Claude Ibéria

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Iberia (homonymie) et Noël (homonymie).

Claude Ibéria
Données clés
Nom de naissance Andrée Claudie Noël
Surnom Noelly, Andrée Noelly, Andrée Noël, Claude-Andrée Noël
Naissance
Charenton-le-Pont
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 75 ans)
Tonnerre
Profession Monteuse
Films notables La Belle et la Bête
L'Aigle à deux têtes
Maria Chapdelaine
L'Espagne vivra

modifier Consultez la documentation du modèle

Claude Ibéria, née Andrée Claudie Noël le à Charenton-le-Pont et morte le à Tonnerre[1], est une artiste lyrique, une monteuse et une syndicaliste française.

Biographie

Andrée Claudie Noël naît en 1902 à Charenton-le-Pont, fille d’un couple d’ouvriers, Gustave Jules Noël, façonnier, et Marie Louise Thévenet, giletière, mariés en février 1896 à Paris[2].

Au début des années 1920, elle fait la rencontre de Robert Méjembir, dit Robert de Jarville, metteur en scène de théâtre, lui-même originaire de Saint-Maurice, commune limitrophe de Charenton[3],[4]. Elle commence à se produire sur scène ou dans des pièces radiophoniques comme artiste lyrique, sous les noms de scène Noelly, Andrée Noelly, Andrée Noël, Claude-Andrée Noël, puis Claude Ibéria[2].

À la fin de la décennie, les deux artistes, qui forment un couple à la ville, sont proches des milieux communistes[2]. Claude Ibéria commence à travailler comme monteuse pour le compte des Amis de l’U.R.S.S., structure qui fonctionne sous l'égide du Parti communiste. Mais des tensions mettent fin à cette collaboration et, en 1933, Robert de Jarville est de son côté inscrit sur la liste noire du parti.

Le couple poursuit son action militante, en pleine montée du Front populaire. Robert de Jarville fonde le Syndicat général des travailleurs de l’industrie du film (le SGTIF, affilié à la fédération CGT des industries chimiques)[5]. Claude Ibéria exerce des responsabilités dans le bureau de la branche professionnelle des techniciens et spécialistes de la production du film. Elle monte désormais des longs-métrages de fiction, comme Maria Chapdelaine de Julien Duvivier, Pour être aimé de Jacques Tourneur ou Tempête sur l’Asie de Richard Oswald, ainsi que des documentaires engagés, comme L’Espagne vivra, réalisé par le photographe Henri Cartier-Bresson sur la guerre d'Espagne. Sa carrière est interrompue par la guerre. En 1942, Robert de Jarville est arrêté par la police française, tandis qu’il mène une action clandestine, et livré à l'occupant. Il est déporté et meurt en déportation à Leitmeritz (Tchécoslovaquie) en 1945[6].

Après-guerre, devenue cheffe-monteuse, Claude Ibéria reprend sa carrière au cinéma, montant notamment La Belle et la Bête et L’Aigle à deux têtes de Jean Cocteau, mais aussi de nombreux documentaires[7].

Elle meurt en 1978 à Tonnerre, dans l'Yonne[2].

Filmographie

Fiction

Documentaires

(liste non exhaustive)

Source

  • Dominique Salva, « Claude Ibéria, une femme en or », blog Enquêtes d'identité, [lire en ligne]

Notes et références

  1. Relevé des fichiers de l'Insee
  2. a b c et d Dominique Salva, « Claude Ibéria, une femme en or », sur Enquêtes d'identité, (consulté le )
  3. Claude Pennetier, « MEJEMBIR Émilien, Robert, dit Robert de Jarville », dans Le Maitron, Maitron/Editions de l'Atelier, (lire en ligne)
  4. « JARVILLE de Robert », dans vrai nom Émilien, Robert MEJEMBIR, Maitron/Editions de l'Atelier, (lire en ligne)
  5. Louis Botella, « IBÉRIA Claude », dans Le Maitron, Maitron/Editions de l'Atelier, (lire en ligne) [note : Claude Ibéria est genrée au masculin dans cet article du Maitron]
  6. « Le mémorial des déporté.e.s | Flossenbürg », sur Flossenbürg | Association des déportés et familles de disparus du camp de concentration de Flossenbürg & Kommandos, (consulté le )
  7. Pierre Leprohon, Les Mille et Un Métiers du cinéma, Jacques Melot, 1947, pp. 173-178
  8. « Deux grands programmes de films documentaires », Le Film,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  9. « Pêche en Méditerranée - CF », sur cinema.encyclopedie.films.bifi.fr (consulté le )
  10. « La Source du sourire », sur La Cinémathèque québécoise (consulté le )
  11. Centre national d'information et de documentation sportive (Algérie), Algérie terre de champions, Centre national d'information et de documentation sportive, (OCLC 1022988587, lire en ligne)
  12. a et b « Corpus Agriculture », sur lise.cnc.fr (consulté le )

Liens externes

  • Ressource relative à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • IMDb
  • Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généralisteVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Deutsche Biographie
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • GND
  • Sur Ciné-Ressources [1]
  • icône décorative Portail du cinéma français
  • icône décorative Portail du syndicalisme