Google Traduction

Google Traduction
Logo de Google Traduction

Adresse translate.google.fr
Description Service de traduction en ligne
Publicité  Oui
Langue 133 langues
Inscription Facultative
Gratuite
Propriétaire Google
Créé par Google
Lancement (17 ans)
État actuel  En activité
modifier Consultez la documentation du modèle

Google Traduction (anglais : Google Translate) est un service de traduction automatique gratuit fourni par Google.

Description

Contrairement à d'autres services de traduction comme Babel Fish (supprimé en 2012), AOL et Yahoo! qui utilisent SYSTRAN, Google utilise son propre logiciel de traduction.

Le service permet également la traduction de pages Web, même longues. Depuis , une limitation de 5 000 caractères traduits est posée, mais elle n'affecte pas la traduction d'une page web via son URL[1]. Les hyperliens des pages Web traduites restent fonctionnels et la navigation entre pages Web traduites est assurée, parfois partiellement.

Google Traduction, comme les autres outils de traduction automatique, a ses limites. Les textes traduits contiennent encore des approximations et des faux sens. Par exemple, l'outil confond les contextes d'énonciation et en déduit des sens non pertinents ; parfois, la grammaire n'est pas fiable. C'est l'une des raisons pour lesquelles Google Traduction n'est pas systématiquement utilisé par les plateformes commerciales qui exigent la précision professionnelle de traducteurs humains.

Ce service propose la prononciation par un automate des mots, groupes de mots et phrases. Depuis 2015, le service traduit les mots en temps réel grâce à l'appareil photo intégré du smartphone[2] et depuis 2017, grâce à une fonction de reconnaissance de l'écriture manuscrite. Par ailleurs, des claviers virtuels avec les alphabets étrangers sont disponibles[3]. A partir de 2018, les mots s'affichent en réalité augmentée grâce à Google Lens.

Approche

Exemple de traduction avec Google Traduction.

Google Traduction est basé sur une méthode appelée traduction automatique statistique[4], et plus spécifiquement, sur les recherches de Franz-Josef Och qui a remporté le concours DARPA pour la vitesse de traduction automatique en 2003. Och est maintenant chargé du département de traduction automatique de Google.

Selon Och[5], une base solide pour l'élaboration d'une statistique utilisable consiste à se baser sur un corpus de textes (ou texte parallèle) bilingue de plus d'un million de mots et deux corpus unilingues de plus d'un milliard de mots chacun, les modèles statistiques à partir de ces données servant ensuite à traduire les différentes langues.

Pour acquérir cette quantité considérable de données linguistiques, Google exploite les documents publics de l'Organisation des Nations unies[4]. Le même document est normalement disponible dans les six langues officielles de l'ONU, ce qui permet maintenant à Google hectalingual (cent langues) de disposer d'un corpus de 20 milliards de mots.

La disponibilité de l'arabe et du chinois comme langues officielles de l'ONU est probablement une des raisons pour lesquelles Google Traduction a d'abord concentré ses efforts sur le développement de la traduction entre l'anglais et les autres langues de ce corpus, et pas, par exemple, sur le japonais ou l'allemand, qui ne sont pas des langues officielles de l'ONU[réf. nécessaire].

Les représentants de Google se sont montrés très actifs à des conférences nationales au Japon et ont convaincu certains chercheurs de leur fournir des corpus bilingues. Google s'est avéré être un commanditaire officiel de la Computational Linguistics annuelle à la conférence Gengoshorigakkai au Japon en 2007. Google a également envoyé un délégué à la réunion des membres de la Société de linguistique informatique du Japon en .

Depuis 2016, Google Traduction utilise un réseau de neurones récurrents comme langue intermédiaire pour éviter de passer par l'anglais[6].

Interface

Le , l'interface de Google Traduction a été revue[7], ainsi que fin 2018.

Logos

  • Logo français jusqu'à mai 2009.
    Logo français jusqu'à mai 2009.
  • Logo en français depuis mai 2009.
    Logo en français depuis .
  • Ancien logo en français.
    Ancien logo en français.
  • Ancien logo en anglais.
    Ancien logo en anglais.
  • Ancienne icône.
    Ancienne icône.
  • Nouvelle icône depuis 2016.
    Nouvelle icône depuis 2016.

Langues prises en charge

Au , 133 langues sont prises en charge[8],[9],[10] :

En outre, huit autres langues encore non prises en charge sont en cours de validation, soit à terme 141 langues[8] :

Google Translator Toolkit

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (août 2021).

En français « boîte à outils du traducteur Google », ce toolkit permet de traduire au choix[réf. nécessaire] :

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Google Translate » (voir la liste des auteurs).
  1. « Google limite son outil de traduction gratuit au profit de Cloud Translation, payante ou encore gratuite », ActuaLitté,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. 20 Minutes avec agence, « VIDEO. Avec Google translate, le smartphone devient un traducteur instantané », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Traduire avec l'écriture manuscrite ou le clavier virtuel », sur aide google traduction (consulté le ).
  4. a et b (en) Elad Segev, Google and the digital divide : the bias of online knowledge, Chandos Pub, , 256 p. (ISBN 978-1-78063-178-3, 1-78063-178-2 et 1-306-20600-6, OCLC 880637868, lire en ligne)

    « Google also uses statistical machine translation, which generates translation by using statistical methods based on bilingual text corpora, such as United Nations documents, or the English-French record of the Canadian Parliament. First the system finds patterns within the human-translated bilingual text, and then it builds rules to translate any given text. »

    .
  5. Discours-programme au Sommet de la traduction automatique 2005
  6. (en) « Google Translate AI invents its own language to translate with », sur New Scientist (consulté le ).
  7. « Brève : Google Traduction fait peau neuve », sur Comment ça marche, (consulté le ).
  8. a et b « Connexion : comptes Google », sur google.com (consulté le ).
  9. « Langues – Google Traduction », sur google.com (consulté le ).
  10. Jacques Chanteau et Pascal Bodéré, « Langues régionales. Pourquoi Google ne traduit pas le breton ? », Le Télégramme,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Sites officiels : translate.google.com, (en-US) translate.google.us, translate.google.co.uk, (en-CA) translate.google.ca, (ja) translate.google.co.jp et (ko) translate.google.co.krVoir et modifier les données sur Wikidata
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • GND
  • Site officiel
  • FAQ de Google Traduction
  • (en) Statistiques
v · m
Moteur de recherche
Services en ligne
Google Workspace
Google Cloud
Applications
Logiciels
Matériels
Outils
Publicité
Google Marketing Platform
Outils de développement
Magasins
Autres activités
Anciens produits
Lieux
Articles liés
Voir aussi : Alphabet Inc.
  • icône décorative Portail des langues
  • icône décorative Portail de Google
  • icône décorative Portail des technologies