Rock psychédélique

Rock psychédélique
Détails
Origines stylistiques
Rock, blues rock, folk rock, garage rock, pop baroque
Origines culturelles
1964 ; États-Unis
Instruments typiques
Guitare, basse, batterie, orgue Hammond, sitar, mellotron, synthétiseur, thérémine
Popularité
Mondiale, surtout dans les années 1960 ; fortement underground (même si de nombreux groupes se sont popularisés)
Scènes régionales
Royaume-Uni
Genres dérivés
Hard rock, glam rock, heavy metal, krautrock, rock progressif, stoner rock, neo-psychedelia, shoegazing
Genres associés

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Le rock psychédélique est un genre musical ayant émergé dans les années 1960, en lien avec la contre-culture hippie et le Summer of Love, et influencé par la prise de psychotropes, notamment le LSD (qui donne également naissance à l'acid rock).

Ce mouvement est caractérisé par une construction rythmique peu complexe et hypnotique, des mélodies répétitives et pénétrantes, des solos instrumentaux longs et tortueux, modelés d'effets sonores tels que la distorsion, le phaser ou le flanger, le tout dans des pièces généralement longues. Ce concept se propage à des degrés divers dans plusieurs styles musicaux du rock mais aussi dans d'autres milieux comme la musique soul. Il forme avec la pop psychédélique et la trance psychédélique l'une des branches musicales majeures du psychédélisme.

Le rock psychédélique invoque trois effets principaux du LSD : la dépersonnalisation, la déchronisation et la dynamisation.

Histoire

Années 1960

Les membres du groupe texan 13th Floor Elevators, sont les premiers à définir leur musique comme étant du « rock psychédélique »[1],[2]. Dès , ils impriment une carte de visite à leur nom et portant la mention de rock psychédélique[3]. Le voit aussi la première parution du terme dans un journal dans un article sur le groupe. Leur album, The Psychedelic Sounds of the 13th Floor Elevators, est l'un des premiers, avec ceux de The Deep et Blues Magoos, à porter le mot psychedelic dans leur titre[4].

Ce style était particulièrement caractéristique des groupes américains de Californie, tels que Grateful Dead, Quicksilver Messenger Service, Tommy James and the Shondells, Jefferson Airplane, et aussi les Seeds, Love et Spirit avec son album Twelve Dreams of Doctor Sardonicus[5]. Des formations de blues rock, comme Jimi Hendrix (avec sa chanson Purple Haze) et les Doors subissent l'influence du mouvement et ont contribué à son succès (The End, When The Music's Over)[6]. Des formations moins connues sont apparues dans d'autres régions des États-Unis, comme Bubble Puppy au Texas, Vanilla Fudge et The Third Bardo à New York. Le premier disque de Frank Zappa, Freak Out!, sorti en 1966, est fortement imprégné du concept « psyché », le morceau Trouble Every Day étant un modèle du genre[7]. Les Byrds participeront au genre avec le titre Eight Miles High et l'album Fifth Dimension.

L'influence psychédélique s'est également fait sentir dans la musique « noire », et le célèbre label Motown sous l'impulsion du producteur Norman Whitfield, donne naissance entre autres aux succès Ball of Confusion et Psychedelic Shack, joués par les Temptations. À la fin de la décennie, des groupes plus électriques apparentés au heavy metal, Blue Cheer, les Stooges, le MC5, Grand Funk Railroad, et surtout Iron Butterfly, connu pour son morceau In-A-Gadda-Da-Vida, donnèrent un nouveau terrain d'expression à l'esprit psychédélique.

Au Royaume-Uni, la « révolution » psychédélique s'est produite plus tard, mais son impact n'en a pas été moins significatif sur la scène rock. D'abord Pink Floyd avec leur premier album The Piper at the Gates of Dawn, presque entièrement composé par Syd Barrett, l'un des précurseurs de la musique psychédélique, ainsi que des artistes confirmés comme Eric Burdon des Animals, The Who, les Beatles (Revolver) et même les Rolling Stones (Their Satanic Majesties Request) ont composé nombre de chansons aux accents psychédéliques. De même Led Zeppelin révolutionne le psychédélisme en introduisant dans ses chansons (surtout Dazed and Confused et Whole Lotta Love) un interlude très spécial.

Pour les Beatles, cette influence est déjà nettement perceptible dans des chansons comme Tomorrow Never Knows, Doctor Robert, She Said She Said, I'm Only Sleeping, sur l'album Revolver (1966), ainsi que dans plusieurs chansons de Sgt Pepper, comme Lucy in the Sky with Diamonds. Sur l'album Magical Mystery Tour, cette influence est prépondérante avec I Am the Walrus et le titre Blue Jay Way (écrit et composé par George Harrison, qui était le membre du groupe le plus ancré dans l'atmosphère psychédélique), dans lequel on peut entendre des voix et chœurs vaporeux, presque murmurés, une batterie « floue » et des tonalités très orientales. Le montage Revolution 9 publié sur le disque The Beatles et les deux chansons composées par Harrison sur la trame sonore du film Yellow Submarine (Only a Northern Song et It's All Too Much) en sont d'autres exemples frappants.

En ce qui concerne les Rolling Stones, même si l'influence psychédélique se ressent dans plusieurs morceaux du début de leur carrière, le groupe a créé tout un album que l'on peut qualifier de psychédélique : Their Satanic Majesties Request (1967), avec des morceaux typiques tels que Citadel, 2000 Light Years from Home et, plus connu, She's a Rainbow.

Pourtant, ni The Animals, The Who, les Beatles et les Rolling Stones ne peuvent être classés comme groupes psychédéliques. La musique de Cream et de Pink Floyd à ses débuts est beaucoup plus représentative du mouvement psychédélique britannique. C'est cependant avec The Deviants, Hawkwind et les Pink Fairies que le concept s'implanta en Grande-Bretagne. L'influence du mouvement psychédélique se fait également sentir sur le rock progressif britannique qui en recycla certaines recettes pour en faire des produits plus alambiqués (Pink Floyd, Yes). En Allemagne, il n'y a pas eu de véritables groupes psychédéliques, mais la musique d'Amon Düül et de Can comporte une forte composante psychédélique.

Depuis les années 1970

Bob Dylan et Allen Ginsberg en 1975.

Issu de la scène punk rock et psychédélique de New York et associé plus tard aux mouvements post-punk et new wave, le groupe Talking Heads existe entre 1974 et 1991 et notamment joué au CBGB aux côtés de groupes tels que les Ramones, Television ou Patti Smith. Plusieurs groupes post-punk se sont inspirés du rock psychédélique. Dans les années 1980, Teardrop Explodes, Siouxsie and the Banshees et Echo and the Bunnymen sortent des albums marqués par cette période. Les musiciens de XTC publient des disques sous le pseudonyme, The Dukes of Stratosphear.

Dans les années 1990, le groupe Kula Shaker joue une musique psychédélique d'influence indienne à l'image de leur album Peasant, Pigs and Astronauts. D'autres formations, Ozric Tentacles ou les Gallois de Gorky's Zygotic Mynci continuent à perpétuer ce style en faisant référence à leurs précurseurs des années 1960, comme Steve Hillage et Gong, également classés dans le genre musical space rock. Il est important de rappeler le mouvement néo-psychédélique Paisley Underground, apparu à Los Angeles dans les années 1980. Parmi les groupes les plus représentatifs, on trouvait Dream Syndicate, The Three O'Clock, Green On Red, The Bangles, The Long Ryders. Ainsi que le mouvement garage punk rock psyché minimaliste d'aujourd'hui avec des groupes comme The Magnetix, Demon's Claw, The Weakends, Jack of Heart, The Phonics-o, King khan and the BBQ, The Lamps, The intelligence, The intellectuals, Fleur, Big Love and the Heartbreaker, The Remembers, Sex beet, Trou profond, The GIF, Rescue Boys, etc.

Les membres du groupe britannique Anomie se réclament du style garage psychédélique de par leurs influences musicales, Pink Floyd et Hawkwind. En fait, certaines musiques électroniques actuelles, de type techno ambient ou trance comme la trance Goa, auraient été classées dans le mouvement psychédéliques si elles étaient apparues avant les années 1990. Citons également les Smashing Pumpkins, qui ont fusionné psychédélisme et heavy metal, pour devenir un groupe de rock alternatif à succès des années 1990. En Angleterre, Spiritualized et Lupine Howl continuent de porter le flambeau. Au début des années 1990 apparait aux États-Unis un nouveau style largement influencé par le rock psychédélique et la marijuana : le stoner rock, composé de riffs à la fois lourds, répétitifs, et mélodiques, agrémenté de solos hypnotiques. Incarné dans ses débuts par le groupe Kyuss, la sortie de leur album Blues for the Red Sun sera une source d'inspiration pour nombre de nouveaux groupes.

En Asie, le groupe de rock psychédélique le plus connu reste les Sanulrim, groupe de rock Sud-coréen, certainement le seul à faire des tournées mondiales et à remplir des stades.

Le psychédélisme est une composante très importante de la musique du groupe d'Anton Newcombe, The Brian Jonestown Massacre, ainsi que dans le son de ses amis, proches ou ex-membres, Black Rebel Motorcycle Club, The Warlocks, The Dandy Warhols, The Quarter After, The Asteroid no 4, The Black Angels, etc.

Dans les années 2000, plusieurs artistes revendiquent appartenir à ce style ou présentent des influences.

Caractéristiques

Le rock psychédélique incorpore de nouveaux effets sonores électroniques et des effets d'enregistrement, des solos prolongés et de l'improvisation[8]. Les caractéristiques mentionnées en relation avec le genre incluent des guitares électriques, souvent utilisées avec des unités d'effets feedback, le wah-wah et la fuzzbox[8], certains effets de studio (principalement dans le psychédélisme britannique), tels que les bandes à l'envers, le panoramique, le phaser, les longues boucles de retard et la réverbération[9],[10], et des éléments de musique indienne et d'autres musiques orientales, y compris les modalités du Moyen-Orient[11],[12].

Le genre use d'éléments de free jazz[11] et d'une forte présence au clavier, en particulier les orgues électroniques, les clavecins ou le Mellotron (un des premiers échantillonneurs à bande)[13]. Les instruments sont non occidentaux (en particulier dans le psychédélisme britannique), en particulier ceux utilisés à l'origine dans la musique classique indienne, tels que le sitar, le tambura et le tabla[9]. Les segments instrumentaux sont étendus, en particulier ceux des solos de guitare ou des jams[14].

Les structures de chant sont disjonctives, changements occasionnels de tonalité et de signature rythmique, mélodies modales et bourdons[14]. Les instruments électroniques comme les synthétiseurs et le thérémine[15]. Les paroles font directement ou indirectement référence à des drogues hallucinogènes[16]. Ces paroles sont surréalistes, fantaisistes, ésotériques ou d'inspiration littéraire avec (en particulier dans le psychédélisme britannique) des références à l'enfance[17],[18],[19]. Elles traient aussi de l'antiquité de l'ère victorienne (exclusive au psychédélisme britannique), s'inspirant d'éléments tels que les boîtes à musique, la nostalgie du music-hall et les sons du cirque[9].

Les termes acid rock et rock psychédélique sont utilisés en 1966 pour décrire la nouvelle musique influencée par la drogue et étaient largement utilisés en 1967[20]. Les deux termes sont souvent utilisés de manière interchangeable, cependant l'acid rock peut être distingué comme une variation plus extrême et plus lourde[21],[16],[22].

Notes et références

  1. (en) « Psychedelic rock | music », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  2. (en-GB) Dorian Lynskey, « Roky Erickson: The man who went too high », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Drummond, Paul. Eye Mind: The Saga of Roky Erickson and The 13th Floor Elevators.
  4. (en) Mitchell K. Hall, The Emergence of Rock and Roll : Music and the Rise of American Youth Culture, Routledge, , 222 p. (ISBN 978-1-135-05357-4, lire en ligne)
  5. Hicks 2000, p. 63–66.
  6. (en) « The Psychedelic Debut of Jimi Hendrix », sur NPR.org (consulté le )
  7. (en) Freak Out! : The Mothers of Invention, Frank Zappa | Songs, Reviews, Credits | AllMusic (lire en ligne)
  8. a et b Pete Prown et Harvey P. Newquist, Legends of Rock Guitar: The Essential Reference of Rock's Greatest Guitarists, Hal Leonard Corporation, (ISBN 9780793540426, lire en ligne), p. 48
  9. a b et c Prendergast 2003, p. 25–26.
  10. Ron Moy, Popular music genres : an introduction, (ISBN 978-1-4744-2876-7 et 1-4744-2876-2, OCLC 1145341424, lire en ligne)
  11. a et b « Pop/Rock » Psychedelic/Garage », AllMusic (consulté le )
  12. Romanowski et George-Warren 1995, p. 797.
  13. David W. Marshall, Mass market medieval : essays on the Middle Ages in popular culture, McFarland & Co, (ISBN 978-0-7864-2922-6 et 0-7864-2922-4, OCLC 80019827, lire en ligne)
  14. a et b Hicks 2000, p. 64–66.
  15. DeRogatis 2003, p. 230.
  16. a et b Nagelberg 2001, p. 8.
  17. Bogdanov, Woodstra et Erlewine 2002, p. 1322–1323.
  18. Gordon Thompson, Please please me : sixties British pop, inside out, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-971555-8, 0-19-971555-6 et 0-19-533318-7, OCLC 299159930, lire en ligne)
  19. Pinch et Trocco 2009, p. 289.
  20. DeRogatis 2003, p. 8–9.
  21. (en) Time Inc, LIFE, Time Inc, (lire en ligne)
  22. Eric v.d. Luft, Die at the right time! : a subjective cultural history of the American sixties, (ISBN 978-0-9655179-2-8 et 0-9655179-2-6, OCLC 769119142, lire en ligne), p. 173

Bibliographie

  • (en) Jonathan Bellman, The Exotic in Western Music, Lebanon, NH, University Press of New England, (ISBN 1-55553-319-1)
  • (en) Graham Bennett, Soft Machine: Out-bloody-rageous, SAF, (ISBN 978-0946719846)
  • (en) All Music Guide to Rock: The Definitive Guide to Rock, Pop, and Soul, Backbeat Books, (ISBN 978-0-87930-653-3)
  • (en) Mark Brend, Strange Sounds: Offbeat Instruments and Sonic Experiments in Pop, Hal Leonard Corporation, (ISBN 9780879308551, lire en ligne)
  • (en) Jan Butler, The Routledge Companion to Music and Visual Culture, New York, NY, Routledge, (ISBN 978-0-415-62925-6, lire en ligne), « Album Art and Posters: The Psychedelic Interplay of Rock Art and Art Rock »
  • (en) Peter Ames Carlin, Catch a Wave: The Rise, Fall, and Redemption of the Beach Boys' Brian Wilson, Rodale, (ISBN 978-1-59486-320-2, lire en ligne)
  • (en) George Case, Out of Our Heads: Rock 'n' Roll Before the Drugs Wore Off, Milwaukee, WI, Backbeat Books, (ISBN 978-0-87930-967-1, lire en ligne)
  • (en) Jim DeRogatis, Turn on Your Mind: Four Decades of Great Psychedelic Rock, Milwaukee, WI, Hal Leonard, (ISBN 978-0-634-05548-5, lire en ligne)
  • (en) William Echard, Psychedelic Popular Music: A History through Musical Topic Theory, Bloomington, IN, Indiana University Press, (ISBN 978-0-253-02659-0, lire en ligne)
  • (en) John Gilliland, « The Acid Test: Psychedelics and a sub-culture emerge in San Francisco » [audio], The Pop Chronicles,
  • (en) Mitchell K. Hall, The Emergence of Rock and Roll: Music and the Rise of American Youth Culture, New York, NY, Routledge, (ISBN 978-1135053581)
  • (en) Michael Hicks, Sixties Rock: Garage, Psychedelic, and Other Satisfactions, Urbana, IL, University of Illinois Press, (ISBN 978-0-252-06915-4, lire en ligne)
  • (en) Frank Hoffmann, Encyclopedia of Recorded Sound, Routledge, (ISBN 978-1-135-94950-1, lire en ligne)
  • (en) Frank Hoffmann, Chronology of American Popular Music, 1900-2000, Routledge, (ISBN 978-1-135-86886-4, lire en ligne)
  • (en) Frank W. Hoffmann et William G. Bailey, Arts & Entertainment Fads, Binghamton, NY, The Haworth Press, (ISBN 0-86656-881-6, lire en ligne)
  • (en) Andrew Grant Jackson, 1965: The Most Revolutionary Year in Music, New York, NY, Thomas Dunne Books, (ISBN 978-1-250-05962-8)
  • (en) Philip Lambert, Inside the Music of Brian Wilson: The Songs, Sounds, and Influences of the Beach Boys' Founding Genius, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-1-4411-0748-0)
  • (en) Tom Larson, History of Rock and Roll, Kendall Hunt, (ISBN 9780787299699, lire en ligne)
  • Peter Lavezzoli, The Dawn of Indian Music in the West, New York, NY, Continuum, (ISBN 0-8264-2819-3)
  • (en) Shawn Levy, Ready, Steady, Go!: Swinging London and the Invention of Cool, London, Fourth Estate, (ISBN 978-1-84115-226-4)
  • (en) Edward Macan, Rocking the Classics: English Progressive Rock and the Counterculture, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-509887-7, lire en ligne Inscription nécessaire)
  • (en) Ian MacDonald, Revolution in the Head: The Beatles' Records and the Sixties, London, Pimlico, (ISBN 978-0-7126-6697-8)
  • (en) Kevin T. McEneaney, Tom Wolfe's America: Heroes, Pranksters, and Fools, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-36545-4, lire en ligne)
  • (en) Barry Miles, Hippie, Sterling, (ISBN 978-1-4027-2873-0, lire en ligne)
  • (en) Kenneth M. Nagelberg, The Guide to United States Popular Culture, Madison, WI, University of Wisconsin Press, (ISBN 978-0-87972821-2), « Acid Rock »
  • (en) Charles Perry, The Haight-Ashbury: A History, New York, NY, Random House/Rolling Stone Press, (ISBN 978-0-39441098-2, lire en ligne)
  • (en) Simon Philo, British Invasion: The Crosscurrents of Musical Influence, Lanham, MD, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-0-8108-8627-8, lire en ligne)
  • (en) Trevor Pinch et Frank Trocco, Analog Days: The Invention and Impact of the Moog Synthesizer, Cambridge, MA, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-04216-2, lire en ligne)
  • (en) Martin Power, Hot Hired Guitar: The Life of Jeff Beck, London, Omnibus Press, (ISBN 978-1-84938-869-6)
  • (en) Mark Prendergast, The Ambient Century: From Mahler to Moby – The Evolution of Sound in the Electronic Age, New York, NY, Bloomsbury, (ISBN 1-58234-323-3, lire en ligne)
  • (en) Pete Prown et Harvey P. Newquist, Legends of Rock Guitar: The Essential Reference of Rock's Greatest Guitarists, Hal Leonard, (ISBN 978-0-7935-4042-6, lire en ligne)
  • (en) Russell Reising, 'Every Sound There Is': The Beatles' Revolver and the Transformation of Rock and Roll, Farnham, UK, Ashgate Publishing, (ISBN 978-0-7546-0557-7, lire en ligne), « Introduction: 'Of the beginning' »
  • (en) Russell Reising et Jim LeBlanc, The Cambridge Companion to the Beatles, Cambridge, UK, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-68976-2), « Magical Mystery Tours, and Other Trips: Yellow submarines, newspaper taxis, and the Beatles' psychedelic years »
  • (en) The New Rolling Stone Encyclopedia of Rock & Roll, New York, NY, Fireside/Rolling Stone Press, (ISBN 0-684-81044-1)
  • (en) Greg Russo, Yardbirds: The Ultimate Rave-Up, Floral Park, NY, Crossfire Publications, (ISBN 978-0-9791845-7-4)
  • (en) Jon Savage, 1966: The Year the Decade Exploded, London, Faber & Faber, (ISBN 978-0-571-27763-6)
  • (en) Arnold Shaw, The Rock Revolution, New York, NY, Crowell-Collier Press, (ISBN 9780027824001, lire en ligne)
  • (en) David Simonelli, Working Class Heroes: Rock Music and British Society in the 1960s and 1970s, Lanham, MD, Lexington Books, (ISBN 978-0739170519, lire en ligne)
  • (en) Chris Smith, 101 Albums That Changed Popular Music, New York, NY, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-537371-4)
  • (en) Steve Turner, Beatles '66: The Revolutionary Year, New York, NY, Ecco, (ISBN 978-0-06-247558-9)
  • (en) Richie Unterberger, « Psychedelic Rock », dans Vladimir Bogdanov, Chris Woodstra et Stephen Thomas Erlewine, All Music Guide to Rock: The Definitive Guide to Rock, Pop, and Soul, San Francisco, CA, 3e, (ISBN 978-0879306533)
  • (en) Richie Unterberger, Eight Miles High: Folk-Rock's Flight from Haight-Ashbury to Woodstock, San Francisco, CA, Backbeat Books, (ISBN 0-87930-743-9, lire en ligne).
v · m
Genres
Par pays/langue
Europe
Amérique du Nord
Amérique du Sud
Moyen-Orient
Asie
Océanie
Afrique
Autres
v · m
Par décennie
Avant 1950
Années 1960
Années 1970
Années 1980
Années 1990
Années 2000
Années 2010
Années 2020
Liste
  • icône décorative Portail du rock
  • icône décorative Portail de la musique électronique