Chronologie de l'abolition de l'esclavage

Illustration de l'édit de 1315 de Louis X interdisant l'esclavage sur le sol de France.

Chronologie de l'abolition de l'esclavage à travers le monde.

VIIe siècle

  • 626-680 : La reine Bathilde, captive des corsaires et revendue à Erchinoald, devient reine de France et interdit l'esclavage[1].

IXe siècle

  • 873 : la lettre apostolique du pape Jean VIII « Unum est », exhorte les princes de Sardaigne d'affranchir les esclaves vendus par les Grecs[2],[3].

XIIIe siècle

  • 1222 : Sundjata Keïta abolit l'esclavage en créant l'empire du Mali, acte qui serait reflété dans la Charte du Manden (dont l’authenticité est contestée par certains universitaires). L'abolition ne sera toutefois pas longtemps appliquée et Tombouctou deviendra même un des trois grands centres de la traite transsaharienne[4].

XIVe siècle

XVe siècle

  • 1435 : la bulle pontificale Sicut dudum condamne l'esclavage pratiqué sur les indigènes des îles Canaries (les Guanches), sous peine d'excommunication[7].
  • 1462 : le pape Pie II, dans la lettre Rubicensem, du 12 avril 1462, adressée à l'évêque de Guinée portugaise, qualifie l'esclavage des Noirs de grand crime (magnum scelus)[8].
  • 1496 : Isabelle la Catholique, reine de Castille et d'Aragon (Espagne), laisse entendre clairement à Christophe Colomb qu'elle ne tolérera plus la mise en esclavage des Indiens[9].

XVIe siècle

XVIIe siècle

XVIIIe siècle

XIXe siècle

  • 1802 :
  • 1803 : le 1er janvier, le Danemark interdit la traite négrière, conformément à la loi de 1792[23].
  • 1804 : le 1er janvier, Haïti proclame son indépendance en vainquant les troupes françaises de Napoléon Bonaparte, de fait l'esclavage et la traite sont à nouveau abolis dans l'ancienne colonie française de Saint-Domingue. Cette abolition fait d'Haiti le premier pays des temps modernes à abolir définitivement l'esclavage.
  • 1807 : interdiction officielle de la traite des noirs au Royaume-Uni.
  • 1815 :
    •  : les puissances européennes réunies au congrès de Vienne s'engagent dans une déclaration commune à mettre fin à la traite négrière.
    •  : de retour de l'île d'Elbe, Napoléon interdit par décret impérial la traite des Noirs peu avant la défaite française à Waterloo, sachant que la traite est déjà abolie par l'Angleterre, maitresse des mers, depuis 8 ans.
  • 1817 : l'introduction d'esclaves noirs dans les colonies françaises est interdite par l'ordonnance royale du 8 janvier.
  • 1818 : trois ans après l'engagement pris à Vienne, la France interdit légalement la traite négrière par la loi du 15 avril 1818. Cette loi restera cependant très peu appliquée jusque vers l’année 1831.
  • 1821 : Pérou : José de San Martín décrète la liberté de tous les enfants des esclaves nés à partir de cette date, l’émancipation graduelle de ceux nés auparavant et l’interdiction du trafic négrier. L'État du Liberia est fondé en Afrique de l'ouest par une société américaine de colonisation pour y installer des noirs libérés. En 1847, le Liberia est un des premiers pays africains indépendants.
  • 1822 : Le président haïtien, Jean-Pierre Boyer, en réunifiant toute l'ile d'Hispaniola sous son autorité, abolit l'esclavage en République dominicaine le 9 février 1822[24]. En effet, le droit haïtien qui interdit l'esclavage en Haïti depuis 1804, devint automatiquement applicable dans partie orientale de l'ile (l'actuelle République dominicaine), qui incorpora la République haïtienne en cette année de 1822.
  • 1823 : 24 juillet, abolition de l'esclavage au Chili[25].
  • 1824 : 24 avril[26] abolition de l'esclavage au Costa Rica et dans les États d'Amérique centrale[27].
  • 1826 : 26 octobre, en Bolivie[25].
  • 1827 : en France, la loi du 25 avril 1827 voulue par le roi Charles X fait de la traite des Noirs un crime, et non plus un délit.
  • 1829 : le président Vicente Guerrero abolit par décret l'esclavage au Mexique[28].
  • 1830 : abolition de l'esclavage en Uruguay.
  • 1831 : en France, durcissement des peines encourues pour traite négrière, la loi du 4 mars 1831 prévoit jusqu'à 30 ans de travaux forcés.
  • 1833 : promulgation de l'abolition bill qui prévoit une abolition progressive de l'esclavage dans les colonies britanniques (Jamaïque; Trinité-et-Tobago, la Barbade, Grenade, le Cap en Afrique du Sud). Il prévoit le maintien de l'esclavage urbain jusqu'en 1838 et de l'esclavage rural jusqu'en 1840. La libération de tous les esclaves est décrétée le . Seule la colonie d'Antigua choisit l'abolition immédiate pour ses esclaves dès 1833.
  • 1838 : 12 novembre, abolition de l'esclavage au Nicaragua[25].
  • 1840 : première Convention antiesclavagiste mondiale, organisée en juin à Londres.
  • 1846 :
    • Le 23 janvier, 1re abolition de l'esclavage en Tunisie.
    • Abolition de la traite arabe, malgache et de l'esclavage inter-mahorais « domestique » par l'administration coloniale française a Mayotte[29].
  • 1847 : abolition de l'esclavage dans l'Empire ottoman[30].
  • 1847 : 9 octobre, abolition de l'esclavage à Saint-Barthélemy par la Suède[31].
  • 1848 :
    • Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848 en France et dans les colonies françaises d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane, Sénégal) mais aussi dans les nouvelles colonies africaines où la France abolit l'esclavage arabo-berbère et interafricain en Algérie et au Sénégal[32],
    • Dans l’hacienda Nepén de Trujillo, au Pérou où l'esclavage n'est pas encore aboli, les esclaves en rébellion proclament leur liberté.
  • 1850 : abolition officielle de la traite des Noirs au Brésil. Elle se poursuit néanmoins de manière illégale.
  • 1851 : 21 mai, abolition de l'esclavage en Colombie[25]. 18 juillet, en Équateur[25].
  • 1853 : 1er mai, abolition de l'esclavage en Argentine[25].
  • 1854 : abolition de l'esclavage au Venezuela, sous la présidence de José Gregorio Monagas.
  • 1855 : abolition définitive de l'esclavage au Pérou[33].
  • 1856 : abolition de l'esclavage des Roms (en Valachie et Moldavie, actuelle Roumanie[34])[35],[36],[37].
  • 1857 : 5 février, au Mexique[25].
  • 1861 : la Russie interdit le servage.
  • 1863 : abolition de l'esclavage dans les colonies américaines des Pays-Bas (Suriname, Curaçao...).
  • 1865 : les États-Unis promulguent le 13e amendement interdisant l'esclavage, sauf s'il représente une « punition d'un crime dont le coupable aura été dûment déclaré coupable ».
  • 1869 : abolition de l'esclavage au Portugal[38] (elle ne sera effective qu'en 1878[39]) et le 2 octobre au Paraguay.
  • 1871 : au Brésil, loi no 2040 (Loi du ventre libre), qui libérait tous les enfants nés de parents esclaves.
  • 1873 : 22 mars, abolition de l'esclavage à Porto Rico (alors colonie espagnole)[40].
  • 1880 : 30 janvier, en Espagne : les Cortes votent un apprentissage de huit ans qui doit conduire à une émancipation progressive des esclaves[41].
  • 1885 : au Brésil, loi no 3270 (Loi Saraiva-Cotejipe (pt) ou Loi des sexagénaires), réglementant « l'extinction graduelle de l'élément servile ».
  • 1886 : à Cuba, l'abolition définitive de l'esclavage[42], prévue pour 1888 par la loi de 1880, est avancée de deux ans.
  • 1888 : création de la Société anti-esclavagiste belge par Hippolyte d'Ursel, sous l'influence des idées du cardinal Charles Lavigerie. Elle assurera le financement et l'organisation dans les années 1890 de quatre expéditions militaires pour combattre les esclavagistes Arabo-Swahilis qui sévissaient dans l'est du territoire de la colonie royale du Congo (actuelle république démocratique du Congo).
  • 1888 : au Brésil, signature le 13 mai par la régente Isabelle de la Loi d'or (Lei Áurea) qui abolit l'esclavage au Brésil[41],[43], ce qui en fait le dernier pays indépendant du continent américain à abolir l'esclavage.
  • 1890 : Deuxième abolition en Tunisie, décidée par les Français, sur décret d'Ali III Bey, le [44].
  • 1895 : abolition de l'esclavage en Thaïlande[45].
  • 1896 : abolition de l'esclavage (inter-malgache) à Madagascar[46] par l'administration coloniale française.
  • 1897 : l'administration coloniale britannique établit un protectorat sur le sultanat de Zanzibar dont l'économie était totalement fondée sur le trafic d'esclaves africains et y abolit l'esclavage[46]

XXe siècle

  • 1905 : Abolition de l'esclavage inter-africain par l'administration coloniale française au Mali.
  • 1907 : abolition de l'esclavage inter-africain par les Britanniques au Kenya[46]
  • 1909 : abolition de l'esclavage en Chine[47]. Cependant, encore en 1930, on estime à 4 millions le nombre d'enfants en esclavage en Chine[48].
  • 1922 : abolition de l'esclavage au Maroc[49].
  • 1923 : abolition de l'esclavage en Afghanistan.
  • 1923 : abolition de la traite d'esclaves en Éthiopie à l'occasion de son accession à la Société des Nations[50].
  • 1924 : abolition de l'esclavage par les Britanniques en Irak.
  • 1926 : abolition de l'esclavage au Népal et en Éthiopie[51]. Convention de Genève de la Société des Nations condamnant l'esclavage ratifiée par 44 pays. La Convention relative à l'esclavage est aussi adoptée.
  • 1929 : abolition de l'esclavage en Transjordanie et en Iran.
  • 1935 : abolition de l'esclavage en Éthiopie par les forces d'occupation italiennes[52], l'esclavage touchant encore environ 2 millions de personnes au début des années 1930 sur une population estimée entre 8 et 16 millions[53], malgré l'abolition de la traite en 1923.
  • 1936 : interdiction de l'esclavage dans le nord du Nigéria, alors un protectorat britannique[54].
  • 1937 : abolition de l'esclavage à Bahreïn.
  • 1942 : en Éthiopie, peu après que le pays a recouvré son indépendance en 1942 durant la Seconde guerre mondiale, l'empereur Haïlé Sélassié abolit officiellement l'esclavage et la servitude involontaire en proclamant leur interdiction, sous la pression des Alliés occidentaux[55],[56],[57].
  • 1948 : article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, confirmée par la convention de 1956.
  • 1949 : abolition de l'esclavage au Koweït[49].
  • 1952 : abolition de l'esclavage au Qatar. Mais la loi sur le parrainage est toujours en vigueur. Bien que d’autres pays du Golfe l'aient récemment abolie[49],[58].
  • 1957 : Convention concernant l'abolition du travail forcé de l'Organisation internationale du travail.
  • 1960 : abolition de l'esclavage au Niger[59]
  • 1962 : abolition officielle de l'esclavage en Arabie saoudite[60],[61] et au Yemen[61].
  • 1970 : abolition de l'esclavage au sultanat d'Oman[62].
  • 1980 : abolition de l'esclavage en république islamique de Mauritanie. Cependant, la loi ne reçoit pas alors son décret d'application pour cause de contradiction possible avec le Coran, puisque celui-ci légifère sur l'esclavage et donc de ce fait l'admet. Il restait au moins 100 000 esclaves dans ce pays en l'an 2000[62].
  • 1992 : abolition de l'esclavage au Pakistan. Cependant les législatures provinciales devaient encadrer la loi générale mais n'ont jamais été adoptées. Les comités de vigilance qui devaient contrôler l'application de la loi n'ont pas été créés non plus[63].
  • 1999 : interdiction de l’esclavage au Niger (criminalisé en 2003)[59].

XXIe siècle

Articles connexes

Bibliographie

  • John Pollock, Wilberforce, New York, St. Martin's Press, (ISBN 978-0-09-460780-4, OCLC 3738175)
  • Stephen Tomkins, William Wilberforce : A Biography, Oxford, Lion, (ISBN 978-0-09-460780-4, OCLC 72149062)

Notes et références

  1. Sainte Bathilde: Reine de Neustrie et moniale à Chelles (✝ 680)
  2. Et si c'était la vérité? - Enquête sur les délires de l'Histoire, Christophe Bourseiller, section 14 ; extrait cité dans Denzinger, 668 : ici
  3. Voir Jean VIII (pape) et Esclavage dans le catholicisme#Documents de l'époque médiévale
  4. Documents montrant l'activité de Tombouctou en trafic d'esclaves
  5. Breve histoire de l'esclavage en Occident
  6. (en) John Roach et Jürgen Thomaneck, Police and public order in Europe, Taylor & Francis, , 293 p. (ISBN 978-0-7099-2242-1, lire en ligne), p. 256
  7. Encyclique (en) Sicut Dudum (13 janvier 1435) du pape Eugène IV
  8. Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes et la traite atlantique du XVe au XIXe siècles, Paris, Kartala, 1993.
  9. William Thomas Walsh, Isabelle la Catholique, Paris, Payot, , p. 366
  10. controverse de Valladolid, encyclopédia universalis, consulté 1er mai 2022
  11. (en) Harry E. Dembkowski, The union of Lublin, Polish federalism in the golden age, Boulder/New York, East European Monographs, , 380 p. (ISBN 978-0-88033-009-1, lire en ligne), p. 271
  12. John Pinfold, « Introduction », dans Bodleian Library (Ed.), The Slave Trade Debate: Contemporary Writings For and Against, Bodleian Library, University of Oxford, (ISBN 978-1-85124-316-7)
  13. Ackerson 2005, p. 9
  14. Essai sur le traitement et la conversion des esclaves africains dans les colonies à sucre britanniques
  15. "Essai sur l'esclavage et le commerce de l'espèce humaine" par Thomas Clarkson en 1786
  16. Pollock 1977, p. 48
  17. Tomkins 2007, p. 55
  18. "La traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions : mémoire et histoire", Actes du colloque national - Paris, le 10 mai 2006 [1]
  19. a b et c Edmond Dziembowski, « Le radicalisme au début du xixe siècle, ou le poids des héritages », dans la revue Cahiers d’histoire, en 2010 [2]
  20. Nelly Schmidt, L'abolition de l'esclavage : cinq siècles de combats XVIe – XXe siècle, Paris, Fayard, , 412 p.
  21. Nelly Schmidt, L'abolition de l'esclavage. Cinq siècles de combats, Fayard, Paris, 2005, p. 353.
  22. L’esclavage subi, aboli, rétabli en Guyane de 1789 à 1809, presses universitaires de Rennes, 2009
  23. Nelly Schmidt, op. cit., p. 353.
  24. « Les fondements historiques du racisme dominicain. Les origines de l’antihaitianismo – HistoireEngagée.ca » (consulté le )
  25. a b c d e f et g (es) Dossier de l'Unicef sur l'esclavage en Amérique du Sud
  26. (es) « Del olvido a la memoria » [PDF] voir p. 62, sur unesco, (consulté le )
  27. (es) Carlos Martinez et Daniel Contreras, « La Abolicion de la Esclavitud en Centroameria » [p; 223 du livre], (consulté le )
  28. Décret de Vicente Guerrero abolissant l'esclavage au Mexique. Le Texas, ne l'acceptant pas, fait sécession du Mexique en 1835 et se proclame République du Texas en 1836
  29. Siti Yahaya, « Réveiller la mémoire. L’esclavage dans les fonds oraux des Archives départementales de Mayotte », In Situ. Revue des patrimoines, no 20,‎ (ISSN 1630-7305, DOI 10.4000/insitu.10175, lire en ligne, consulté le )
  30. Archive Ministérielle de Turquie, Gestion des Affaires Intérieures, année : (1263/1847), article n. 1848 & année(1264/1848), article n. 9553.
  31. « L'abolition de l'esclavage à Saint-Barthélemy : jusqu'au 9 octobre 1847 », 'Comité de Liaison et d'Application des Sources Historiques', Saint-Barthélemy, (consulté le )
  32. Mamadou Badji, « L’abolition de l’esclavage au Sénégal : entre plasticité du droit colonial et respect de l’Etat de droit », Droit et cultures. Revue internationale interdisciplinaire, no 52,‎ , p. 239–274 (ISSN 0247-9788, DOI 10.4000/droitcultures.729, lire en ligne, consulté le )
  33. Nelly Schmidt, L'abolition de l'esclavage : cinq siècles de combats XVIe-XXe siècle, Fayard, Paris, 2005, p. 254
  34. Wallachie et Moldavie : fiches d’information sur l’histoire des roms, conseil de l’europe, consulté le 20 mai 2021
  35. Roumanie: 160 après l'abolition de l'esclavage, des Roms pauvres et discriminés, lepoint et afp, 20 février 2016
  36. Cent soixante ans après son abolition, l’esclavage des Roms reste tabou, lemonde, 25 février 2015
  37. Qui sont vraiment les Roms de France ?, cnrs, 18 septembre 2017
  38. Hugh Thomas, La traite des Noirs, éd. Robert Laffont, p. 850.
  39. Armelle Enders, Histoire de l'Afrique lusophone, Editions Chandeigne, , 158 p. (lire en ligne), p. 72
  40. Agamboue Azizet et Grâce Cathy, « L’empreinte de l’esclavage dans la Caraïbe. Une radiographie partielle des pratiques discursives, politiques et socioculturelles à Porto Rico », sur openedition.org, (consulté le )
  41. a et b Nelly Schmidt, op. cit., p. 260.
  42. Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 220
  43. Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 234
  44. « Décret du 9 Choual 1307 (28 mai 1890) » [PDF], sur e-justice.tn (consulté le ).
  45. « L'UNESCO rend hommage à Rama V, roi réformateur de Thaïlande », sur news.un.org,
  46. a b et c Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 235
  47. Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, , 319 p. (ISBN 2-253-90593-3), p. 43
  48. Milton Meltzer, Slavery: A World History, New York, 1993, Vol. II, p. 258
  49. a b et c Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 272
  50. Kituo cha katiba >> Haile Selassie Profile
  51. Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 237
  52. Abdussamad H. Ahmad, "Trading in Slaves in Bela-Shangul and Gumuz, Ethiopia: Border Enclaves in History, 1897–1938", Journal of African History, 40 (1999), p. 433–446 (Abstract)
  53. « Twentieth Century Solutions of the Abolition of Slavery » [archive du ] [PDF]
  54. The end of slavery, BBC World Service | The Story of Africa
  55. The slave trade: myths and preconceptions
  56. Ethiopia
  57. « Chronology of slavery » [archive du ]
  58. « Le Qatar dans sa bulle », sur Slate.fr, (consulté le ).
  59. a et b (en-GB) Anti-Slavery International, « Niger slavery: Background », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  60. Olivier Da Lage, « Le « cauchemar » des immigrés dans le royaume », sur www1.rfi.fr, (consulté le )
  61. a et b (en) « Slavery in Islam », sur www.bbc.co.uk, (consulté le )
  62. a et b Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, (ISBN 2253905933), p. 273
  63. « Chronologie des abolitions - Mémorial de Nantes »
  64. Judith Rueff, « Le Niger compte ses esclaves », sur Libération, (consulté le )
  65. Jason Motlagh, « Niger's slaves all but free », UPI,‎
  66. Jeroen Beirnaer, « West-African court slavery judgement », International Labor Organisation (consulté le )
  67. Chaque 25 mars, c'est la journée mondiale de commémoration des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, lesjourneesmondiales, consulté le 22 mars 2022
  68. Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves (25 mars), nations unies, 22 mars 2013
  69. « Mauritanie. Une loi contre l'esclavage », dans Courrier international du 10-08-2007, [lire en ligne]
v · m
Histoire
Esclavage et religion
Par pays ou région
Monde contemporain
Commerce
Oppositions et résistances
Musées
  • icône décorative Portail de l’esclavage
  • icône décorative Portail de l’histoire