Samba rock

Wikipédia:Articles de qualité

Vous lisez un « article de qualité » labellisé en 2023.

Samba rock
Description de cette image, également commentée ci-après
Max de Castro en 2008.
Données clés
Origines stylistiques Rock brésilien, samba, rock psychédélique, rock 'n' roll, bossa nova, bebop, jazz, soul
Origines culturelles Fin des années 1960 à São Paulo
Instruments typiques Guitare électrique, cavaquinho, guitare basse, batterie, trombone, trompette, flute, clarinette
Popularité Élevée au Brésil

modifier Consultez la documentation du modèle

La[a] samba rock ou samba-rock (également connue comme samba soul ou confondue avec la samba funk voire la sambalanço) est une culture de danse et un sous-genre musical brésilien qui fusionnent la samba avec le rock, la soul et le funk. Elle est née des soirées dansantes des communautés noires des classes inférieures de São Paulo après leur exposition au rock 'n' roll et à la musique afro-américaine à la fin des années 1950.

En tant que développement de la musique populaire brésilienne des années 1960, le genre est lancé par des artistes tels que Jorge Ben, Tim Maia et le Trio Mocotó. Il atteint son apogée lors des années 1970, après avoir fait son entrée dans les discothèques.

Dans les années 2000, la samba rock devient un mouvement culturel plus large impliquant des danseurs, des disc-jockeys, des universitaires et des musiciens, qui ont réinventé le genre sous une forme modernisée.

Jorge Ben Jor, Erasmo Carlos, Bedeu, Bebeto, Trio Mocotó et Clube do Balanço sont quelques-uns des principaux représentants de ce style.

Définition : fusion des rythmes

Au tournant des années 1960 et 1970, le Brésil voit se définir un nouveau genre musical, basé sur la fusion des bases rythmiques et thématiques de la samba avec un discours et une musicalité directement absorbés par la musique noire américaine. Depuis quelque temps déjà, des musiciens de différentes tendances, liés aux influences de la culture internationale, dialoguent, créant de nouveaux rythmes basés sur la fusion de la matrice commune de l'archi-genre qu'est la samba avec le jazz, le rock et la musique soul[b]. Parallèlement à ce scénario musical, de nouvelles expériences interprétatives sont développées à São Paulo par des Afro-Brésiliens de la banlieue, qui ont créé les premiers pas d'une danse mêlant des influences chorégraphiques du rockabilly américain (dérivé du lindy hop) et le battement de la mesure de la samba. Cette nouvelle danse s'appelle samba rock, ce qui finit par définir aussi une nouvelle façon de faire de la musique, un nouveau genre musical[5].

Techniquement, dans les compositions samba rock, on réalise un déplacement de l'accentuation rythmique, dont la mesure binaire à
de la samba est adaptée à la mesure quaternaire
de la musique rock ou soul, en utilisant également des cuivres importés de groupes américains de soul et de funk[6].

« Lorsque j'ai inventé ce rythme, je l'ai appelé « sacundin sacunden »[c], puis, à l'époque de la Jovem Guarda[d], il est devenu « jovem samba »[e] et, plus tard, « sambalanço »[f]. »

— Jorge Ben Jor[7]

« En ce qui concerne mon style musical, quand j'ai commencé, il y avait ce qu'on appelait le « nouveau schéma ». Mon premier album a été enregistré avec un groupe de jazz parce que les gens de la samba eux-mêmes ne la lisaient[g] pas. Et un groupe de jazz a réussi à en faire une lecture (type samba), de ma première œuvre.

J'ai ensuite traversé plusieurs phases. Il y a eu la phase rock de la Jovem Guarda, puis une autre phase avec le tropicalisme. Et le mélange avec la samba carioca (de Rio de Janeiro), le maracatu de Recife et l'afoxé de Bahia. »

— Jorge Ben Jor[9]

Structurellement, c'est le nom donné à la samba exécutée à la guitare électrique, dans le style popularisé par plusieurs artistes, dont l'icône était Jorge Ben Jor[10], même s'il n'aime pas le terme[11]. Dans plusieurs régions du pays, des artistes ont développé des chansons en parallèle dans le but de mélanger la samba avec le rock et la soul. À Porto Alegre, on l'appelait autrefois « swinging »[12] ; « samba-rock » était plus utilisé à São Paulo tandis qu'à Rio de Janeiro, des expressions telles que « sambalanço » et, plus tard, « samba-soul » étaient plus récurrentes. Malgré les différents accents musicaux, la matrice fusion a toujours été maintenue, avec la modulation rythmique classique du rock 'n' roll, composée de batterie, basse, guitare et claviers, articulée au rythme de la samba à travers le violão, la cuíca, le pandeiro et la timbal[13].

« En Europe, c'est tout ce qui compte. Les DJ deviennent fous — ils disent que nous avons trop de groove. Mais ce qu'ils appellent groove aujourd'hui, nous l'appelions suingue. »

— João Parahyba, membre du Trio Mocotó[14].

Histoire

Origines à la fin des années 1950

Photographie d'une rue. Des voitures sont stationnées à côté des trottoirs.
Une rue de la favéla d'Heliópolis à São Paulo.

Les origines du samba rock se trouvent dans les favelas à prédominance noire de São Paulo à la fin des années 1950, lorsque la radio et les salles de danse brésiliennes sont touchées par la diffusion mondiale du rock 'n' roll et du rockabilly américains et de la musique afro-américaine associée comme le blues et le jazz. Sa première incarnation est un phénomène de danse qui se manifeste lors de fêtes de quartier communautaires qui commencent à jouer ces styles aux côtés de la musique traditionnelle de la samba et du boléro. Ces soirées sont par la suite déplacées dans des salles plus grandes animées par des disc-jockeys[13],[15].

Le premier DJ de samba-rock connu, Osvaldo Pereira, connu sous son nom de scène « Orquestra Invisível Let’s Dance », fait ses débuts en 1958 dans le centre-ville de São Paulo. « Les fêtes ont commencé à devenir bondées et les salles des fêtes ont commencé à s'agrandir », raconte Pereira. « Ensuite, j'ai pensé à construire mon propre matériel, qui devait être puissant et fidèle au son des orchestres live. » Ses premiers équipements comprennent un système audio de 100 watts doté d'une version rudimentaire d'un crossover, qui permet à Pereira de contrôler les fréquences de la musique[13].

Culture de la danse

Article connexe : Rock brésilien.

Ainsi, en raison de l'éclectisme de la sélection musicale, des danses émergent à São Paulo et se font connaître sous le nom de danses samba-rock[15]. Des artistes tels que Djalma de Andrade, mieux connu sous le nom de Bola Sete[16], Waldir Calmon et le groupe Bolão e Seu Roquetes, fusionnent déjà la samba avec le rock et se font connaître dès les premiers bals de São Paulo[5],[17].

Photographie en noir et blanc, une femme est debout à gauche et à droite un homme est légèrement accroupi. La femme est vêtue d'une robe et l'homme d'un pantalon et d'une chemise.
Jackson do Pandeiro et Almira Castilho en 1956.

Lors des premières soirées samba-rock, les DJ jouent de la musique de différents genres, notamment les sambas du genre partido-alto et le rock italien, tandis que les participants se réunissent par paires et se livrent au rock 'n' roll (Lindy hop, rockabilly) et aux danses de samba (samba de gafieira). En 1957, le pianiste brésilien Waldir Calmon enregistre une version samba de Rock Around the Clock de Bill Haley, qui marque un tournant ; selon la journaliste brésilienne Beatriz Miranda, « progressivement, les fêtards ont transformé tous les mouvements de rock et de samba en un seul style de danse, nommé plus tard samba rock »[13].

En 1959, Jackson do Pandeiro enregistre Chiclete com Banana[18],[h] de Gordurinha et Almira Castilho, l'épouse de Jackson. Cette composition, qui fait une allusion critique à l'invasion américaine de la musique brésilienne en 1959, est classée « samba-coco »[20].

Les danses de samba rock honorent un échange entre la musique originale et une variété d'autres styles, selon Mestre Ataliba, l'un des premiers professeurs de danse samba rock de São Paulo. « En ce qui concerne la danse, la samba rock est à la fois une question de relaxation et de concentration », a-t-il déclaré. « Il mélange le ginga[i] africain, présent au niveau des pieds et des hanches, et la référence européenne de l'étiquette de salon. On peut le danser au son de Rita Pavone, du pagode, du reggae, du R&B. Il embrasse vraiment toutes les cultures musicales »[13].

Développement musical dans les années 1960

Un contexte fertile

Photographie en noir et blanc. Quatre hommes joues d'un instrument de musique différents.
Jorge Ben et le Trio Mocotó en 1971.

Le genre samba rock se développe dans les années 1960 avec des musiciens brésiliens populaires qui fusionnent la samba avec des influences américaines de rock, de soul et de funk[22],[23]. Ce développement se produit parallèlement au mouvement artistique Tropicália au sein de la música popular brasileira (MPB) du milieu des années 1960, qui lui-même est en train de moderniser les rythmes traditionnels de la bossa nova avec des influences d'autres sons pop rock brésiliens et internationaux[24].

Contrairement aux petites scènes de bossa nova de Beco das Garrafas[j] où la musique est là pour être écoutée et où il y a à peine de la place pour pratiquer la danse de salon, de grandes boîtes de nuit émergent et servent de scène à la définition de ces nouveaux genres. Marquant une plus grande séparation avec la bossa nova, elles sont basées sur la performance de l'organiste Ed Lincoln, la guitare syncopée de Durval Ferreira, le « roi des danses », et d'Orlandivo (appelé « le sambista de la clé », car il utilise un porte-clés comme accompagnement percussif), entre autres, qui crée ce qu'on appelle la sambalanço. Tous ces musiciens vivent ensemble et se produisent au Beco das Garrafas, où João Meirelles, instrumentiste considéré comme le créateur de la samba jazz avec son groupe Copa 5, pratique un style musical aux influences du bebop de Sonny Rollins et du cool jazz de Stan Getz, mêlé à des rythmes de samba[k],[24],[26].

João Meirelles arrange et joue sur les premiers disques d'un jeune chanteur de Beco das Garrafas[l], encore inconnu, qui fait ses premiers pas de carrière de crooner : Jorge Ben, jouant un mélange de samba-enredo, bossa nova, baião et rock[27]. Ce dernier, Trio Mocotó et Tim Maia sont considérés comme les pionniers de la samba rock, Ben ayant même le surnom de « père de la samba rock »[28],[22],[13].

Impact de Jorge Ben dans le développement du genre

Photographie en noir et blanc d'un homme assis qui joue de la guitare.
Jorge Ben Jor en 1972.

Ce dernier se produit lors de fêtes entre amis, jusqu'à ce qu'il commence à chanter professionnellement. En 1963, il est engagé par le label Philips et sort son premier 78 tours qui connaît un grand succès. Cette année-là également, le premier LP, Samba schema novo, et le second, Sacudin Ben Samba, sont sortis et connaissent à leur tour un certain succès. Autodidacte, Ben ne peut imiter la technique raffinée des musiciens de bossa-nova et finit par développer une façon originale de jouer de la guitare, basée sur un rythme inhabituel mêlant le rock au style intime de son idole, João Gilberto[27]. En 1966, Roberto et Erasmo Carlos composent Toque o Balanço, une sambalanço enregistré par Elza Soares[29].

Jorge Ben se produit à la fois sur O Fino da Bossa (présenté par Elis Regina et Jair Rodrigues), un programme lié à la musique traditionnelle brésilienne, et pour la Jovem Guarda[d], un programme de musique pour les jeunes. Après un ultimatum de la production d'O Fino da Bossa, il préfère se consacrer à Jovem Guarda, bien que les deux aient été diffusés sur Rede Record. Il existe un préjugé de la part des artistes MPB envers la Jovem Guarda, au point qu'une « Marche contre la guitare électrique »[m] est organisée. Quelque temps plus tard, Elis Regina enregistre des chansons de Jorge, Roberto et Erasmus. En 1967, Jorge Ben sort O Bidú: Silêncio no Brooklin, faisant une collaboration avec Erasmo sur le titre Menina Gata Augusta, titre qui fait référence au quartier de São Paulo où Jorge et Erasmo partagent un appartement. Le groupe The Fevers enregistre la partie instrumentale de l'album, que Jorge définit comme un style de « jovem samba » (samba jeune)[7],[36]. L'année suivante, Jorge quitte Jovem Guarda (qui se terminera également la même année) et rejoint le programme Divino, Maravilhoso sur TV Tupi, présenté par Caetano Veloso et Gilberto Gil. Tous deux ont fondé Tropicália[9], un mouvement qui mélange la musique brésilienne avec des guitares rock psychédéliques. Le groupe Os Mutantes, également lié au tropicalisme, enregistre A Minha Menina de Jorge Ben sur leur premier album[7] ; Roberto Carlos sort en 1969 O Inimitable, dont l'influence de la musique soul se fait sentir dans des morceaux tels que Se Você Pensa et Ciúme de Você[37],[38] ; cette dernière est composé par Luiz Ayrão (pt) comme un samba-rock inspiré par Jorge Ben[37]. Erasmo enregistre son premier samba-rock, Coqueiro verde ; bien que la paternité soit attribuée à un partenariat avec Carlos, l'album n'a été composé que par lui[39].

Photographie en noir et blanc de trois hommes assis. L'homme du milieu est assis sur un canapé, une femme est assise sur le dessus de ce meuble et est penchée vers lui.
Roberto Carlos, Erasmo Carlos et Wanderléa lors de l'enregistrement du film Roberto Carlos e o Diamante Cor de Rosa (1970).

La musique ancienne de Jorge Ben contribue de manière significative à l'identité rythmique du genre. S'éloignant des influences musicales européennes de la bossa nova, le chanteur s'inspire des styles afro-américains, tels que le jazz, le rythm and blues, et finalement la soul, le funk et le rock, pour développer un rythme unique, qu'il appele « sacundim sacundem »[c],[40]. Stylistiquement, Ben combine la samba avec des instruments et des éléments du rock 'n' roll, notamment la guitare électrique, la batterie et la réverbération[23]. Selon Jacob McKean du magazine Impose, « le son lourd de big band » sur la chanson Take It Easy My Brother Charles (extrait de l'album éponyme de Ben de 1969) est un élément clé du genre[41]. Son album de 1970 Fôrça Bruta, enregistré avec le Trio Mocotó, est également pionnier du samba rock dans sa fusion de l'accompagnement groove du groupe et des rythmes plus rock de la guitare de Ben[42]. Leurs configurations instrumentales au cours des années 1970 comprennent souvent la guitare, le pandeiro et le timbal, un tambour traditionnel[13].

De nombreux autres musiciens imitent et développent ensuite le style de Ben[23]. Si leur son devient reconnu sous le nom de samba rock, on l'appelle également « samba soul », « samba funk » et « sambalanço » (un mot-valise mélangeant samba et balanço, signifiant swing ou beat en portugais)[23],[43],[44]. Le genre est défini par la batterie, la guitare basse, le clavier, les cuivres, un groove puissant et le tumxicutumxicutum, une onomatopée faisant référence au rythme distinctif du samba rock. Selon Marco Mattoli, chanteur et guitariste du groupe Clube do Balanço, « la chanson doit toujours être agréable à danser, sinon elle n'a aucun sens. Elle limite le processus de composition, mais crée une identité culturelle pour notre groupe. Aujourd'hui, on ne peut plus le voir comme du rock, de la samba, de la soul ou du funk. La samba rock est devenue une chose originale »[13].

Photographie en noir et blanc d'un homme assis qui joue de la guitare.
Tim Maia au Teatro Opinião en 1972.

Tim Maia revient des États-Unis avec des influences soul et funk. Il est enregistrée par Eduardo Araújo, Erasmo Carlos, Roberto Carlos et Elis Regina. Après quelques disques, il enregistre son premier album en 1970. Bien qu'il apporte des rythmes importés, Maia les fusionne avec la samba, baião, xote et bossa nova, enregistrement avec le groupe Os Diagonais, composé de Genival et Camarão Cassiano, ainsi qu'Amaro[45]. Un autre artiste connu pour ses fusions rythmiques est Wilson Simonal : dans les années 1950, il est présenté par Carlos Imperial (pt) comme le « Harry Belafonte brésilien », une référence au chanteur américain de calypso, un style afro-caribéen. Dans les années 1960, il chante de la samba, de la bossa nova et du jazz, jusqu'à ce qu'il se lance dans le style connu sous le nom de Pilantragem, un mélange de rock, de soul et de samba. Simonal enregistre également plusieurs chansons de Jorge Ben et fait une tournée funk[46]. Le groupe de samba Os Originais do Samba[47] enregistre des chansons de Jorge Ben comme Cadê Tereza (1969) et Trata Fé Pois Ajante Um Lindo Dia Vai Nascer (1971) ; le groupe est également connu pour avoir révélé Antônio Carlos Bernardes Gomes, le « Mussum », qui participe par ailleurs à l'émission humoristique Os Trapalhões[48].

Grande popularité dans les années 1970

La samba rock atteint le grand public à la fin des années 1960. Elle devient plus populaire dans les années 1970 et 1980, notamment dans les discothèques[23].

En 1970, Jorge Ben rejoint le Trio Mocotó et l'année suivante, le groupe sort son premier album, Muita Zorra!, un LP avec des tubes samba-rock et deux chansons de Roberto et Erasmo Carlos (Coqueiro Verde et O Sorriso de Narinha, composés spécialement pour le groupe). La même année, le maestro Érlon Chaves (pt) et le groupe Veneno défendent Eu Quero Mocotó, une chanson de Jorge Ben, au Ve Festival international de la Chanson, sur Rede Globo[7]. Aux côtés du Trio Ternura, Toni Tornado (pt) interprète et défend la chanson BR-3, lauréate du festival. Comme Tim Maia, Tornado a vécu un certain temps aux États-Unis[49] et a reçu une influence soul et funk[50]. En 1971, Dom Salvador dirige le groupe Abolição, faisant des fusions de soul, funk, samba et baião[51] ; la même année, il participe à l'enregistrement de Jesus Cristo[52], une chanson religieuse de Roberto Carlos avec une forte influence de la soul[39]. Jorge Ben, le Trio Mocotó et d'autres artistes de la scène musicale noire de São Paulo sont ainsi mis en lumière, même si aucun d'entre eux ne se déclare officiellement comme étant un artiste de samba rock. Les chansons de Ben en particulier deviennent des favoris durables lors des soirées traditionnelles de samba rock[13].

Ce genre est également présent dans l'œuvre du Trio Esperança et de Miguel de Deus[53], ancien membre du groupe tropicaliste Os Brazões[54].

Photographie en noir et blanc de sept personnes (cinq hommes et deux femmes) debout devant un mur en parpaing dont un homme torse nu à gauche tient dans chacune de ses mains un maraca. Au milieu se trouve deux femmes, l'une a une casserole sur la tête et l'autre tient à deux mains un maraca.
Novos Baianos en 1972.

Dans les années 1970, d'autres expériences sont faites : en 1972, Novos Baianos sort l'album acclamé Acabou Chorare, promouvant une fusion de samba, de baião et de rock psychédélique[55]. Ironiquement, suivant la suggestion de João Gilberto, l'album s'ouvre sur une version de Brésil Pandeiro par Assis Valente[56]. En 1974, sous le nom de Julinho da Adelaide, Chico Buarque sort une chanson mêlant rock et samba, Jorge Maravilha[57] ; en 1976, le groupe Lee Jackson enregistre des reprises de classiques du rock avec un rythme de samba[58].

La musique disco, également importée des États-Unis et destinée aux pistes de danse des clubs, trouve un terrain fertile au Brésil. Fusionnant des ingrédients issus de la soul, du funk et de la musique latine, le disco ouvre la voie au succès du genre et à la fièvre disco, qui se répand dans le monde entier. La diva disco brésilienne, Lady Zu (pt) (Zuleide Santos da Silva), de São Paulo, perce avec la chanson A Noite Vai Chegar en 1977, qui se vend à des milliers d'exemplaires[52]. Zu est aussi une adepte des fusions, le revendiquant dans la chanson Hora de União : « c'est au tour de la samba-soul »[59]. Tim Maia se lance également dans le genre en sortant Tim Maia Disco Club, accompagné de Banda Black Rio ; l'album reprend l'un des plus grands succès du chanteur, la chanson Sossego[60].

Malgré une certaine adhésion, le genre est accusé de faire de l'ombre au travail des artistes brésiliens de samba-rock et de funk :

« Nous avons été envahis par la fièvre du disco. Au début des années 1970, il y avait de la musique live partout, et de grands groupes jouaient — Tamba Trio, Banda Black Rio, tout le monde faisait de la musique pour danser en direct. Puis le disco est arrivé, tout est devenu mécanique, il n'y avait plus besoin de groupes […] le swing est passé de mode. À tel point que lorsque nous avons recommencé à jouer, personne n'avait la moindre référence au Trio Mocotó. Ils pensaient que nous étions un groupe de forró. »

— João Parahyba[14]

« Tout allait bien dans les années 1970, jusqu'à ce que Travolta arrive avec ce piripipi qu'est le disco. Les danses soul ont pris fin, la musique noire a pris fin et, avec elle, moi aussi. »

— Gerson King Combo[61]

Au cours des années suivantes, la samba rock passe d'un phénomène de danse et d'un style musical à un mouvement culturel complexe, impliquant des musiciens, des producteurs, des DJ, des danseurs, des artistes visuels et des universitaires. Les soirées finissent par inclure des big bands et du hip hop, aux côtés de la musique samba[13].

Modernisation au XXIe siècle

Au début des années 2000, le genre est remodelé sous une forme plus modernisée avec des échantillons électroniques, s'éloignant de la configuration traditionnelle de la musique des années 1970 de Ben et Trio Mocotó. Cette forme plus récente est caractérisée par les groupes Sandália de Prata et Clube do Balanço, qui ont d'abord joué dans les quartiers bourgeois de São Paulo[13]. La nouvelle vague d'artistes crée délibérément une musique adaptée aux danses samba-rock[62]. En 2001, Universal Music Brasil capitalise sur cette résurgence du samba rock avec la série de rééditions « Samba Soul », rééditant des albums de Ben et d'autres artistes du style des années 1970[63]. Ben, qui se produit encore à cette époque, est reconnu par Time Out comme un « maestro vieillissant », représentant du contingent « favela samba rock » de la scène MPB contemporaine[64].

Samba Rock Samba (2006), un exemple de samba rock moderne, par Ruy Humberto da Silva Camargo.

Les équipes de samba-rock (groupes de danseurs amateurs et professionnels qui répètent ensemble des chorégraphies) sont à l'avant-garde du mouvement. C'est au sein de ces initiatives qu'émergent de nouveaux pas, transitions, variations ; c'est là que la samba-rock en tant que danse se renouvelle sans cesse. Parmi les plus traditionnelles figurent les Discípulos de Jorge Ben Jor (São Paulo) et Sambarockano (Guarulhos)[5].

Il existe également des professionnels de renom qui portent la culture samba-rock à la télévision, tels que les professeurs Moskito, Anna Paula, Marquinhos Penteado, Camila Camargo, Bruno Magnata, Fabiana Moura, entre autres grandes icônes culturelles. Le 5 décembre 2015, le 1er Congrès de Samba Rock dans l'État de São Paulo est créé par Bruno Magnata, qui invite les maestros Guedes et Leonardo Cordeiro à organiser un tel événement[65].

Perspectives d'avenir et postérité

La modernisation de la samba rock voit son intégration dans les programmes des académies de danse, les cours de gymnastique, les productions de fêtes, les collectifs de danse et d'autres événements[13],[62]. Les formes de danse samba-rock du passé sont revisitées dans les années 2000 par la culture noire brésilienne et les clubs de danse, ainsi que par des groupes de hip-hop brésiliens tels que Soul Sisters[66]. La culture samba-rock fait par ailleurs l'objet de débats autour de l'égalité des sexes. En 2016, le projet « Samba Rock Mulheres », dirigé par la professeure de danse Camila Camargo, est créé pour contribuer à l'appréciation et au développement des femmes dans la samba-rock, avec la proposition de sauver, développer et renforcer le rôle des femmes au sein du mouvement comme la danse et la culture de São Paulo, les femmes étant marginalisées en tant que danseuses d'accompagnement des stars à prédominance masculine lors des événements de danse[13].

Photographie en couleur d'un homme assis qui joue de la guitare.
Marco Mattoli du groupe Clube do Balanço en 2009.

En 2010, trois personnalités associées au mouvement samba-rock — le danseur Jorge Yoshida, le musicien Marco Mattoli et le producteur Nego Júnior — lancent une campagne populaire pour que la samba rock soit enregistrée comme patrimoine culturel de São Paulo. La campagne attire finalement la participation de divers artistes, groupes musicaux, producteurs, dirigeants politiques et citoyens de São Paulo, et est renouvelée en 2015[5],[67]. Cette avancée, une fois réalisée, incluerait la samba-rock, représenté par l'Apeesp (Association des promoteurs d'événements de l'État de São Paulo), parmi les candidats aux incitations matérielles de la mairie, à la fois sous la forme de fonds pour l'organisation d'événements et par l'utilisation de l'équipement de la mairie pour les organiser[68]. En avril 2016, une loi promulguée par l'Assemblée législative de São Paulo a établi le 31 août comme Journée de la Samba-Rock[69], en l'honneur du jour de naissance de Jackson do Pandeiro[70]. En novembre 2016, le Conseil municipal de préservation historique, culturelle et environnementale de la ville de São Paulo déclare la samba rock patrimoine culturel de la municipalité[62].

En décembre 2019, Erasmo sort l'album Quem Foi Que Disse Que Eu Não Do Samba…, dédié aux chansons de samba, de sambalanço[29] et de samba rock composées tout au long de sa carrière[71],[72].

Musique, bals et mouvement social

Tradition des bals à São Paulo les premiers DJ

Dans les années 1950, les meilleures salles de bal sont réparties dans le centre et le sud de São Paulo et sont animées par de grands orchestres célèbres. Le prix élevé des billets et les préjugés raciaux empêchent le public noir d'accéder à ces bals. À cette époque, les équipements de sonorisation Hi-fi existent déjà, et le prix des disques devient également un peu plus abordable. Frustré comme tant d'autres de ne pas pouvoir fréquenter les grandes salles, Osvaldo Pereira, technicien en électronique et vendeur de disques, construit en 1959 une sonorisation d'un peu plus d'une centaine de watts de puissance et décide d'organiser une soirée dansante dans un lieu chic de la ville, mais sans orchestre. Il crée ainsi l'Orquestra Invisível Let's Dance et devient le premier DJ enregistré au Brésil[73],[74].

L’émergence des équipes de bal

Touchant un public de plus en plus large, y compris dans d'autres États, ces soirées se professionnalisent et, au milieu des années 1970, de grandes équipes d'ingénieurs du son (ou equipes de baile « équipes de bal », ainsi qu'on les appelait à São Paulo) voient le jour, comme celles de Zimbabwe et Chic Show, à São Paulo[74].

À Rio de Janeiro, entre autres, les maisons de production Soul Grand Prix de Dom Filó, Cash Box et Furacão 2000, notamment, sont créées. Les équipes investissent dans la sonorisation et la promotion, introduisant de nouvelles musiques dans les bals et organisant même de grands concerts avec des artistes célèbres lors de soirées pouvant réunir 80 000 personnes. Les bals black sont responsables de l’application directe des idéaux du Black Power dans la vie quotidienne de milliers de jeunes Noirs dans les villes brésiliennes. C’est la représentation de toute une culture musicale noire parallèle qui n’a pas atteint les grands médias et qui commence, à partir de ce moment, à s’infiltrer dans les goûts du public consommateur brésilien[75].

Un homme en débardeur bleu joue de la guitare.
Bebeto en 2012.

La mobilisation autour d’une conscience raciale déguisée en amusement finit par donner naissance à un mouvement, attirant l’attention des médias. La presse, constatant l'effervescence du mouvement qui mobilise des milliers de jeunes noirs et pauvres, baptise le phénomène « Black Rio »[75]. Les soirées en banlieue et dans la zone sud ont été responsables de l'énorme taux de vente des disques noirs, dépassant même le rock des Rolling Stones ou de Led Zeppelin[76]. Les participants à ces soirées sont considérés comme un énorme marché potentiel. Initialement, des compilations sortent avec les principaux succès des bals — beaucoup d'entre elles ont été signées par les équipes sonores et les plus prestigieux DJ tels que Tony Hits (pt)[77] — et de nouveaux artistes nationaux qui chantaient de la musique soul commencent à émerger, comme Banda Black Rio, formé par des membres du groupe Abolição. Créé à la demande du label WEA en 1977, le groupe approfondit les expérimentations sonores autour d'un son instrumental mêlant la samba au funk américain[52],[75]. Le rythme atteint son apogée dans les années 1970 et 1980, lors des bals black de banlieue. À São Paulo, ceux-ci bourdonnent également au son du samba-rock, avec des noms tels que le Trio Mocotó, Copa 7, Luís Vagner (qui faisait partie du groupe iê-iê-iê Os Brasas, honoré par Jorge Ben avec la chanson Luiz Vagner Guitarreiro) et Branca di Neve (mort en 1989)[5],[7],[74],[78].

Elle atteint sa plus grande force avec les compositeurs Bebeto, Bedeu et Luís Vagner, qui peuvent être considérés comme les véritables représentants de cette musique[78],[79]. Dans les années 1980, Vagner ajoute le reggae jamaïcain à son mélange rythmique[80].

Le déclin des grands bals

Photographie en couleur d'un groupe musical composé de quatre hommes dont deux guitaristes (un à gauche de l'image et l'autre à droite). Deux hommes sont au milieu dont un batteur. En arrière plan quatre projecteurs diffusent une lumière mauve.
Concert d'Os Paralamas do Sucesso à Brasilia en octobre 2008.

Souffrant d'innombrables critiques, le mouvement black se refroidit progressivement. En pleine dictature militaire, avec son projet d'intégration nationale, le discours officiel ne peut concevoir l'idée d'un Noir brésilien ayant sa propre identité culturelle et ses propres problèmes sociaux. La répression mise en œuvre par le régime militaire en vigueur dans le pays — qui voit dans les grands bals noirs de périphérie une possibilité de subversion —, le boom de la disco[81] et l'affirmation des grands noms de la MPB (en tant que représentants supposément authentiques de la culture populaire) transforment le marché musical brésilien. La MPB vient occuper l'espace de l'industrie musicale auparavant réservé à la soul et au samba-rock, contribuant ainsi au déclin du mouvement musical black brésilien au début des années 1980[74].

La samba-rock reste pratiquement hors du radar des médias pendant les années 1980 et 1990, mais ne disparaît pas ; elle est toujours jouée aux bals des faubourgs[74]. Dans la banlieue de São Paulo, tout au long des années 1990, les bals continuent à jouer des chansons anciennes, qui apparaissaient ici et là dans des compilations piratées vendues dans les magasins du centre-ville. La samba-rock influence des artistes du pagode tels que Só Pra Contrariar (pt)[82], Art Popular (pt) (dans la chanson Agamamou), Molejo (Samba Rock do Molejão)[7] et Waguinho (pt) (avec le réenregistrement de Kid Brilhantina de Bedeu)[83]. La samba-rock peut également être retrouvée chez différents artistes tels que la chanteuse de Rio de Janeiro Fernanda Abreu[84], le groupe Os Paralamas do Sucesso[85], le groupe mangue beat Mundo Livre S/A (pt)[86],[87], le groupe du Minas Gerais Skank[88], le groupe de Rio Pedro Luís e a Parede[89],[90], le groupe de rock gaúcho Ultramen (pt)[91] et le groupe du Paraná Machete Bomb[92].

Résurgence

Portrait mi-hauteur en couleur d'un homme aux longs cheveux qui joue de la guitare.
Seu Jorge en 2006.

À partir de 2000, la samba-rock revient dans les médias et conquiert de nouveaux publics au sein des circuits universitaires. Le DJ Alex Cecci ramène la samba-rock dans les clubs[93]. Des artistes tels que Seu Jorge[94], Clube do Balanço[95],[18],[5],[87] Farufyno[67], Sambasonics[96], Paula Lima (pt)[5],[97], Max de Castro (pt) et Wilson Simoninha (pt) (fils de Wilson Simonal)[95], João Sabiá (pt)[98], Rogê[99], Fino Coletivo (pt)[100] et Funk Como Le Gusta (pt) contribuent au renouvellement du genre[101]. Le label Universal Music Brasil, à travers un projet de Charles Gavin (pt), réédite 4 albums de Jorge Ben Jor[18].

Au milieu des années 2000 et au début des années 2010, des groupes estampillés rock-samba, comme Sambô, Bamboa, le bloc Sargento Pimenta, Maison Oba Oba Samba, émergent et jouent des reprises de chansons rock avec un rythme samba[102],[103],[104].

Portrait mi-hauteur en couleur d'une chanteuse. De sa main droite elle tient un micro.
Paula Lima (pt) en 2014.

En 2014, Alexandre Carlo, chanteur du groupe de reggae Natiruts, sort son premier album solo, Quartz, inspiré de la soul et de la samba rock[105].

En 2016, le groupe Sambô s'approche à nouveau du genre en enregistrant des chansons de Jorge Ben Jor et Tim Maia avec Wilson Simoninha[106].

L'auteur-compositeur-interprète Armandinho (pt), également associé au reggae[107], enregistre deux chansons avec une influence samba rock : Menina do Verão (2016)[108], avec Bebeto, et Mas Eu Gosto Dela (2021)[109].

Une nouvelle identité née de la mixité

Traversant — dans les deux sens — la ligne de démarcation entre samba et rock, l’évolution de ce nouveau genre peut être considérée comme une phase de transition et de renouveau de la samba. La création du samba-rock a été une stratégie d'interaction entre les groupes sociaux populaires et les nouvelles tendances culturelles mondiales, et son appropriation a été générée par une restructuration des réceptions, avec une négociation créative entre locaux et étrangers, reflétant les nouvelles tendances dans les conditions de reconnaissance par un nouveau jeune public noir, qui cherchait à définir son identité dans ce contexte de mondialisation culturelle[17].

Notes et références

Notes

  1. En portugais, le terme samba est un nom masculin, et ses sous-genres sont également accordés au masculin. Néanmoins, la samba s'est fait connaître en France — et donc en français — comme danse avant d'être reconnue comme un genre musical à part entière[1]. Même si certains puristes[2],[3] préfèrent conserver le masculin, l'usage général[1] ainsi que les définitions des dictionnaires français[4] privilégient l'utilisation du genre féminin. C'est ce genre qui a donc été privilégié dans cet article.
  2. À l'origine, la musique soul était une version laïque du gospel américain, avant de devenir la principale forme de musique afro-américaine dans les années 1960 et 1970.
  3. a et b Note de traduction : ces deux mots sont dérivés du verbe sacudir, qui veut dire « secouer ».
  4. a et b La Jovem Guarda est un mouvement culturel brésilien apparu au milieu des années 1960, mêlant musique, comportement et mode, ce qui se traduit par un style ou un genre musical, une façon de se comporter et de s'habiller[30],[31]. Ses principales influences sont le rock 'n' roll de la fin des années 1950 et du début des années 1960 et la soul de Motown[32].
  5. Note de traduction : jovem samba signifie « jeune samba ».
  6. La sambalanço, un sous-genre de la samba, est un mot-valise qui combine samba et balanço, le swing.
  7. Note de traduction : ici, « lire » signifie « exécuter un morceau de musique en lisant la partition pour la première fois, sans étude préalable »[8].
  8. « Je ne mettrai du bebop dans ma samba que lorsque l'oncle Sam jouera du tambourin, qu'il prendra le pandeiro et la zabumba, qu'il apprendra que la samba n'est pas de la rumba, que je mélangerai Miami et Copacabana, que je mélangerai du chiclé et de la banane, et que ma samba sera comme ça, c'est de la samba-rock, mon frère. », dans Chiclete com banana / Forró de Surubim, disque de 1959, Columbia 78. Citation originale : « Eu só boto bee-bop no meu samba/ Quando o Tio Sam tocar num tamborim/ Quando ele pegar no pandeiro e na zabumba/ Quando ele aprender que o samba não é rumba/ Aí eu vou misturar Miami com Copacabana/ Chiclete eu misturo com banana/ E o meu samba vai ficar assim./ É o samba-rock meu irmão[19]. »
  9. Note de traduction : le mot ginga désigne une « manière caractéristique de bouger le corps qui peut dénoter la sensualité, la malice, la dextérité »[21].
  10. Le Beco das Garrafas est une impasse du quartier de Copacabana à Rio de Janeiro où, en 1961, plusieurs petites boîtes de nuit ont vu le jour et la bossa nova s'est épanouie. Le nom Beco das Garrafas (allée des bouteilles) vient du fait qu'à l'époque, les habitants du quartier jetaient des bouteilles dans l'allée en raison de l'intense activité musicale qui y régnait[25].
  11. Parmi les précurseurs du cool jazz figurent Miles Davis et Lester Young qui, à la fin des années 1940, ont développé un style de jazz plus introspectif et cérébral. Le cool est né en réaction au bebop, dont le rythme est plein de syncope et de figures complexes. Ses plus grands représentants sont Charlie Parker et Dizzy Gillespie.
  12. Le Beco das Garrafas est une impasse du quartier de Copacabana à Rio de Janeiro où, en 1961, plusieurs petites boîtes de nuit ont vu le jour et la bossa nova s'est épanouie. Le nom Beco das Garrafas (allée des bouteilles) vient du fait qu'à l'époque, les habitants du quartier jetaient des bouteilles dans l'allée en raison de l'intense activité musicale qui y régnait[25].
  13. La Marcha contra a Guitarra Elétrica (pt) (Marche contre la guitare électrique), également appelée Passeata da MPB (Marche de la MPB) est un mouvement qui s'est déroulé en 1967, dirigé par Elis Regina et accompagné par des artistes de la MPB (Música Popular Brasileira), dans le but de défendre la musique nationale contre l'invasion de la musique internationale[33],[34]. Ce mouvement tire son nom du fait que, pour les partisans de cette marche, la musique faite au Brésil doit être purement brésilienne, et que l'utilisation de la guitare électrique revient à « américaniser » la musique brésilienne. Avec le slogan « Défendons ce qui nous appartient », la manifestation a eu lieu le à São Paulo[35].

Références

  1. a et b Carlos Sandroni, « La samba à Rio de Janeiro et le paradigme de l’Estácio », Cahiers d’ethnomusicologie, no 10,‎ , note 1 (lire en ligne).
  2. « Définition de Samba », sur musicmot.com (consulté le ).
  3. « Genre grammatical du mot samba », sur sambistas.online.fr (consulté le ).
  4. Voir les définitions de la « samba » du Larousse, du Robert, du Centre national de ressources textuelles et lexicales et de l'Académie française.
  5. a b c d e f et g (pt) Marcio Barbosa, « Por que Samba-Rock? », sur revistaraca.com.br, Raça Brasil, (consulté le ).
  6. (pt) Arthur Rosenblat Nestrovski, Música popular brasileira hoje, Sao Paulo, Publifolha, coll. « Folha explica » (no 50), , 314 p. (ISBN 9788574024059), p. 142.
  7. a b c d e et f (pt) Silvio Essinger, « Samba-Rock », sur cliquemusic.uol.com.br, Cliquemusic (consulté le ).
  8. (pt) « Entrée de leitura, aception « Leitura à primeira vista : 1 Mús. » », sur aulete.com.br, Dictionnaire Aulete Digital (consulté le ).
  9. a et b (pt) « Estilo esquema novo », sur uol.com.br, UOL (consulté le ).
  10. Souza 2003, p. 301.
  11. (pt) Pedro Alexandre Sanches, « O Homem Patropi », Revista Trip, Trip Editora e Propaganda, no 183,‎ , p. 15-26 (ISSN 1414-350X, lire en ligne).
  12. (pt) « Livro conta a história do samba-rock e do suíngue... gaúchos! », sur odia.ig.com.br, (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j k l et m Miranda 2018.
  14. a et b (pt) « Trio Mocotó: samba-rock de volta para o futuro », sur cliquemusic.uol.com.br, Cliquemusic (consulté le ).
  15. a et b (pt) « Orquestra invisível », sur super.abril.com.br, Super interesante, (consulté le ).
  16. (pt) « Bola Sete », sur dicionariompb.com.br, Dicionário Cravo Albin da Música Popular Brasileira, (consulté le ).
  17. a et b Oliveira 2007.
  18. a b et c (pt) « Os alquimistas estão chegando », sur istoe.com.br, ISTOÉ Independente, (consulté le ).
  19. (pt) « Paroles de la chanson Chiclete com banana », sur vagalume.com.br (consulté le ).
  20. (pt) « Altamira Castilho », sur dicionariompb.com.br, Dicionário Cravo Albin da Música Popular Brasileira (consulté le ).
  21. (pt) « Définition de ginga », sur aulete.com.br, Aulete Digital (consulté le ).
  22. a et b Katsnelson 2009, p. 192.
  23. a b c d et e McCann 2004, p. 73.
  24. a et b Katsnelson 2009, p. 191-192.
  25. a et b (pt) « A Bossa Nova e Beco das Garrafas em Copacabana », sur riodejaneiroaqui.com (consulté le ).
  26. (pt) « J. T. Meirelles », sur dicionariompb.com.br, Dicionário Cravo Albin da Música Popular Brasileira (consulté le ).
  27. a et b (pt) « Jorge Ben Jor », sur rodaviva.fapesp.br, Fapesp, Roda Viva, (consulté le ).
  28. Hermes 2002, p. 135.
  29. a et b (pt) Pedro Alexandre Sanches, « Erasmo Carlos: Quem Foi Que Disse Que Eu Não Faço Samba… », sur farofafa.cartacapital.com.br, Carta Capital, (consulté le ).
  30. (pt) Lyvia de Souza Gomes, Questões Linguístico-culturais, ideológicas e tradutórias no contexto da Jovem Guarda (licence en Lettres), Juiz de Fora, Universidade Federal de Juiz de Fora, (lire en ligne [PDF]).
  31. (pt) Adriana Mattos de Oliveira, A Jovem Guarda e a indústria cultural : análise da relação entre o movimento Jovem Guarda, a indústria cultural e a recepção de seu público (thèse de maîtrise), Niterói, Universidade Federal Fluminense, .
  32. (pt) Fernando Rosa, « Os brotos comandam », sur super.abril.com.br, Super Interesante, (consulté le ).
  33. (pt) Guilherme Silva, « Cantar em inglês é proibido num país que ainda vive sob o medo da guitarra elétrica », sur musicnonstop.uol.com.br, (consulté le ).
  34. (pt) « Os 50 anos da Marcha Contra a Guitarra Elétrica », sur revistaforum.com.br, Forum, (consulté le ).
  35. (pt) Lourdes Nassif, « A Passeata da MPB, em 1967, contra a guitarra elétrica », sur jornalggn.com.br, GGN, (consulté le ).
  36. (pt) Pedro Alexandre Sanches, « Jorge Ben Jor, o homen patropi », sur revistatrip.uol.com.br, Trip, (consulté le ).
  37. a et b (pt) « Especial O Rei dá samba: Da bossa ao iê-iê-iê », sur odia.ig.com.br, O Dia, (consulté le ).
  38. (pt) Pedro Alexandre Sanches, « A discografia de Roberto Carlos, álbum por álbum », sur ultimosegundo.ig.com.br, Ultimo Segundo, (consulté le ).
  39. a et b (pt) Paulo Cesar de Araújo, Roberto Carlos em Detalhes, Editora Planeta, , 502 p. (ISBN 9788576652281), p. 228.
  40. Nestrovski 2002, p. 141-2.
  41. McKean 2008.
  42. Parahyba 2005.
  43. Nestrovski 2002, p. 142.
  44. Castro 2003, p. 202.
  45. (pt) Nelson Motta, Vale Tudo : O Som e a Fúria de Tim Maia, Editora Objetivax, (ISBN 9788539000807), p. 145.
  46. (pt) Ricardo Alexandre, Nem vem que não tem : A vida e o veneno de Wilson Simonal, Globo Livros, (ISBN 9788525006653), p. 92-94.
  47. (pt) « Originais do Samba no SESI São José dos Campos », sur saojosedoscampos.sesisp.org.br, SESI - São José dos Campos (consulté le ).
  48. (pt) Jose Teles, « Os Originais do Samba tem obra relançada nas plataformas digitais », sur jc.ne10.uol.com.br, JC, (consulté le ).
  49. (pt) « Aos 84 anos, Tony Tornado fala da luta contra a ditadura e da sua carreira », sur correiobraziliense.com.br, Correio Braziliense, (consulté le ).
  50. (pt) Zuza Homem de Mello, A era dos festivais : uma parábola, Sao Paulo, Editora 34, , 536 p. (ISBN 9788573262728, lire en ligne), p. 203.
  51. (pt) Matthew Kassel, « Dom Salvador, o pianista que inventou o samba funk e o Brasil esqueceu », sur entretenimento.uol.com.br, UOL, (consulté le ).
  52. a b et c (pt) Silvio Essinger, « Soul Brasil », sur cliquemusic.uol.com.br (consulté le ).
  53. (pt) Luciano Marsiglia, « Rock Brasileiro 1976 - 1977 - O movimento Black Rio: Desarmado e perigoso », Super Interessante.
  54. (pt) Mister Sam, « 1977 - Miguel de Deus - O inicio do Sambarock », Blog Mister Sam, sur entretenimento.r7.com, R7, (consulté le ).
  55. (pt) « De ‘Acabou Chorare’ ao cordel: veja trajetória e curiosidades da carreira de Moraes Moreira », sur Extra Online (consulté le ).
  56. (pt) « Moraes Moreira inovou os trios elétricos e criticou elitismo das cordas na folia », sur folha.uol.com.br, (consulté le ).
  57. Souza 2003.
  58. (pt) José Teles, « A história da banda mais importante do pop brasileiro », sur jc.ne10.uol.com.br, (consulté le ).
  59. (pt) « Discos: Samba & soul safras 60 e 70 », sur folha.uol.com.br, Folha de S.Paulo, (consulté le ).
  60. (pt) « Notice de l'album Tim Maia Disco Club de Tim Maia », sur veja.abril.com.br, Estação Veja (consulté le ).
  61. (pt) « Os 70 anos black de Gerson King Combo », sur oglobo.globo.com, O Globo, (consulté le ).
  62. a b et c Junior 2016.
  63. Gomes 2001, p. 37.
  64. Footner 2007, p. 180.
  65. (pt) « Samba-rock », sur cemporcentosamba.com.br (consulté le ).
  66. Pardue 2008, p. 152–153.
  67. a et b (pt-BR) Marcel Fracassi, « Samba rock | Patrimônio cultural », sur itaucultural.org.br, (consulté le ).
  68. (pt) Marco Mattoli, « Samba-rock: patrimônio cultural »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur uiadiario.com.br, Uia, (consulté le ).
  69. (pt) « Lei n° 16.207, de 20/04/2016 ( Lei 16207/2016 ) », sur al.sp.gov.br.
  70. (pt) « Proposituras Projeto de lei Nº 1192, DE 2015 », sur sp.gov.br.
  71. (pt-BR) « Erasmo Carlos faz show em que lança EP de sambas », sur terra.com.br (consulté le ).
  72. (pt-BR) Mauro Mauro, « Erasmo Carlos mostra que o samba permanece jovem quando abre a guarda para o balanço do rock », sur g1.globo.com, G1 (consulté le ).
  73. Assef 2003, p. 57.
  74. a b c d et e (pt) Adriana Reis, « Sacudim, Sacudem - Parte 2 », Raça Brasil, Editora Escala, no 90,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  75. a b et c (pt) Silvio Essinger, Batidão : uma historia do funk, Editora Record, , 300 p. (ISBN 9788501071651, lire en ligne), p. 32-38.
  76. (pt) Ana Maria Bahiana, « Enlatando a Black Rio », dans Nada será como antes : MPB nos anos 70, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, , 261 p. (lire en ligne), p. 72.
  77. (pt) Leandro Fortino, « Garimpeiro de hits », sur super.abril.com.br, Super Interessante, (consulté le ).
  78. a et b (pt) « Nos rodopios do samba - rock », sur folha.uol.com.br, Folha de S.Paulo (consulté le ).
  79. (pt-BR) Jornal do Comércio, « Ícone do samba-rock, gaúcho Bedeu é pouco conhecido pelo grande público », sur Jornal do Comércio (consulté le ).
  80. (pt-BR) « Veja o bate-papo com o cantor Luis Vagner », sur Revista Raça Brasil, (consulté le ).
  81. (pt) « Black Revival », sur racabrasil.uol.com.br, Raça Brasil (consulté le ).
  82. Felipe Trotta, O samba e suas fronteiras : "pagode romântico" e "samba de raiz" nos anos 1990, Editora UFRJ, , 300 p. (ISBN 9788571083493, lire en ligne), p. 177-178.
  83. (pt) « Notice de l'album Receita da Felicidade », sur cliquemusic.uol.com.br (consulté le ).
  84. (pt-BR) « A música urbana de Fernanda Abreu - Cultura », Estadão (consulté le ).
  85. (pt) « Principal expoente do samba rock brasileiro, Jorge Ben Jor completa 71 anos », sur correiobraziliense.com.br, Correio Braziliense, (consulté le ).
  86. « Folha de S.Paulo - Mundo Livre leva cavaquinho para o rock - 25/10/1994 », sur folha.uol.com.br (consulté le ).
  87. a et b (pt-BR) « Na cadência do samba », Super Interessante (consulté le ).
  88. (pt-BR) Do G1 RS, « Skank e Céu cantam Jorge Ben Jor em estreia de turnê em Porto Alegre », Música no Rio Grande do Sul, (consulté le ).
  89. (pt) Pedro Alexandre Sanches, « Pedro Luís e a Parede fazem trabalho consistente em novo CD », sur folha.uol.com.br, Folha de S.Paulo, (consulté le ).
  90. (pt) Frideriki Panagopoulos, « Banda carioca lança CD hoje no Piccolo », sur folha.uol.com.br, Folha de S.Paulo, (consulté le ).
  91. (pt-BR) Frederico Engel, « Do reggae ao soul, Ultramen lança novo álbum nesta quinta no Opinião », sur jornaldocomercio.com, Jornal do Comércio, (consulté le ).
  92. (pt) « Machete Bomb aposta no barulho do 'heavy samba' para faturar palco do João Rock 2017 », sur g1.globo.com, G1, (consulté le ).
  93. (pt-BR) « Morre Alex Cecci, DJ que popularizou samba-rock em boate », sur Revista Raça Brasil, (consulté le ).
  94. « Notice de l'album Samba esporte fino », sur cliquemusic.uol.com.br (consulté le ).
  95. a et b « Cliquemusic : Matéria : Marco Mattoli e sua saga rumo ao suingue », sur cliquemusic.uol.com.br.
  96. (pt) Mariane Morisawa, « Sambasonics », sur terra.com.br, IstoÉ Gente, (consulté le ).
  97. (pt) Marco Antonio Barbosa, « Regata, a casa do balanço », sur cliquemusic.uol.com.br, (consulté le ).
  98. (pt) Danilo Casaletti, « O bom malandro », sur evistaepoca.globo.com, Quem (consulté le ).
  99. (pt-BR) Tárik de Souza, « O nômade afro samba funk rock de Rogê », sur immub.org (consulté le ).
  100. (pt-BR) « Quem é o Trio Mocotó, matriz do samba-rock que volta à cena em novembro », sur G1, (consulté le ).
  101. (pt) Julio Maria, « Como Le Gusta volta com seu 'groove de filme de ação' Funk Como Le Gusta volta com seu 'groove de filme de ação' », sur cultura.estadao.com.br, (consulté le ).
  102. (pt) M. V. Nobrega, « O Rock Samba do interior de São Paulo », sur saraivaconteudo.com.br, Saraiva Conteúdo, (consulté le ).
  103. (pt) Carol Nogueira, « Sambô e companhia: um atentado ao rock (e ao samba) », sur veja.abril.com.br, Veja, (consulté le ).
  104. (pt) « É rock ou é pagode? Conheça os grupos que fazem a mistura para agradar todas as tribos », sur entretenimento.r7.com, R7, (consulté le ).
  105. (pt) Daniela Lima, « Líder do Natiruts troca o reggae por soul e samba-rock em álbum solo », sur odia.ig.com.br, O Dia, (consulté le ).
  106. (pt) « Sambô põe Simoninha na roda para cantar hit de Jorge Ben Jor em DVD - G1 Música Blog do Mauro Ferreira », sur g1.globo.com, G1, (consulté le ).
  107. (pt-BR) « Aos 50 anos, Armandinho apronta álbum gravado entre Rio e Los Angeles », sur G1 (consulté le ).
  108. (pt-BR) « Armandinho, Criolo e Nando Reis nesta sexta-feira na Pedreira » (consulté le ).
  109. (pt-BR) João Terra, « Armandinho lança oficialmente a nova "Eu Gosto Dela" », sur Nação da Música, (consulté le ).

Annexes

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Samba rock, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

  • [Assef 2003] (pt) Claudia Assef, Todo DJ já sambou : a história do disc-jóquei no Brasil, Sao Paulo, Conrad Editora do Brasil, , 264 p. (ISBN 9788587193940). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (pt) Ana Maria Bahiana, « Enlatando a Black Rio », dans Nada será como antes : MPB nos anos 70, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, (OCLC 494765766).
  • (pt) Nestor García Canclini, Heloisa Pezza Cintra et Ana Regina Lessa, Culturas híbridas : estratégias para entrar e sair da modernidade, Sao Paulo, Edusp, , 385 p. (ISBN 9788531403828).
  • [Castro 2003] (en) Ruy Castro, Bossa Nova : The Story of the Brazilian Music That Seduced the World, Chicago, Chicago Review Press, , 399 p. (ISBN 1556524943, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (pt) José Adriano Fenerick, Nem do morro, nem da cidade : as transformações do samba e a indústria cultural (1920-1945), Annablume, , 281 p. (ISBN 9788574195209, lire en ligne).
  • [Footner 2007] (en) Andrew Footner (dir.), Time Out Rio de Janeiro, Time Out Guides, , 260 p. (ISBN 978-1846700453). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Gomes 2001] (en) Tom Gomes, « AmericaLatina... », Billboard,‎ . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Hermes 2002] (en) Will Hermes, « Rackjobbing », Spin,‎ . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (pt) Jeder Janotti Junior, « Dos gêneros textuais, dos discursos e das canções: uma proposta de análise da música popular massiva à partir da noção de gênero midiático », XIV COMPÓS, Rio de Janeiro, UFF,‎ (lire en ligne [PDF]).
  • [Katsnelson 2009] (en) Anna Katsnelson (dir.), Time Out São Paulo, Time Out Guides, , 259 p. (ISBN 978-1846701269). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [McCann 2004] (en) Bryan McCann, « Black Pau: Unconvering the History of Brazilian Soul », dans Deborah Pacini Hernandez, Héctor D. Fernández l'Hoeste et Eric Zolov, Rockin' Las Américas: The Global Politics of Rock in Latin/o America, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, (ISBN 0822972557, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [McKean 2008] (en) Jacob McKean, « Jorge Ben Jorge Ben (1969) + Força Bruta », Impose,‎ (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Nestrovski 2002] (pt) Arthur Rosenblat Nestrovski, Música Popular Brasileira Hoje, vol. 50, Publifolha, , 332 p. (ISBN 8574024058). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (es) Keith Negus, Los géneros musicales y la cultura de las multinacionales, Barcelone, Ediciones Paidós Ibérica, , 329 p. (ISBN 9788449317880).
  • [Oliveira 2007] (pt) Luciana Xavier de Oliveira, « A Gênese do Samba-Rock: Por um Mapeamento Genealógico do Gênero », dans IX Congresso Brasileiro de Ciências da Comunicação da Região Nordeste, Salvador de Bahia, Intercom, (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Parahyba 2005] (pt) Jõao Parahyba, « Uma Noite Ben Jor », Trip,‎ (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [Pardue 2008] (en) Derek Pardue, Ideologies of Marginality in Brazilian Hip Hop, Springer Publishing, , 210 p. (ISBN 978-0230613409, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (pt) Lívio Sansone, Negritude sem etnicidade : o local e o global nas relações raciais e na produção cultural negra do Brasil, Salvador, SciELO - EDUFBA, , 352 p. (ISBN 9788523211974, lire en ligne).
  • [Souza 2003] (pt) Tárik de Souza, Tem mais samba : das raízes à eletrônica, Sao Paulo, Editora 34, , 352 p. (ISBN 9788573262872, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes

  • [Junior 2016] (pt) Nego Junior, « Samba rock é registrado como patrimônio cultural imaterial da cidade de São Paulo », sur Samba Rock Na Veia, . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • [Miranda 2018] (en) Beatriz Miranda, « Tracing The Evolution Of Samba Rock In São Paulo », sur Vinyl Me, Please, . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
v · m
Samba
Samba urbaine de Rio de Janeiro
Principaux genres
Fusions
Samba de salon
Samba de Bahia
Samba rurale
Samba urbaine
Termes généraux
Thèmes connexes
v · m
Genres
Par pays/langue
Europe
Amérique du Nord
Amérique du Sud
Moyen-Orient
Asie
Océanie
Afrique
Autres
  • icône décorative Portail des musiques du monde
  • icône décorative Portail du rock
  • icône décorative Portail du Brésil
La version du 1 décembre 2023 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.