à Paris 2e[1].

Auteur de nombreuses pièces de théâtre à succès, André Roussin est à l'origine de la politique de décentralisation du théâtre français. Il dirige avec Benoît-Léon Deutsch le théâtre de la Madeleine de 1955 à 1965. Élu à l'Académie française en 1973, il a aussi été le président de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) de 1984 à 1986[2].

Traduites dans toutes les langues et jouées dans le monde entier, les pièces d'André Roussin ont dessiné les contours du théâtre français d'après-guerre, ayant pour interprètes les plus grands acteurs de son époque.

Biographie

Jeunesse et études

Né au 119 rue Paradis à Marseille, il est élevé à Saint-Barnabé dans une famille de la grande bourgeoisie marseillaise : son père, Joseph-André Honoré Louis Roussin (1877-1932), est assureur, sa mère, Félicité-Louise-Suzanne Gardair (1884-1976), est une des six filles d'un puissant industriel phocéen qui lui inspirera les pièces Le Tombeau d'Achille et La Sainte Famille.

Son père l'incite à étudier le droit après le baccalauréat bien qu'il soit conscient que cela ne correspond pas à ses aspirations : « Mon fils a une double ambition : être dernier de la classe et devenir Napoléon. Pour la première ambition je pense qu'il n' y aura aucun problème, pour la seconde je ne suis pas sûr de vivre jusqu'au sacre »[3]. Passionné par les arts (peinture, violon qu'il pratique pendant six ans), André Roussin montre très tôt son goût pour le théâtre, ce qui lui vaut le surnom de « Pagnolet », sobriquet donné lors de la représentation de la pièce Topaze de Marcel Pagnol en 1928 alors qu'il doit repasser son baccalauréat[4]. Il abandonne sa première année d'études de droit à l'insu de sa famille pour devenir brièvement journaliste au Petit Marseillais avant de se consacrer au théâtre.

Débuts

Sa famille prend conscience de son talent lorsqu'il parodie Le Misanthrope de Molière dans Les Fureurs d’Alceste, pièce qu'il écrit en alexandrins. Il entre en 1933 dans la Compagnie du rideau gris fondée par Louis Ducreux. Il participe à la direction de la troupe, tout en y étant acteur, jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La troupe vivant dans la précarité, les tournées s'arrêtent en 1936 ; il exerce alors les métiers de vendeur de pots de peinture, journaliste ou assureur.

Le dramaturge

La pièce Nina (1949), jouée par Mary Dresselhuys en 1950 aux Pays-Bas.

Durant la période de guerre, André Roussin écrit et produit grâce à un petit héritage, sa première pièce Am stram gram; comédie en trois actes avec dans le rôle principal Micheline Presle, jeune comédienne montante. D'abord présentée en zone libre en 1941 où elle obtient un triomphe, la pièce est ensuite montée à Paris en 1943 où elle connaît un succès honorable. En 1943, il écrit Une grande fille pour Madeleine Robinson avec qui il vit une histoire d'amour. En 1944, sa pièce Jean-Baptiste le mal-aimé, inspirée de la vie de Molière, essuie un échec critique et commercial[4].

C'est avec La Petite Hutte que Roussin assoit sa réputation. Adaptée d'une comédie, écrite et publiée en 1921 en catalan par l'écrivain Carles Soldevila (1892-1967), Civilitzats tanmateix (Pourtant civilisés)[5], la pièce est présentée d'abord à Bruxelles en octobre 1947 dans une mise en scène de l'auteur, qui y tient également un rôle aux côtés de Suzanne Flon et de Fernand Gravey. En décembre de la même année, la production est reprise au théâtre des Nouveautés à Paris où elle est jouée à 1 500 reprises.

Pendant les années qui suivent, les pièces de Roussin connaissent pour la plupart le succès. Ainsi Bobosse, créée en 1950 et que François Périer interprète plus de 1 500 fois. Lorsque l'enfant paraît, présentée au théâtre des Nouveautés en 1951 en remplacement de La Petite Hutte, connaît près de 1 600 représentations. Il entame également une collaboration fructueuse avec Elvire Popesco pour laquelle il écrit Nina (1949), La Mamma (1957), La Voyante (1963) et La Locomotive (1967). Bien que prisées par le public, ses pièces suivantes sont malmenées par une nouvelle génération de critiques adeptes de la politique instaurée à partir des années 1960 par André Malraux, ministre d'État chargé des Affaires culturelles.

Les sujets abordés par les comédies d'André Roussin débordent les arguments habituels du théâtre de boulevard pour aborder des sujets rarement exposés, où l'auteur fait valoir des vues remarquablement progressistes pour son époque. Ainsi Les Œufs de l'autruche évoque l'homosexualité, Lorsque l'enfant paraît aborde le thème de l'avortement, rarement traité dans le théâtre des années 1950. La volonté de coller aux évolutions des mœurs et de l'opinion l'a poussé à revoir et adapter certaines de ses pièces en en modifiant les textes ou les intrigues.

L'Académie française

André Roussin est élu à l'Académie française le , au fauteuil 7, succédant à Pierre-Henri Simon. Il avait déclaré avant son élection : « Si je suis élu, je serai immortel ; si je suis battu, je n'en mourrai pas »[réf. nécessaire]. Sa réception officielle a lieu le . Éreinté par la critique et son nouveau statut s'accordant mal à sa fantaisie débridée, sa production théâtrale décroît[4].

Vie privée

André Roussin épouse Marie Marguerite Henriette Lucienne Deluy (1903-1999) le à la mairie du XVIe arrondissement de Paris[6]. Le couple aura un fils : Jean-Marie.

Théâtre

En tant qu'auteur

Adaptations

En tant que metteur en scène

En tant qu'acteur

Filmographie

Écrits

  • 1953 : Patience et Impatiences (autobiographie), La Palatine
  • 1974 : La Boîte à couleurs (autobiographie)
  • 1982 : Le Rideau rouge, portraits et souvenirs (autobiographie)
  • 1983 : Rideau gris et habit vert (autobiographie)

Notes et références

  1. Relevé des fichiers de l'Insee
  2. « Les Présidents »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur sacd.fr (consulté le ).
  3. [1]|Le Septième Fauteuil de l’Académie française= Bibliothèque de l’Institut/| p.24|
  4. a b et c Danielle Mathieu Bouillon, « André Roussin, le géant des rideaux rouges ! », Canal Académie, 1er mai 2011.
  5. L'œuvre de Soldevila était connue en France, Adolphe de Faigairolle et Francesc Presas ayant publié une traduction en 1927 dans le magazine Candide.
  6. Acte n°1158 (vue 19/31), registre des mariages de l'année 1947 pour le 16e arrondissement, Archives numérisées de la Ville de Paris.

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AllMovie
    • Allociné
    • Filmportal
    • IMDb
  • Ressources relatives au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Archives suisses des arts de la scène
    • Les Archives du spectacle
    • Internet Broadway Database
  • Ressource relative à la littératureVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Académie française (membres)
  • Ressource relative à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Discogs
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Brockhaus
    • Den Store Danske Encyklopædi
    • Deutsche Biographie
    • Enciclopédia Itaú Cultural
    • Munzinger
    • Treccani
    • Universalis
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Italie
    • Belgique
    • Pays-Bas
    • Israël
    • NUKAT
    • Tchéquie
    • Grèce
    • WorldCat
Voir ce modèle.
Précédé par Suivi par
Pierre-Henri Simon
André Roussin
1973-1988
Jacqueline de Romilly
v · m
Composition de l'Académie française au jour de son élection (12 avril 1973)
Par numéro
de fauteuil
Par date
d'élection
v · m
Composition de l'Académie française au jour de sa mort (3 novembre 1987)
Par numéro
de fauteuil
Par date
d'élection
  • icône décorative Portail de la littérature française
  • icône décorative Portail du théâtre
  • icône décorative Portail de l’humour
  • icône décorative Portail de Marseille
  • icône décorative Portail de l’Académie française