Byblos

Jbeil

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Byblos (homonymie).

Page d’aide sur l’homonymie

Ne doit pas être confondu avec al-Jubayl.

Byblos
(ar) جبيل — Jbeïl
Byblos
Vue générale de la vieille ville.
Administration
Pays Drapeau du Liban Liban
Gouvernorat Mont-Liban
District Jbeil
Démographie
Population 40 000 hab.
Géographie
Coordonnées 34° 07′ 19″ nord, 35° 39′ 00″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Liban
Voir sur la carte topographique du Liban
Byblos
Géolocalisation sur la carte : Liban
Voir sur la carte administrative du Liban
Byblos
modifier Consultez la documentation du modèle

Byblos *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Image illustrative de l’article Byblos
Temple de l'Obélisque
Pays Drapeau du Liban Liban
Type Culturel
Critères (iii) (iv) (vi)
Numéro
d’identification
295
Région États arabes **
Année d’inscription 1984 (8e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO
modifier Consultez la documentation du modèle

Byblos (Goubal ou Gebal dans l'Antiquité, Gibelet ou Guiblet en ancien français du Liban médiéval[1] et aujourd'hui appelée Jubayl, جبيل, prononcé en arabe levantin Jbeil) est une ville du Liban. Les Grecs la nommèrent Byblos, car c'est de Gebal que le papyrus (en grec ancien βύβλος / búblos) était importé en Grèce.

Elle se situe aujourd’hui sur le site de la ville moderne de Jbeil (prononcé « jbèïl » en libanais et « joubaïl » en arabe standard moderne, un nom qui signifie « petite montagne » et qui descend directement du nom dans la langue des Cananéens[réf. nécessaire]), dans le gouvernorat du Mont-Liban (actuel Liban), sur la côte méditerranéenne, à environ 40 kilomètres au nord de Beyrouth. Elle aurait été fondée vers Dès le IVe millénaire av. J.-C., Byblos est un centre commercial actif, négociant surtout avec l’Égypte antique le bois du Liban. Ce rapprochement avec l’Égypte a un effet durable sur l’art et la culture de Byblos, elle devient un centre religieux important où l‘on pratique le culte d’Osiris.

Elle fait aussi commerce de textile et de vêtements avec la Mésopotamie, notamment avec la ville de Mari et également avec les Minoens de Crète. Les souverains amorrites de Byblos se font enterrer dans des tombeaux avec des objets égyptiens (Tombeau d’Ahiram, roi au XIe siècle av. J.-C.). Elle se caractérise aujourd’hui par son antique port de pêche, son site romain et son château croisé.

Byblos est une des plus vieilles villes du monde, possiblement la plus vieille, à avoir été continuellement habitée[2].

Histoire

Byblos est habitée de manière continue depuis plus de 7 000 ans, ce qui en fait l'une des plus anciennes villes du monde. Les traces les plus anciennes d’une occupation humaine sur le site sont celles d’un village de pêcheurs du Néolithique, établi probablement vers

Monnaie frappée en la cité de Byblos.

Dès le milieu du IIIe millénaire av. J.-C., la cité-État de Byblos est colonisée par les Phéniciens et devient un centre religieux important. Le temple de Baalat Gebal était ainsi célèbre dans le monde antique. Les liens entretenus par la ville avec l’Égypte antique sont très étroits et sont à l’origine du rapide développement culturel et religieux de la cité. Byblos est aussi un port actif qui exporte le vin et les bois du Liban vers l'Égypte et importe du papyrus égyptien pour le revendre à travers toute la Méditerranée. On[Qui ?] pense que l'ancien nom de la ville, Byblos, dérive du mot grec pour papyrus, βύϐλος (býblos)[3]. La ville était en effet pendant l’Antiquité une escale importante pour les navires chargés de papyrus en provenance d’Égypte et se rendant en Grèce. Plus tard le mot dérivé désignera le livre en grec (βιϐλίον / biblíon) et finalement le mot Bible[3]. Une autre version rapportée par Étienne de Byzance au VIe siècle dans les Ethniques renvoie à la divinité Byblis, laquelle aurait trouvé la mort en ce lieu avant de se changer en source.

Byblos aujourd’hui

L’ancienne cité est entourée de murailles d’époque médiévale comportant des fûts de colonnes antiques inclus dans les murs. Cette méthode de construction est également visible au « Château de la mer » de saint Louis à Sidon (Saïda).

L’intérieur de la cité abrite une église construite par les Génois, une petite mosquée, un souk d’artisanat local, le château croisé, le site antique et le port.

Le site antique

Le Temple en L

Le site antique de Byblos, excavé par Maurice Dunand (archéologue français) de 1924 à 1975, se trouve sur une pointe de terre qui contrôle deux baies, une au nord qui abrite l’actuel port, l’autre au sud. Depuis ce port furent probablement exportés du vin, et une grande quantité de bois de cèdre du Liban vers l’Égypte et la Grèce.

Le site contient des ruines de toutes les populations qui ont habité la région depuis sa fondation :

  • le temple en L, ainsi appelé en raison de sa forme, érigé vers  ;
  • le temple aux Obélisques du XVIe siècle av. J.-C., originellement construit au-dessus du temple en L, et déplacé par les archéologues. Au temple se dressent de nombreux obélisques. Dans le sol du temple on a trouvé beaucoup d’offrandes votives comme des statuettes de bronze et d'or qui se trouvent au musée national de Beyrouth ;
  • La source Aïn al-Malik
    dans une dépression de 20 m de profondeur se trouvait la source Aïn al-Malik. C’est là que, selon la version de Plutarque du mythe d'Osiris, Isis venait pleurer Osiris ;
  • la nécropole royale de Byblos remonte au IIe millénaire av. J.-C. et contient les tombes des rois de Byblos, entre autres le sarcophage du roi Ahiram, sur lequel est inscrite la plus vieille transcription phénicienne, aujourd’hui exposé au musée national de Beyrouth ;
  • un théâtre romain, construit vers 218 ;
  • une colonnade romaine ainsi qu’un nymphée ;
  • les murailles de la ville phénicienne ;
  • les fortifications perses ;
  • une maison traditionnelle libanaise du début du XXe siècle (la maison de Mousbah et Ousman Houssami)[4].

Chronologie des rois phéniciens de Byblos

Rois phéniciens de Byblos
  • vers 1000 : Ahiram
  • vers 1000-970 : Ittobaal
  • vers 970-950 : Yahimilik
  • vers 943  : Abibaal
  • vers 92  : Elibaal
  • vers 900  : Shipitbaal I
  • .../...
  • vers 737-732 : Shipitbaal II
  • vers 701 : Urimilk Ier
  • vers 673 : Milki–Ashapa
  • .../...
  • vers 500: Shipitbaal III
  • 480-466 : Urimilk II
  • 466-459 : Yeharbaal
  • vers 450 : Yehawmilk
  • vers 404-394 : Elpaal
  • vers 400 : Ozbaal
  • vers 355 : Adramelek
  • vers 343-338 : Aynel

Bibliographie

  • J. Elayi, Alain G. Elayi. « L' ordre de succession des derniers rois de Byblos ». Dans: Syria. Tome 70 fascicule 1-2, 1993.
 

Le musée Mémoire du temps

Le musée Mémoire du temps abrite une importante collection de fossiles remontant a 100 millions d'années[5]. Les plus beaux fossiles ont été achetés[réf. nécessaire] par le musée MIM de Beyrouth, où une salle est réservée à la collection paléontologique.

  • Le musée Mémoire du temps.
    Le musée Mémoire du temps.
  • Exposition et vente de mosaïques.
    Exposition et vente de mosaïques.

Relations internationales

Jumelage

La ville de Byblos est jumelée avec les villes suivantes :

Galerie d'images

La ville

  • Maison traditionnelle à Byblos
    Maison traditionnelle à Byblos
  • L’Église de Saint-Jean-Marc, bâtie par les croisés sur les ruines d'une ancienne chapelle dédiée à Saint Jean Marc, le deuxième évangéliste, fondateur de la première communauté chrétienne de Byblos.
    L’Église de Saint-Jean-Marc, bâtie par les croisés sur les ruines d'une ancienne chapelle dédiée à Saint Jean Marc, le deuxième évangéliste, fondateur de la première communauté chrétienne de Byblos.
  • Jarre en terre cuite de Byblos (1600-1200 av. J.-C.)
    Jarre en terre cuite de Byblos (1600-1200 av. J.-C.)
  • Château des croisés
    Château des croisés
  • Le souk de Byblos
    Le souk de Byblos
  • Byblos, les ruines
    Byblos, les ruines
  • Église Notre Dame de la Porte
    Église Notre Dame de la Porte

La côte maritime et le port

  • Le port de Byblos
    Le port de Byblos
  • Vu sur le port
    Vu sur le port
  • Côte maritime
    Côte maritime

Notes et références

  1. http://infoliban.com/liban_medieval_01.php
  2. Je m'appelle Byblos, Jean-Pierre Thiollet, Éditions H & D, 2005, p. 14 et suivantes. (ISBN 2-914-266-04-9)
  3. a et b Brigitte Le Guen (dir.), Marie-Cécilia d'Ercole et Julien Zurbach, Naissance de la Grèce : De Minos à Solon. 3200 à 510 avant notre ère, Paris, Belin, coll. « Mondes anciens », , 686 p. (ISBN 978-2-7011-6492-2), chap. 12 (« Les Grecs et leurs voisins : contacts, échanges et représentations »), p. 438.
  4. Site de la Famille Houssami.
  5. (en + fr) « Sciences et fossiles », sur Memory of time (consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Byblos, sur Wikimedia Commons
  • Byblos, sur le Wiktionnaire

Bibliographie

  • Nina Jidéjian, Byblos à travers les âges, préface de Maurice Dunand (traduction de Byblos through the ages), Dar El Machreq Éditeurs, Beyrouth, 1968
  • Jean-Pierre Thiollet, Je m'appelle Byblos (préface de Guy Gay-Para), Éditions H & D, Paris, 2005.
  • Josette Elayi, Byblos, cité sacrée (VIIIe – IVe siècles av. J.-C.), Éditions Gabalda, Paris 2009 ; Histoire de la Phénicie, Éditions Perrin, Paris, 2013.
  • Josette Elayi et Alain G. Elayi, A Monetary and Political History of the Phoenician City of Byblos, Éditions Eisenbrauns, Winona Lake, 2014.

Articles connexes

Liens externes

  • (ar + fr + en) Fiche de la Municipalité de Jbayl (Byblos) - Localiban.
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • IdRef
    • GND
    • Israël
    • Tchéquie
  • Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Digital Atlas of the Roman Empire
  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Liste du patrimoine mondial
  • Ressource relative à la bande dessinéeVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Comic Vine
  • Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Grove Art Online
  • Ressource relative à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • MusicBrainz
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Britannica
    • Brockhaus
    • Dizionario di Storia
    • Enciclopedia italiana
    • Gran Enciclopèdia Catalana
    • Hrvatska Enciklopedija
    • Nationalencyklopedin
    • Proleksis enciklopedija
    • Treccani
v · m
Cités et colonies phénico-puniques (civilisations phénicienne et carthaginoise)
Levant
Liban
Syrie
Chypre
Turquie
Autres îles de la Méditerranée
Sicile
Malte
Sardaigne
Maghreb
Libye
Tunisie
Algérie
Maroc
Ceuta - Melilla
Mauritanie
  • Cerne
Péninsule ibérique
Espagne
Gibraltar
Portugal
v · m
Culturel
Patrimoine mondial en :
  • icône décorative Portail de l’archéologie
  • icône décorative Portail des Phéniciens et du monde punique
  • icône décorative Portail du Proche-Orient ancien
  • icône décorative Portail du patrimoine mondial
  • icône décorative Portail du Liban