Aurélie Filippetti

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Filippetti.

Aurélie Filippetti
Illustration.
Aurélie Filippetti en 2012.
Fonctions
Députée française

(2 ans, 8 mois et 24 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 1re de la Moselle
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC (2014-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Gérard Terrier
Successeur Belkhir Belhaddad

(1 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 1re de la Moselle
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur François Grosdidier
Successeur Gérard Terrier

(4 ans, 11 mois et 27 jours)
Élection 17 juin 2007
Circonscription 8e de la Moselle
Législature XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Jean-Marie Aubron
Successeur Joëlle Borowski
Conseillère municipale de Metz

(4 ans, 3 mois et 1 jour)
Élection 30 mars 2014
Maire Dominique Gros
Successeur Stéphane Martalié
Ministre de la Culture et de la Communication

(2 ans, 3 mois et 9 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Manuel Valls
Gouvernement Ayrault I et II
Valls I
Prédécesseur Frédéric Mitterrand
Successeur Fleur Pellerin
Conseillère générale de la Moselle

(2 ans, 4 mois et 6 jours)
Élection 27 mars 2011
Circonscription Canton de Maizières-lès-Metz
Prédécesseur Gérard Terrier
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Villerupt (France)
Nationalité Française
Parti politique LV (1999-2006)
PS (2006-2017)
G·s (depuis 2018)
Conjoint Thomas Piketty
(-2009)
Frédéric de Saint-Sernin
(2012-2014)
Arnaud Montebourg
(2014-2017)
Diplômée de École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud
Profession Enseignante
modifier 

Aurélie Filippetti, née le à Villerupt (Meurthe-et-Moselle)[1], est une femme politique et romancière française.

Membre des Verts, du Parti socialiste puis de Génération.s, elle est élue députée de la Moselle aux élections législatives 2007, puis réélue à celles de 2012.

Du au , elle est ministre de la Culture et de la Communication, dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault (I et II), puis Valls I, sous la présidence de François Hollande.

Elle est professeure agrégée à Sciences Po sur les campus de Paris et Nancy depuis septembre 2017. En novembre 2022, Anne Hidalgo, maire de Paris, la nomme directrice des affaires culturelles de la ville[2].

L'auteur-compositeur interprète et poète Damien Saez lui adressa une lettre ouverte lors des Francofolies du 14/07/2013 : Discours au ministère la culture.

Biographie

Origines familiales

Elle est la fille d'Angelo (prénom francisé en « Angel »[3]) Filippetti (1938-1992), mineur de fond, maire communiste d'Audun-le-Tiche[3] de 1983 à 1992 et conseiller général de 1979 à 1985, et d'Odette Filippetti (née Rovere)[3], intendante de collège[4].

Son grand-père maternel était un immigré italien du Frioul mort en 1946 d’un accident du travail sur le barrage de l’Aigle dans le Cantal. Sa grand-mère maternelle était alsacienne. Les parents de son père étaient des immigrés italiens antifascistes venus dans les années 1920 travailler dans les mines de fer de Lorraine[5]. Son grand-père paternel, résistant, a été arrêté en février 1944 et déporté avec deux de ses frères[6]. Il est mort pour la France[7] au camp de concentration de Bergen-Belsen à la fin d'avril 1945, après la libération du camp[8],[9],[10].

Aurélie Filippetti raconte dans un roman paru en 2003, Les Derniers Jours de la classe ouvrière, comment son grand-père a été arrêté par la Gestapo au fond de la mine après avoir été dénoncé. Elle évoque aussi dans ce livre la mémoire ouvrière des mineurs et des ouvriers sidérurgistes de Lorraine et le sentiment de déclassement qu'ils ont ressenti après la fermeture des mines et des usines. Elle témoigne aussi sur ses origines familiales ouvrières dans le documentaire L'héritage de l'homme de fer, d'Emmanuel Graff, en 2008[11].

Formation

Après le baccalauréat, elle entre en classes préparatoires littéraires au lycée Georges-de-La-Tour à Metz, et, en 1993, est admise à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud. En 1995, titulaire d'un DEA de lettres modernes sur le jansénisme[12], elle est reçue à l'agrégation de lettres classiques[13].

Elle enseigne pendant un an comme professeur de lettres dans l'académie de Versailles, comme titulaire sur zone de remplacement (TZR), notamment au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine[14].

Vie privée

De 2012 à 2014, elle est la compagne de Frédéric de Saint-Sernin, puis, entre septembre 2014 et début 2017, elle est en couple avec Arnaud Montebourg[15],[16]. Ils ont ensemble une fille, Jeanne, née en septembre 2015[17].

Elle a une autre fille, Clara, née d'une précédente relation.

Précédemment, elle a été la compagne de Thomas Piketty[18], contre lequel elle a porté plainte en 2009 pour violences conjugales, ce qui a valu à l'auteur un rappel à la loi[19]. En 2019, après que Piketty a affirmé publiquement que ses propres filles ont été victimes de violence de la part d'Aurélie Filippetti, cette dernière porte plainte contre lui, pour diffamation[20]. Piketty est, dans un premier temps, condamné en à 1 euro de dommages et intérêts pour diffamation et à 3 500 euros de frais de justice[21], puis définitivement condamné, le , pour « diffamation publique » à lui verser 3 000 euros, après le rejet de son pourvoi en cassation[22].

Décoration

Parcours politique

Les Verts (1999-2006)

Aurélie Filippetti adhère aux Verts en 1999, puis devient membre du cabinet d'Yves Cochet, ministre de l'Environnement de juillet 2001 à mai 2002. Aux élections municipales de 2001, elle est élue conseillère d'arrondissement dans le 5e arrondissement de Paris[24]. Tête de liste des Verts au premier tour après s'être battue pour la parité[25] elle obtient 13,75 % des voix[26]. Elle recueille 6,55 % des voix dans la deuxième circonscription de Paris aux élections législatives de 2002[27]. Elle devient membre du secrétariat exécutif et porte-parole des Verts-Paris en mars 2003[28].

Elle est membre fondatrice de la Convention pour la Sixième République[29].

Elle prend ses distances avec Les Verts dès 2003 au moment des manifestations contre la guerre en Irak et quitte définitivement le parti qu'elle accuse d'avoir franchi « la ligne jaune » en 2006 quand l'investiture lui est refusée alors qu'elle envisage de retourner en Lorraine[30].

Parti socialiste (à partir de 2006)

En , elle rejoint l'équipe de campagne de Ségolène Royal[31], candidate à l'élection présidentielle de 2007, comme conseillère spéciale (environnement, culture, éducation, sujets de société). En , d'abord pressentie pour la 7e circonscription de Meurthe-et-Moselle, elle est investie par les militants socialistes de la 8e circonscription de la Moselle, dont le député PS sortant Jean-Marie Aubron ne se représente pas[32]. Elle est élue le avec 50,96 % des voix.

Manuel Valls, alors député de l’Essonne, et Aurélie Filippetti lors de la Journée du livre politique, en 2009.

Elle est porte-parole puis vice-présidente de la Convention pour la Sixième République[33],[34], puis du courant pro-Royal « L'Espoir à gauche » pour le congrès de Reims[35]. Candidate aux élections européennes de 2009, elle est troisième de la liste conduite par Catherine Trautmann dans la circonscription Est, place qui ne lui permet pas d'être élue le 7 juin, la liste socialiste ayant obtenu deux élus avec 17,8 % des voix.

Elle soutient François Hollande pour la primaire présidentielle socialiste de 2011. À la suite de la victoire de celui-ci, elle est intégrée dans son équipe de campagne et chargée de la Culture, de l'audiovisuel et des médias[36]. Écrivaine elle-même, elle défend le livre et l'indépendance des médias et prône le développement du numérique et un plan national d’éducation artistique et culturelle ainsi que l'abrogation de la loi Hadopi[37]. En novembre 2011 elle est investie par les militants socialistes comme candidate aux élections législatives, avec pour suppléant Gérard Terrier. La 8e circonscription de Moselle ayant été supprimée par le redécoupage électoral de 2010, elle est réélue députée le 17 juin 2012 avec 59,04 % des voix[38] dans la 1re circonscription de la Moselle.

Le 16 mai 2012, dans le gouvernement Ayrault, elle devient ministre de la Culture et de la Communication[39],[40]. Elle est reconduite dans le second gouvernement Ayrault, et elle doit donc abandonner son mandat de député incompatible avec une fonction gouvernementale. Son suppléant Gérard Terrier siège donc à l'Assemblée nationale à partir du 22 juillet 2012. Mais comme Gérard Terrier, maire de Maizières-lès-Metz et conseiller général de la Moselle doit selon la loi abandonner l'un de ses mandats locaux, il ne peut que céder son siège au conseil général de la Moselle à sa suppléante, Aurélie Filippetti, qui devient de fait conseillère générale du canton de Maizières-lès-Metz[41].

En 2014, alors qu'elle est ministre depuis deux ans déjà et que le président de la République a indiqué que les membres du gouvernement qui échoueraient aux élections municipales devraient quitter leur ministère[42], elle se porte candidate aux élections municipales à Metz en deuxième position sur la liste conduite par Dominique Gros. Elle est élue conseillère municipale[43] et renonce dans la foulée, le , à son mandat de conseillère générale du canton de Maizières-lès-Metz[44] en application des règles de non-cumul des indemnités qu'elle prône[45].

Ministre de la Culture et de la Communication

Aurélie Filippetti lors de la signature du contrat de performance 2014-2016 de la Bibliothèque nationale de France.

En tant que ministre de la Culture et de la Communication, elle annonce ses priorités : un projet de loi assurant la protection des sources d'information des journalistes, une refonte de la loi Hadopi, la « sécurisation » du financement de l'audiovisuel public et la fin de la nomination des dirigeants des chaînes publiques par le président[46]. Elle promeut la féminisation des nominations au sein du ministère de la culture et dans les établissements culturels[47].

Pour 2013, le budget de son ministère est en baisse de 2 % par rapport à celui de 2012[48]. Finalement, en avril, et malgré les promesses de campagne, elle annonce l'abandon de la réforme de la loi Hadopi. Seule une variable d'application de la loi est modifiée par décret[49]. Le budget de la culture est annoncé en baisse de 2,8 % en 2014[50]. En 2014, elle doit faire face aux grèves des intermittents du spectacle pendant les festivals d'été[4].

Elle annonce, le , son intention de ne pas participer au second gouvernement de Manuel Valls. Elle écrit une lettre expliquant qu'elle n'est plus en accord avec la politique menée : « Il y a un devoir de solidarité, mais il y a aussi un devoir de responsabilité vis-à-vis de ceux qui nous ont fait ce que nous sommes. Je choisis pour ma part la loyauté à mes idéaux. Je ne serai donc pas […] candidate à un nouveau poste ministériel[51]. »

Après le gouvernement

Elle retrouve son siège de députée de la Moselle le [52].

Dans une interview à Mediapart, le 4 octobre 2014, elle reproche à François Hollande son échec sur la gestion des hauts fourneaux de Florange, son enfermement dans les institutions de la Ve République ainsi que la personnalisation de la présidence de la République.

Elle fait partie des 39 députés socialistes, dits « frondeurs », à s'abstenir sur le budget de 2015. Elle justifie cette décision du fait « d'avoir des comptes à rendre à ses électeurs et aux Français » et affirme « n'avoir de leçon à recevoir de qui que ce soit » en réponse au premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui lui reproche son « manque de foi » et elle justifie également l'abstention de ses collègues anciens ministres Delphine Batho, Cécile Duflot et Benoît Hamon.

Elle est membre de l'équipe de campagne d'Arnaud Montebourg pour la primaire citoyenne de 2017[53]. Après la victoire de Benoît Hamon, elle devient l'une de ses porte-paroles pour la campagne présidentielle.

Candidate à sa réélection lors des élections législatives de 2017, elle est éliminée dès le premier tour avec seulement 11,8 % des voix[54].

À la rentrée 2017, Aurélie Filippetti devient enseignante à Sciences Po Paris sur le campus de Paris et sur celui de Nancy. De 2017 à 2019, elle rejoint aussi occasionnellement l'équipe des chroniqueurs de Marc-Olivier Fogiel dans son émission On refait le monde, sur RTL de 19 h 15 à 20 h[55], et de 2017 à 2019, elle assure un cours à l'ESJ Paris[56]. Depuis 2019, elle est chroniqueuse régulière de L'Esprit public sur France Culture.

Le 13 octobre 2017, elle est exclue pour un an et demi du Parti socialiste par la fédération de Moselle pour avoir soutenu une liste dissidente aux élections sénatoriales[57]. Elle dénonce un contexte de « purge politique » au PS contre « ceux qui ont défendu une ligne plus à gauche » que celle du parti ces dernières années[58]. Le , elle rejoint Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon, son ancien collègue au gouvernement et annonce son départ du PS[59].

Aurélie Filippetti démissionne du conseil municipal de Metz le 5 juillet 2018[60].

Élections régionales de 2021 dans le Grand Est

Le 9 décembre 2020, elle lance l'Appel inédit avec la députée LFI Caroline Fiat et la conseillère régionale PS Pernelle Richardot dans le but d'unir la gauche et les écologistes aux élections régionales de 2021 dans le Grand Est[61]. L'année suivante, elle est désignée pour conduire la liste « Union de la Gauche » [62]. La liste, notamment soutenue par La France insoumise et des dissidents du Parti socialiste, rassemble moins de 10 % des suffrages exprimés (8,64 %) et est éliminée au premier tour[63],[64].

Autres activités

Elle est présidente de 2005 à mai 2012 du conseil d'administration du Festival international de cinéma de Marseille (FID Marseille)[65].

De 2016 à 2020, elle est présidente du Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier (Cinémed)[66]. L'ancienne ministre socialiste, qui s'était retirée du monde politique pour enseigner à Sciences Po, sera chargée de renforcer le «projet culturel ambitieux en matière d'éducation artistique et culturelle» d'Anne Hidalgo[67].

Elle est nommée directrice des affaires culturelles de la Ville de Paris, à compter du 28 novembre 2022[68].

Prise de position

Après l'élection de Donald Trump comme président des États-Unis, elle estime que « la gauche américaine aurait dû être fidèle à Bernie Sanders éliminé lors des primaires démocrates plutôt qu’à Clinton, on a moqué Sanders mais c’est sans doute lui qui avait raison. Quand la gauche est trop libérale, trop proche des élites financières, cela ne marche pas[69]. »

Publications

  • 2003 : Les Derniers Jours de la classe ouvrière, Stock, rééd. en Livre de Poche (ISBN 2-253-10859-6)
  • 2004 : Fragments d'Humanité, ouvrage collectif édité à l'occasion des 100 ans du quotidien, Éditions Lansman (ISBN 978-2-8728-2461-8)
  • 2006 : Un homme dans la poche, Stock (ISBN 978-2-7578-0122-2)
  • 2008 : L'école forme-t-elle encore des citoyens ?, avec Xavier Darcos, Forum Libération de Grenoble sur CD audio, Frémeaux & Associés
  • 2010 : Si nous sommes vivants : le socialisme et l'écologie, avec Pierre-Alain Muet
  • 2012 : J’ai vingt ans, qu’est-ce qui m’attend ?, avec François Bégaudeau, Arnaud Cathrine, Maylis de Kerangal et Joy Sorman
  • participation à l'ouvrage collectif Qu'est-ce que la gauche ?, Fayard, 2017
  • 2018 : Les Idéaux, Fayard

Notes et références

  1. « Aurélie Filippetti », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  2. Roxana Azimi, « Aurélie Filippetti va diriger les affaires culturelles de la Ville de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Pierre Schill, « FILIPPETTI Angel [FILIPPETTI Angelo, francisé en Angel », sur Le Maitron, (consulté le ).
  4. a et b Marion Mourgue, « Filippetti - L'intermittente », Le Figaro Magazine, semaine du 27 juin 2014, pages 46-54.
  5. Biographies d'Angel et Tommaso Filippetti dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social de mai 1940 à mai 1968, tome 5, p. 205 à 207, Éditions de l'Atelier, 2009. Accès en ligne : Angel Filippetti et Tommaso Filippetti.
  6. Sur ce point, voir la communication de Pierre Schill, « Antifascisme et résistance ouvrière organisés autour de la CGT et du Parti communiste en Moselle annexée (1940-1945) : entre histoire et mémoire » présentée au colloque « Annexion et nazification en Europe », qui s'est tenu à Metz, les 7 et 8 novembre 2003. Elle figure aux p. 173 à 187 des actes publiés sous la direction de Sylvain Schirmann (université de Strasbourg) et téléchargeables sur le site internet du Mémorial d'Alsace-Moselle à Schirmeck.
  7. Décision du 8 décembre 2020 de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, dossier 14357.
  8. Aurélie Filippetti, une ombre de différence, lejdd.fr.
  9. Aurélie Filippetti, la normalienne du président.
  10. Aurélie Filippetti sur Journal des femmes.
  11. Emmanuel Graff, « L’HERITAGE DE l’HOMME DE FER », sur egraff.com (consulté le ).
  12. « Aurélie Filippetti, le cœur a ses raisons », sur liberation.fr, .
  13. « Aurélie Filippetti, la plus proche conseillère de Ségolène Royal », sur politique.net, (consulté le ).
  14. « Aurélie Filippetti est ministre de la culture », sur lorraine.france3.fr, .
  15. « Paris Match révèle la liaison entre Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg », sur francetvinfo.fr, mise en ligne et consulté le .
  16. « Arnaud Montebourg et Aurélie Filippeti se sont séparés », La Dépêche du .
  17. « Filippetti a accouché d’une petite Jeanne », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le ).
  18. « Plainte Filippetti / Piketty : domaine public ? », .
  19. « Violences conjugales : avertissement et rappel à la loi pour Piketty », .
  20. « Violences conjugales : Aurélie Filippetti porte plainte pour diffamation contre Thomas Piketty ».
  21. « Thomas Piketty condamné en diffamation contre Aurélie Filippetti ».
  22. « Thomas Piketty définitivement condamné pour diffamation envers Aurélie Filippetti », sur lemonde.fr.
  23. Conformément à l'article 2 du Décret no 57-549 du 2 mai 1957 portant institution de l'ordre des Arts et des lettres.
  24. Mandat : - .
  25. Sylvia Zappi, « Aurélie Filippetti, retour à la mine », lemonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  26. « Élections municipales des 11 et 18 mars 2001 - premier tour - résultats de la ville de Paris »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], sur paris.fr (consulté le ).
  27. « Élections législatives des 9 et 16 juin 2007 - premier tour - résultats de la ville de Paris »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], sur paris.fr (consulté le ).
  28. Blog de Jean-Marc Pasquet.
  29. « Aurélie Filippetti, le cœur et la raison », sur elle.fr, (consulté le ).
  30. Charlotte Rotman, « Aurélie Filippetti, le roman de la jeune rose » dans Libération, 13 décembre 2006.
  31. Article de L'Humanité du 30 novembre 2006.
  32. Sylvia Zappi, « Aurélie Filippetti, retour à la mine », Le Monde, 2 juin 2007.
  33. Communiqué du Conseil Fédéral de la convention pour la sixième république..
  34. Compte rendu d'assemblée générale de la Convention pour la sixième République, 25 juin 2005..
  35. Aux côtés de Manuel Valls, Jean-Louis Bianco, Delphine Batho, Pascal Terrasse, Julien Dray, Jean-Jack Queyranne, Gaëtan Gorce, David Assouline, François Rebsamen, Louis Mermaz, Gérard Collomb, Jean-Noël Guérini, Gilles Savary, Jean-Pierre Mignard et Malek Boutih.
  36. David Revault d'Allonnes, « L'équipe de François Hollande dévoilée », lemonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  37. « Les “60 engagements pour la France” de François Hollande », sur leparisien.fr (consulté le ).
  38. Résultats des élections législatives 2012 : MOSELLE (57) - 1re circonscription.
  39. « Aurélie Filippetti : une romancière au ministère de la Culture », .
  40. « Aurélie Filippetti : une femme de convictions Rue de Valois », .
  41. Le Républicain lorrain, 24 juillet 2012, « Aurélie Filippetti au conseil général ».
  42. lefigaro.fr, « En attendant le remaniement, les ministères tournent au ralenti », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  43. « Les membres du conseil municipal », sur mairie-metz.fr (consulté le ).
  44. Communiqué de presse relatif à la mise en œuvre de la loi sur le non cumul des mandats.
  45. Closermag.fr, « Encore une démission pour Aurélie Filippetti ! », sur closermag.fr (consulté le ).
  46. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Aurélie Filippetti veut une loi sur la protection des sources »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Libération, .
  47. « Aurélie Filippetti : une année de couacs à la Culture », Maxime Pargaud, lefigaro.fr, 15 juillet 2013.
  48. « Budget : les chiffres clés pour 2013 », .
  49. Ministère de la Culture et de la Communication, journal-officiel.gouv.fr.
  50. « Budget 2014 : qui sont les ministères gagnants et les perdants ? », metronews.fr, 30 juin 2013.
  51. Filippetti : « Je ne serai pas, cher François, candidate à un nouveau poste ministériel » Le Monde du 25 août 2014.
  52. « Mme Aurélie Filippetti - Mandat clos - Moselle (1re circonscription) - Assemblée nationale », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  53. « L'organigramme de l'équipe de campagne d'Arnaud Montebourg dévoilé », Libération, 2 janvier 2016.
  54. « Ces personnalités balayées dès le premier tour » - Le Figaro, 11 juin 2017.
  55. « Gaspard Gantzer et Aurélie Filippetti sur RTL à la rentrée », Le Point/AFP, 25 août 2017.
  56. « Aurélie Filippetti rejoint l'ESJ Paris »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?).
  57. « Aurélie Filippetti persona non grata au PS », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  58. « Filippetti dénonce une "purge politique" au PS », France 24, .
  59. Sophie de Ravinel, « Aurélie Filippetti rejoint le mouvement de Benoît Hamon », sur Le Figaro, .
  60. « Conseil municipal de Metz : Filippetti démissionne, Singer menacée d'exclusion », Le Républicain lorrain, .
  61. https://lappelinedit.fr
  62. Emmanuel Bouard, « Régionales 2021 dans le Grand Est : Aurélie Filippetti n'est plus l'égérie des ouvriers », sur France 3 grand est, (consulté le ).
  63. « Régionales 2021 : Jean Rottner largement en tête du premier tour dans le Grand-Est] », sur Libération, .
  64. « Grand Est. Élections régionales: pas de fusion entre les listes Romani et Filippetti », sur www.dna.fr (consulté le ).
  65. Aurélie Filippetti, site de campagne de François Hollande, 2012.
  66. « Le fabuleux destin méditerranéen d'Aurélie Filippetti », sur Le Monde, .
  67. « Aurélie Filippetti va diriger les affaires culturelles de la Ville de Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. « Nomination de directeur·rice·s de la Ville de Paris », sur bovp.apps.paris.fr, (consulté le ).
  69. « Trump : pour Jean-Christophe Cambadélis, “la gauche française est prévenue” », sur lemonde.fr, (consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Aurélie Filippetti, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Archive du site officiel

  • Ressources relatives à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Assemblée nationale
    • Base Sycomore
  • Ressource relative au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Les Archives du spectacle
  • Ressource relative à plusieurs domainesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Radio France
  • Ressource relative à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • IMDb
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Deutsche Biographie
    • Dictionnaire universel des créatrices
    • Store norske leksikon
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Belgique
    • Israël
    • Tchéquie
    • Grèce
    • WorldCat
v · m
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I ()
Sous la présidence de François Hollande
Affaires étrangères
Laurent Fabius
Ministre chargé des Affaires européennes : Bernard Cazeneuve
Ministre chargé du Développement : Pascal Canfin
Ministre chargée des Français de l'étranger et de la Francophonie : Yamina Benguigui

Jean-Marc Ayrault
Premier ministre
Éducation nationale
Vincent Peillon
Ministre chargée de la Réussite éducative : George Pau-Langevin
Justice
Christiane Taubira
Ministre déléguée : Delphine Batho
Économie, Finances et Commerce extérieur
Pierre Moscovici
Ministre chargé du Budget : Jérôme Cahuzac
Affaires sociales et Santé
Marisol Touraine
Ministre chargée des Personnes âgées et de la Dépendance : Michèle Delaunay
Ministre chargée de la Famille : Dominique Bertinotti
Ministre chargée des Personnes handicapées : Marie-Arlette Carlotti
Égalité des territoires et Logement
Cécile Duflot
Ministre chargé de la Ville : François Lamy
Intérieur Manuel Valls
Écologie, Développement durable et Énergie
Nicole Bricq
Ministre chargé des Transports et de l'Économie maritime : Frédéric Cuvillier
Redressement productif
Arnaud Montebourg
Ministre chargée de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme : Sylvia Pinel
Ministre chargé de l'Économie sociale et solidaire : Benoît Hamon
Ministre chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Économie numérique : Fleur Pellerin
Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social Michel Sapin
Défense
Jean-Yves Le Drian
Ministre chargé des Anciens combattants : Kader Arif
Culture et Communication Aurélie Filippetti
Enseignement supérieur et Recherche Geneviève Fioraso
Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du Gouvernement
Agriculture et Agroalimentaire Stéphane Le Foll
Réforme de l'État, Décentralisation
et Fonction publique
Marylise Lebranchu
Outre-Mer Victorin Lurel
Sports, Jeunesse, Éducation populaire
et Vie associative
Valérie Fourneyron
Ministre auprès du Premier ministre
Ministre chargé des Relations avec le Parlement : Alain Vidalies
Ordonnancement par ordre de préséance
( FILLON III) Gouvernement précédent ••••• Gouvernement suivant (AYRAULT II )
v · m
Gouvernement Jean-Marc Ayrault II (18 juin 2012 – 31 mars 2014)
Sous la présidence de François Hollande
Affaires étrangères
Laurent Fabius
Ministre chargé des Affaires européennes : Bernard Cazeneuve puis Thierry Repentin (1)
Ministre chargé du Développement : Pascal Canfin
Ministre chargée de la Francophonie : Yamina Benguigui
Ministre chargée des Français de l'étranger : Hélène Conway-Mouret

Jean-Marc Ayrault
Premier ministre
Éducation nationale
Vincent Peillon
Ministre chargée de la Réussite éducative : George Pau-Langevin
Justice Christiane Taubira
Économie et Finances
Pierre Moscovici
Ministre chargé du Budget : Jérôme Cahuzac (dém) (1) puis Bernard Cazeneuve (1)
Affaires sociales et Santé
Marisol Touraine
Ministre chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie : Michèle Delaunay
Ministre chargée de la Famille : Dominique Bertinotti
Ministre chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion : Marie-Arlette Carlotti
Égalité des territoires et Logement
Cécile Duflot
Ministre chargé de la Ville : François Lamy
Intérieur Manuel Valls
Commerce extérieur Nicole Bricq
Redressement productif
Arnaud Montebourg
Ministre chargé de l'Économie sociale et solidaire et de la Consommation : Benoît Hamon
Ministre chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Économie numérique : Fleur Pellerin
Écologie, Développement durable et Énergie
Delphine Batho (dém) (2) puis Philippe Martin (2)
Ministre chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche : Frédéric Cuvillier
Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social
Michel Sapin
Ministre chargé de la Formation professionnelle et de l'Apprentissage puis supprimé (1) : Thierry Repentin
Défense
Jean-Yves Le Drian
Ministre chargé des Anciens combattants : Kader Arif
Culture et Communication Aurélie Filippetti
Enseignement supérieur et Recherche Geneviève Fioraso
Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du Gouvernement
Agriculture, Agroalimentaire et Forêt
Stéphane Le Foll
Ministre chargé de l'Agroalimentaire : Guillaume Garot
Réforme de l'État, Décentralisation
et Fonction publique
Marylise Lebranchu
Ministre chargée de la Décentralisation : Anne-Marie Escoffier
Outre-Mer Victorin Lurel
Artisanat, commerce et Tourisme Sylvia Pinel
Sports, Jeunesse, Éducation populaire
et Vie associative
Valérie Fourneyron
Ministre auprès du Premier ministre
Ministre chargé des Relations avec le Parlement : Alain Vidalies
  • Ordonnancement par ordre de préséance
  • (dém) Démission
  • (1) Remaniement du
  • (2) Remaniement du
( AYRAULT I) Gouvernement précédent ••••• Gouvernement suivant (VALLS I )
v · m
Gouvernement Manuel Valls I ()
Sous la présidence de François Hollande
Affaires étrangères et Développement international
Laurent Fabius
Secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger : Fleur Pellerin
Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes : Harlem Désir
Secrétaire d'État chargée du Développement et de la Francophonie : Annick Girardin

Manuel Valls
Premier ministre
Écologie, Développement durable et Énergie
Ségolène Royal
Secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche : Frédéric Cuvillier
Éducation nationale, Enseignement supérieur et Recherche
Benoît Hamon
Secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche : Geneviève Fioraso
Justice, garde des sceaux Christiane Taubira
Finances et Comptes publics
Michel Sapin
Secrétaire d'État chargé du Budget : Christian Eckert
Économie, Redressement productif et Numérique
Arnaud Montebourg
Secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Économie sociale et solidaire : Valérie Fourneyron, puis Carole Delga (1)
Secrétaire d'État chargée du Numérique : Axelle Lemaire
Affaires sociales
Marisol Touraine
Secrétaire d'État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l'Autonomie : Laurence Rossignol
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion : Ségolène Neuville
Travail, Emploi et Dialogue social François Rebsamen
Défense
Jean-Yves Le Drian
Secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire : Kader Arif
Intérieur Bernard Cazeneuve
Droits des femmes, Ville, Jeunesse et Sports
Najat Vallaud-Belkacem
Secrétaire d'État chargé des Sports : Thierry Braillard
Décentralisation, Réforme de l'État
et Fonction publique
puis Décentralisation et Fonction publique (1)
Marylise Lebranchu
Secrétaire d'État chargé de la Réforme territoriale : André Vallini
Culture et Communication Aurélie Filippetti
Agriculture, Agroalimentaire et Forêt Stéphane Le Foll, porte-parole du Gouvernement
Logement et Égalité des territoires Sylvia Pinel
Outre-mer George Pau-Langevin
Secrétaires d'État auprès du Premier ministre
Secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement : Jean-Marie Le Guen
Secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification (1) : Thierry Mandon
( AYRAULT II) Gouvernement précédent •••• Gouvernement suivant (VALLS II )
v · m
Ministres
Secrétaires d'État
  • icône décorative Portail de la politique française
  • icône décorative Portail de la littérature française
  • icône décorative Portail de l’écologie politique
  • icône décorative Portail de la Moselle
  • icône décorative Portail du socialisme