Pascal Dusapin

Pascal Dusapin
Description de cette image, également commentée ci-après
Pascal Dusapin en 2020.

Données clés
Naissance (68 ans)
Nancy
Activité principale Compositeur
Style
Musique contemporaine
Activités annexes photographie
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Maîtres Olivier Messiaen, Iannis Xenakis
Distinctions honorifiques Chevalier de la Légion d'honneur (2014)
Officier de l'ordre national du Mérite (2022)
Commandeur des Arts et des Lettres (2003)

Œuvres principales

modifier Consultez la documentation du modèle

Pascal Dusapin, né le à Nancy, est un compositeur de musique contemporaine français. Il est l’auteur de nombreuses pièces pour solistes, musique de chambre et grand orchestre ainsi que d'ouvrages lyriques, et est reconnu pour ses opéras.

Biographie

Né le à Nancy[1], Pascal Dusapin apprend dans un premier temps la musique via des cours particuliers, en particulier le piano et l'orgue[2]. Au-delà de la musique contemporaine, Pascal Dusapin s'intéresse au jazz et poursuit sa pratique de l'orgue[1]. Puis, arrivé à Paris en 1969[2], il étudie en tant qu'auditeur libre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris avec Olivier Messiaen[réf. nécessaire] puis, entre 1974 et 1978, à l'Université Panthéon-Sorbonne et prend des cours avec le compositeur franco-grec Iannis Xenakis[3] (dont il aura été l'unique élève[4]). À l'université, il étudie surtout la musicologie, les arts plastiques et les sciences de l'art[1] et sort lauréat de la Fondation Marcel-Bleustein-Blanchet pour la vocation en 1977, après avoir bénéficié de son parrainage[1]. Pascal Dusapin est rapidement influencé par le langage musical d'Iannis Xenakis mais également du français Edgard Varèse, particulier sa pièce pour orchestre de 1927, Arcana[1]. Il étudie enfin avec Franco Donatoni au cours de séminaires de composition[réf. nécessaire].

Il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome de 1981 à 1983[5] et reçoit de très nombreuses distinctions dès le début de sa carrière. Malgré sa volonté de ne pas se risquer à l'écriture d'opéras car il redoute cet « art bourgeois inaccessible »[3], son premier ouvrage du genre naît à l'occasion d'une commande que lui confie René Koering[3], alors directeur du Festival Radio France Occitanie Montpellier. Roméo et Juliette, dont l'écriture du livret est confié à son ami le dramaturge français Olivier Cadiot, est créé en 1989 à Montpellier lors du festival[3]. Par la suite, durant les années 1990, il compose plusieurs autres opéras et se charge lui-même de l'écriture du livret : Medeamaterial voit ainsi le jour en 1992 à La Monnaie de Bruxelles, produit plus d'une vingtaine de fois entre sa création et le début des années 2020[3]. Faustus, the Last Night, opéra en anglais créé en 2006 à Berlin, se fait remarquer par la critique étrangère et américaine en particulier, ce qui déclenche une carrière internationale[3].

Il est compositeur en résidence du conservatoire à rayonnement régional de Strasbourg et du Festival Musica en 2000[réf. nécessaire]. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts de Munich en [réf. nécessaire] et nommé professeur à la chaire de Création artistique du Collège de France pour l'année académique 2006-2007[1]. En mars 2008, il fait partie de la Commission présidée par Hugues Gall et chargée par Christine Albanel, ministre de la Culture, de pourvoir le poste de directeur de l'Académie de France à Rome[réf. nécessaire].

En 2018, Emmanuel Macron lui passe commande (ainsi qu'au sculpteur allemand Anselm Kiefer) d'une œuvre pérenne devant accompagner le transfert des cendres de l'écrivain Maurice Genevoix au Panthéon de Paris le [réf. nécessaire]. L'œuvre, intitulée In nomine lucis (« Au nom de la lumière », en latin) fait référence au titre d'une pièce pour orgue du compositeur italien Giacinto Scelsi (1974)[6]. Pascal Dusapin, quant à lui, a choisi de mettre en musique des textes issus de trois sources latines : L’Ecclésiaste, Virgile, et des « locutions funéraires de la Rome antique », auxquelles il a associé les noms de 15 000 morts pour la France lus par Florence Darel et Xavier Gallais[7]. L'ambition du compositeur a été de faire « chanter les pierres » et indique avoir voulu transformer le Panthéon « en poumon chantant »[8]. Pour arriver à cela, l'œuvre, chantée et récitée, a été préalablement enregistrée à la Philharmonie de Paris par le Chœur de chambre Accentus, placé pour l'occasion sous la direction de Richard Wilberforce[9]. Lors de la cérémonie, In nomine lucis a été diffusée par soixante-dix haut-parleurs dissimulés dans de faux blocs de pierre placés dans différentes parties de cette « cathédrale laïque » : le chœur et les transepts.

Vie privée

Pascal Dusapin est l'époux de l'actrice Florence Darel avec qui il a eu un enfant en 2009[10].

Pascal Dusapin est aussi un photographe amateur :

« La photo a toujours été essentielle. Bien que la musique ait tout balayé après l'adolescence, cette pratique m'est restée en sous-bois, comme un contrepoint salutaire : un besoin d'apaisement par rapport à la violence de mon écriture musicale[11]. »

Décorations

Réception critique

Dusapin se dégage des carcans et des contraintes propres à la musique du milieu du XXe siècle, affirmant vouloir bannir la « musique Hiroshima[4] ».

Selon le critique Claude Glayman, la musique de Dusapin est « ludique, joyeuse […] Au total, une clarté nouvelle mais bien dans la tradition de la musique française : univers post-tonal, post-atonal, qui a contribué à débloquer la musique de notre temps[4]. »

Œuvres

Œuvres orchestrales et de chambre

  • Souvenir du silence, pour treize cordes solistes (1976)
  • Igitur, pour voix de femme et treize instrumentistes (1977)
  • Lumen, pour voix de femme et six instrumentistes (1977)
  • L'Homme aux liens, pour deux sopranos et trois violons (1978/)
  • Le Bal, musique pour Line (1978)
  • Timée (1978)
  • La Rivière, pour orchestre (1979)
  • Inside, pour alto (1980)
  • Musique captive, pour huit instruments à vent (1980)
  • Musique fugitive, pour trio à cordes (1980)
  • Trois instantanés, musique de scène pour deux clarinettes et trois violoncelles (1980)
  • L'Aven, pour flûte solo et orchestre (1981)
  • Shin'gyo, soutrâ japonais pour soprano et piccolo (1981)
  • Fist, pour huit instruments (1982)
  • Incisa, pour violoncelle (1982)
  • Niobé, ou le Rocher de Sypile (1982)
  • Tre Scalini, pour grand orchestre (1982)
  • Quatuor à cordes no 1 (1983, révisé en 1996)
  • Hop' , pour quatre groupes de trois instrumentistes (1984)
  • If, pour clarinette (1984)
  • La Conversation, Suite en dix pièces pour huit instrumentistes (1984)
  • Assai, pour orchestre (1985)
  • Item, pour violoncelle (1985)
  • Itou, pour clarinette basse (1985)
  • Semino, chant à six voix pour Louis sur le 28e fragment du poème de Parménide (1985)
  • To God, pour soprano et clarinette, sur un texte de William Blake (1985)
  • Treize Pièces pour Flaubert, musique de scène (1985)
  • Ici, pour flûte (1986)
  • Mimi, pour deux voix de femme et ensemble (1986)
  • Poco a poco, pièce pédagogique pour six instrumentistes (1986)
  • Aks, pour mezzo-soprano et sept instrumentistes (1987)
  • Anacoluthe, pour voix de femme, clarinette contrebasse et contrebasse à cordes (1987)
  • Haro (1987)
  • Il-Li-Ko, pour soprano, sur un texte d'Olivier Cadiot (1987)
  • Indeed, pour trombone (1987)
  • Iti, pour violon (1987)
  • Red Rock, extrait no 6 de Roméo et Juliette (1987)
  • Sly, huit pièces pour quatuor de trombones (1987)
  • For O., pour deux voix de femmes (1988)
  • Laps, pour clarinette et contrebasse (1988)
  • I Pesci, pour flûte (1989)
  • In & Out, pour contrebasse (1989)
  • Neuf Musiques pour «Le Fusil de chasse», musique de scène pour clarinette, trombone et violoncelle (1989)
  • Time Zones, Quatuor à cordes no 2 (1989)
  • So Full of Shapes Is Fancy, pour soprano et clarinette basse (1990)
  • Aria, pour clarinette et treize instrumentistes (1991)
  • Attacca, pour 2 trompettes en Ut et timbales (1991)
  • Invece, pour violoncelle (1991)
  • Stanze, dyade pour quintette de cuivres (1991)
  • Coda, pour treize instrumentistes (1992)
  • Go, solo no 1 pour orchestre (1992)
  • Ohimé, pour violon et alto (1992)
  • Comoedia, pour soprano et six instrumentistes (1993)
  • Khôra, pour orchestre à cordes (1993)
  • Quatuor à cordes no 3 (1993)
  • Extenso, solo no 2 pour orchestre (1994)
  • Canto, pour soprano, clarinette et violoncelle (1995)
  • Two Walking, cinq pièces pour deux voix de femmes (1995)
  • Watt, pour trombone et orchestre (1995)
  • Apex, solo no 3 pour orchestre (créé en 1996)
  • Celo, concerto pour violoncelle et orchestre (1996)
  • Immer, pour violoncelle solo (1996)
  • Loop, pour deux quatuors de violoncelles (1996)
  • Quad, “In memoriam Gilles Deleuze, pour violon et quinze musiciens (1996)
  • Granum sinapis, pour chœur seul (1997), créé par le chœur de chambre Accentus
  • Umbrae mortis (In memoriam Francisco Guerrero), pour chœur seul (1997)
  • Cascando, pour 8 instrumentistes (1997)
  • Quatuor à cordes no 4 (1997), créé avec le quatuor Pražák à l'occasion du festival ProQuartet
  • Clam, solo no 4 pour orchestre (1998)
  • Étude pour piano no 1 « Origami » (1998)
  • Étude pour piano no 2 « Igra » (1998)
  • Étude pour piano no 3 « Tangram » (1999)
  • Étude pour piano no 4 « Mikado » (1999)
  • Requiem[s] (2000), chœur de chambre Accentus, Ensemble Ars nova[15]
  • Dona eis, pour chœur et ensemble à vent (1999), créé par le chœur de chambre Accentus
  • In nomine, pour alto (2000)
  • A Quia, pour piano et orchestre (2003)
  • Exeo, solo no 5 pour orchestre (2003)
  • Momo, spectacle musical jeune public (5/8 ans) tiré de l'illustration sonore du livre éponyme (2003)
  • Perelà Suite, pour orchestre (2004)
  • Quatuor V, pour quatuor à cordes (2004-2005)
  • Reverso, solo no 6 pour orchestre (2007)
  • Quatuor VI Hinterland, hapax, pour quatuor à cordes et orchestre (2009)
  • Quatuor VII « OpenTime » (2009), créé par le Quatuor Arditti
  • Uncut, Solo no 7 pour orchestre (2009)
  • Morning in Long Island concert no 1 pour grand orchestre (2010)
  • Microgrammes, sept pièces pour trio à cordes (2010)
  • Aufgang, concerto pour violon et orchestre (2011)
  • Jetzt Genau!, concertino pour piano et six instruments (2012)
  • Outscape, concerto pour violoncelle et orchestre, créé le par Alisa Weilerstein et le Chicago Symphony Orchestra
  • In nomine lucis pour le transfert du corps de l'écrivain Maurice Genevoix au Panthéon de Paris (11 novembre 2020)

Opéras

Publications

  • Momo et les instruments de musique (Les cordes), Leigh Sauerwein et Georg Hallensleben, livre audio, musique de Pascal Dusapin, direction musicale de Philippe Nahon et lecture par André Wilms, coll. « Mes premières découvertes de la musique », Gallimard Jeunesse Musique, 1996 (ISBN 2-07-058618-9)
  • Études pour piano livre-disque mêlant ses études avec ses photographies[16], Actes Sud, 2012

Distinctions

  • 1977 : Lauréat de la Fondation de la vocation
  • 1979 : Prix Hervé-Dugardin (SACEM)
  • 1993 : Prix de l'Académie des beaux-arts et prix du Syndicat de la critique
  • 1994 : Prix symphonique de la SACEM
  • 1995 : Grand prix national de musique du ministère de la Culture
  • 1998 : Victoire de la musique attribuée pour le disque gravé avec l’Orchestre national de Lyon
  • 1998 : Grand prix de la Ville de Paris
  • 2002 : Victoire de la musique comme « Compositeur de l’année »
  • 2005 : Prix de composition musicale Cino Del Duca de l'Académie des beaux-arts
  • 2007 : Prix international Dan David
  • 2017 : Coup de cœur Musique contemporaine 2017 de l'académie Charles-Cros pour Item, proclamé le 3 janvier 2018 lors de l’émission Le concert du soir d’Arnaud Merlin sur France Musique[17]

Notes et références

  1. a b c d e et f Alain Féron, « Pascal Dusapin (1955-) », Encyclopædia Universalis, [lire en ligne (page consultée le 15 janvier 2023)], Accès limité.
  2. a et b Valentine Dechambre, « Pascal Dusapin : composer avec la vie » (entretien), La Cause freudienne, vol. 70, no 3,‎ , p. 213-228 (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o et p Jacques Amblard, « Pascal Dusapin », dans Hervé Lacombe, Histoire de l'opéra français. De la Belle Epoque au monde globalisé, Fayard, (ISBN 9782213709918), p. 877-880.
  4. a b et c Claude Glayman, « Pascal Dusapin », dans Musiciens de notre temps depuis 1945, Paris, éditions Plume et SACEM, , p. 159 et 162.
  5. « Pascal Dusapin », sur Maison de la Radio et de la Musique (consulté le ).
  6. Benoît Grossin, « Avec Maurice Genevoix, la musique fait son entrée au Panthéon », sur France Culture, (consulté le ).
  7. Judicaël Lavrador, « Au Panthéon, Anselm Kiefer et Pascal Dusapin esquivent la pompe funèbre », sur Libération, (consulté le ).
  8. « Une œuvre de Pascal Dusapin pour accompagner l'entrée au Panthéon de Maurice Genevoix », Diapason, 11 novembre 2020.
  9. (en-GB) « Richard Wilberforce », sur The Exon Singers, (consulté le ).
  10. Clément Rochefort, « Ouverture du festival Présences 2021 : Pascal Dusapin & ses amis : Crankshaw, Accroche Note, l'ensemble 2e2m… » (audio), sur France Musique, (consulté le ).
  11. Thierry Hillériteau, « Pascal Dusapin : “Créer, c'est faire acte de résistance” », Le Figaro, 8 novembre 2012.
  12. Décret du 31 décembre 2014 portant promotion et nomination (lire en ligne).
  13. La Rédaction, « Ordre national du Mérite : promotions et nominations », sur ResMusica, .
  14. « Bulletin officiel des décorations, médailles et récompenses n°02 du 30 mars 2004 - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  15. Laurence Equilbey. 1-8 granum sinapsis (20 min 18 s) 9 umbræ mortis (4 min 13 s) 10-15 dona eis (19 min 53 s). Une co-production Naïve-Auvidis/ Région de Lorraine + MFA (Musique Française) + Fondation France Telecom.
  16. Études pour piano sur actes-sud.fr.
  17. « Coup de cœur Musique contemporaine 2017 », sur Académie Charles-Cros (consulté le ).

Liens externes

  • Ressources relatives à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AllMusic
    • BRAHMS
    • Carnegie Hall
    • Discogs
    • Grove Music Online
    • MusicBrainz
    • Muziekweb
    • Rate Your Music
    • Songkick
  • Ressources relatives au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Archives suisses des arts de la scène
    • Les Archives du spectacle
    • Kunstenpunt
  • Ressources relatives à la rechercheVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Académie royale de Belgique
    • Collège de France
  • Ressources relatives aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AGORHA
    • Delarge
  • Ressource relative à plusieurs domainesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Radio France
  • Ressource relative à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • IMDb
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Brockhaus
    • Deutsche Biographie
    • Larousse
    • Munzinger
    • Universalis
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Japon
    • CiNii
    • Belgique
    • Pays-Bas
    • Pologne
    • Israël
    • NUKAT
    • Tchéquie
    • WorldCat
  • CineZik


v · m
Opéras de Pascal Dusapin
  • icône décorative Portail de la musique classique
  • icône décorative Portail de l’opéra
  • icône décorative Portail de la France
  • icône décorative Portail de Nancy