Louis Jouvet

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Jouvet.

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.
Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » ().

Vous pouvez améliorer la vérifiabilité en associant ces informations à des références à l'aide d'appels de notes.

Louis Jouvet
Louis Jouvet en 1947.
Biographie
Naissance

Crozon, Finistère
Décès
(à 63 ans)
Paris
Sépulture
Nom de naissance
Jules Eugène Louis Jouvet
Nationalité
Drapeau de la France Française
Activités
Conjoint
Else Collin
Enfant
Anne-Marie Jouvet, Jean-Paul Jouvet, Lisa Jouvet
Autres informations
Membre de
Cartel des quatreVoir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Maître
Films notables
Les Bas-fonds
Drôle de drame
Hôtel du Nord
Quai des Orfèvres
Knock
Publications
Le Comédien désincarné
Témoignages sur le théâtre
signature de Louis Jouvet
Signature
Tombe de Louis Jouvet, de son épouse et de ses trois enfants au cimetière de Montmartre (division 14).

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Louis Jouvet est un comédien, metteur en scène et directeur de théâtre français, professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, né le à Crozon (Finistère) et mort le à Paris 9e.

Par son travail d'acteur, de metteur en scène comme d'enseignant et les écrits qu'il a laissés, il a formé et marqué des générations d'acteurs partout dans le monde, jusqu'aux fondateurs de l'Actors Studio[réf. souhaitée]. Il est considéré comme l'un des acteurs français les plus importants du XXe siècle[réf. souhaitée].

Biographie

Origines familiales et formation

Jules Eugène Louis Jouvet naît à Crozon le à h du matin, de Louis Léon Jouvet (1852-1902), 36 ans[a], conducteur de travaux, et d'Eugénie Victoire Séjournet (1859-1937), 29 ans[a], son épouse, sans profession[1],[2],[3]. En 1887, son père, Louis Léon Jouvet, se trouve dans le Finistère dans le cadre de la construction du fort de Landaoudec[b], à Crozon[4], bourg côtier de l'océan Atlantique qui compte alors environ 8 500 habitants.

Devenue veuve en 1902, lorsque le jeune Louis Jouvet est âgé de 14 ans, la mère part avec ses enfants s'installer à Rethel, dans les Ardennes, où vivent ses deux frères, Gustave, pharmacien à Rethel, et Jules, médecin à Revin[4].

Influencé par sa famille, Louis entame des études de pharmacie, d'abord à l'université de Toulouse, puis, à partir de 1904[réf. nécessaire], à Paris.

Mais il consacre la plus grande partie de son temps libre au théâtre : d'abord dans la troupe de Léon Noël ; puis celle du théâtre d'Action d'art de 1908 à 1910 (il part avec elle en province jouer devant des auditoires populaires[réf. nécessaire]) ; celle du théâtre des Arts ; enfin à l'Odéon et au Châtelet.

En parallèle, il se présente au concours d'entrée du Conservatoire d'art dramatique de Paris, où il échoue à trois reprises[Quand ?].

De la faculté au Vieux-Colombier

En 1912, son diplôme de pharmacien obtenu, il court les cachets et fait ainsi une courte apparition dans un film aux côtés de Harry Baur.

En 1913, il est engagé avec son ami Charles Dullin par Jacques Copeau, alors directeur du théâtre du Vieux-Colombier. C'est un véritable tournant dans sa carrière : il y est régisseur, décorateur, assistant et enfin comédien.

En 1914, la Première Guerre mondiale éclate, Louis Jouvet est engagé volontaire. Il est ambulancier, puis pharmacien auxiliaire. Démobilisé en 1917, il retrouve la troupe du Vieux-Colombier.

En , la troupe du Vieux-Colombier s'installe pour deux saisons au Garrick Theatre de New York. Le succès obtenu n'est pas à la hauteur des attentes ; les relations entre Jouvet et Copeau se dégradent.

En 1920, c'est le retour à Paris : le Vieux-Colombier rouvre ses portes.

Entre-deux-guerres

En 1922, Jouvet rompt avec Jacques Copeau. Engagé par Jacques Hébertot, qui dirige alors le théâtre des Champs-Élysées et la Comédie des Champs-Élysées, en qualité de directeur technique de ces deux salles, il participe à la scénographie du troisième théâtre, le Studio des Champs-Élysées, et se voit confier des mises en scène, en alternance avec Georges Pitoëff. L'année suivante, en , il remporte son premier grand succès avec Knock ou le Triomphe de la médecine[5] de Jules Romains, qu'il joue 1 500 fois.

À la fin de 1924, plusieurs comédiens venus du théâtre du Vieux-Colombier le rejoignent. Jacques Hébertot s'éloigne. Louis Jouvet devient directeur de la Comédie des Champs-Élysées, où il demeure jusqu'en 1934.

En 1928, il rencontre Jean Giraudoux, dont il crée plusieurs pièces. Pendant deux années il dirige le théâtre Pigalle où il présente avec succès Donogoo Tonka de Jules Romains le 8 octobre 1930, puis en 1931 Judith de Jean Giraudoux. À partir de 1934, il dirige le théâtre de l'Athénée, où il donne la première de La guerre de Troie n'aura pas lieu (1935) et celle d'Ondine (1939).

Gaston Baty, Charles Dullin, Georges Pitoëff et Jouvet fondent le une association d'entraide, le « Cartel des Quatre », qui dure jusqu'en 1940. Leur objectif est de faire en sorte que le théâtre crée une poésie qui lui soit propre, et de jouer des auteurs contemporains.

Entre-temps, Jouvet a commencé parallèlement à ses activités théâtrales une carrière au cinéma avec Topaze de Louis Gasnier en 1933, et la même année, triomphe déjà avec Knock, qu'il coréalise lui-même. Il y poursuit une carrière brillante jusqu'à sa mort, en en fermant le cycle avec une reprise de Knock signée par Guy Lefranc en 1951.

On lui propose la direction de la Comédie-Française, qu'il refuse car il est trop occupé par celle de son propre théâtre. À l'Athénée, il triomphe avec des pièces de Molière et de Giraudoux, et d'autres œuvres du répertoire classique.

Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il effectue une tournée en Amérique latine à la suite de l'occupation allemande. Entre 1941 et 1945, il se produit à Buenos Aires (Argentine), où est installé son cousin, l'acteur Maurice Jouvet (es). Il y représente Ondine, de son ami Jean Giraudoux, pièce qu'il a créée deux ans auparavant à Paris. Il emmène la pièce en tournée à Montevideo, São Paulo et à Rio de Janeiro. Il crée dans cette ville L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel en 1942, dans laquelle joue l'actrice belge Madeleine Ozeray (1908-1989), comédienne de sa troupe devenue sa compagne.

À la Libération en 1945, il rentre en France pour diriger La Folle de Chaillot avec Marguerite Moreno (1871-1948) en hommage à Jean Giraudoux, décédé l'année précédente.

À la tête du théâtre de l’Athénée

Louis Jouvet reprend la direction du théâtre de l’Athénée, qui devient plus tard le théâtre de l'Athénée Louis-Jouvet. C'est là qu'il crée La Folle de Chaillot (1945). Le , il reçoit la Légion d'honneur.

Le , c'est lui qui lit la prière de Willette à la messe du mercredi des Cendres, célébrée en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois en présence du nonce apostolique Angelo Giuseppe Roncalli (le futur pape Jean XXIII), du cardinal Maurice Feltin, et d'une foule d'artistes. Cette messe et sa prière s'adressent à ceux qui vont mourir dans l'année. Sa disparition six mois plus tard marque les esprits, au point que l'année suivante elle fut dite par trois récitants[6].

Il aide également les nouvelles figures du théâtre et de la décentralisation théâtrale, Maurice Sarrazin, André Barsacq, Jean-Louis Barrault et Jean Vilar notamment, et met en scène, au théâtre Antoine à Paris, Le Diable et le Bon Dieu, pièce écrite par Jean-Paul Sartre en 1951. Le soir de la première il est à Toulouse, où il prodigue ses conseils au jeune directeur du nouveau Centre dramatique, M. Sarrazin.

Vie privée

Louis Jouvet se marie le avec Else Collin (1886-1967)[7], avec laquelle il va avoir trois enfants : Anne-Marie (1914-1998), Jean-Paul (1917-1978) et Lisa Jouvet[1] (1924-2004).

Il est ensuite le compagnon de la comédienne Madeleine Ozeray[1].

Puis, dans les années 1940 et jusqu'à sa mort, il a une longue liaison avec la comédienne Monique Mélinand[1].

Mort

Malade du cœur, Louis Jouvet meurt le [8], dans la pièce qui lui sert de bureau, dans son théâtre, au 24, rue de Caumartin[1],[c], à la suite d'un infarctus du myocarde alors qu'il dirige une répétition de la pièce La Puissance et la Gloire, d'après Graham Greene, adaptation de Pierre Bost.

Il est enterré au cimetière de Montmartre (division 14)[2] à Paris. Il y est rejoint par son épouse Else Collin, ses deux filles, son fils, ainsi que sa bru.

Jouvet et le cinéma

Au cinéma, il joue dans trente-deux films, dont plusieurs chefs-d'œuvre passés à la postérité : Quai des Orfèvres d'Henri-Georges Clouzot, où il trouve, pour beaucoup, l'un de ses meilleurs rôles ; Hôtel du Nord, aux côtés d'Arletty, célèbre pour son fameux « Atmosphère, atmosphère », et Drôle de drame, dans lequel il donne à Michel Simon la réplique devenue célèbre : « Moi, j'ai dit : « Bizarre, bizarre » ? Comme c'est étrange… […] Moi, j'ai dit : « Bizarre ? », comme c'est bizarre. ». Knock ou le Triomphe de la médecine est porté à l'écran par l'acteur lui-même (avec Roger Goupillières) en 1933 ; Jouvet interprète à nouveau le personnage dans la version de Guy Lefranc en 1951, peu avant sa mort. Il joue dans deux films réalisés par Jean Renoir : Les Bas-fonds en 1936, avec Jean Gabin, et La Marseillaise en 1937. Dans L'Alibi, sous la direction de Pierre Chenal, il rencontre pour un face-à-face Erich von Stroheim. Dans Copie conforme, il incarne le chef d'une bande de voleurs qui engage son sosie pour se faire innocenter. Aux côtés de Suzy Delair, Jouvet y tient un double rôle. En 1948, il joue l'inspecteur Carrel, qui enquête sur la mort du truand Vidauban, également son sosie, dans Entre onze heures et minuit d'Henri Decoin. Son ami et dialoguiste favori Henri Jeanson met en scène Lady Paname et reforme le duo Jouvet-Delair.

Jouvet aimait le théâtre plus que le cinéma. « Au théâtre on joue, au cinéma on a joué », disait-il. Cela ne l'empêchera pas de jouer, au cinéma, des adaptations théâtrales saluées par la critique et très appréciées du public : Volpone, avec Harry Baur et Charles Dullin, et les deux versions de Knock. Fidèle en amitié, il acceptait spontanément de jouer dans un film dont Jeanson avait signé les dialogues, ou encore exigeait un rôle pour ses amis dans les films dans lesquels il figurait lui-même (cas de Charles Dullin dans Volpone et Quai des Orfèvres). Sa passion du théâtre l'a poussé à jouer dans Entrée des artistes de Marc Allégret, où il tient son propre rôle de professeur de théâtre du Conservatoire et qui est presque un reportage sur l'art de Jouvet ; La Fin du jour de Julien Duvivier, où il incarne un acteur de théâtre complètement habité par ses personnages et qui, confondant réalité et fiction, sombre dans la folie ; enfin Miquette et sa mère, où Clouzot lui a confié le rôle du pittoresque Monchablon, « grand premier rôle en tous genres » et directeur d'une troupe de théâtre ambulant.

« Plus l’écrin est noir plus la perle brille »

— Réponse à Paul Gordeaux critique dramatique, à la question :
« Pourquoi donc jouez-vous avec des acteurs de troisième zone ? »

Filmographie

Certaines filmographies mentionnent le titre Shylock de Henri Desfontaines (1913) ; or Louis Jouvet ne figure pas au générique du film[9].

Théâtre

Comédien

  • 1908 :
  • 1909 :
    • 1er août, Andromaque de Racine, avec le théâtre d'Action d'art
    • , La Nouvelle Idole de François de Curel, avec le théâtre d'Action d'art
    • , Les Maîtres de la Vie, de Roger Dévigne (Georges-Hector mai) avec le théâtre d'Action d'art, à Angoulême
    • , Le Faiseur de Balzac, à l'Université Populaire du Faubourg Saint-Antoine, et le , salle du Trocadéro
    • La Fille de Roland de Henri de Bornier, à Provins
    • Maison de Poupée d'Ibsen, à l'Université Populaire du Faubourg Saint-Antoine
  • 1910 :
    • création du Colonel Chabert de Louis Forest, d'après Balzac, le , à l'Athénée Saint-Germain, avec le théâtre d'Action d'art[11]
    • , Poil-de-Carotte de Jules Renard, à l'Université Populaire du Faubourg Saint-Antoine, dernier spectacle du théâtre d'Action d'art qui cesse son activité

Théâtre du Vieux-Colombier

Garrick Theatre New York

Théâtre du Vieux-Colombier

Metteur en scène et comédien

Théâtre du Vieux-Colombier

Comédie des Champs-Élysées

Théâtre Pigalle

Comédie des Champs-Élysées

Théâtre Pigalle

Comédie des Champs-Élysées

Théâtre de l'Athénée

Comédie-Française

Tournée en Amérique latine 1941-1945

Théâtre de l'Athénée

Publications de Louis Jouvet

  • Elvire Jouvet 40. Sept leçons de L. J. à Claudia sur la 2e scène d'Elvire du Dom Juan de Molière, tirées de Molière et la comédie classique de Louis Jouvet, BEBA éditeur, 1986, puis, Paris, Solin, 1992.
  • Molière et la comédie classique; extraits des cours de Louis Jouvet au Conservatoire, 1939-1940, Paris, Gallimard, 1965 (réédition 1998).
  • Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2009.
  • Le Comédien désincarné, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2009.
  • Écoute, mon ami, Paris, Flammarion, 2001. (1952)

Discographie

Albums
  • Louis Jouvet et sa Compagnie, L'École des femmes (3LP), Pathé PCX 5003 à 5005 ; et Pathé-Marconi 2C 161-12097 à 12099
  • Edwige Feuillère, Simone Valère, Jean Debucourt, Jean Desailly, Jean Deschamps, Pierre Renoir, Louis Jouvet, Visages de Giraudoux (LP), L'Encyclopédie sonore / Hachette 320E801
  • Louis Jouvet, Michel Bouquet, Jean Vilar, Hommage à Molière (2LP), Hachette 320E972 et 320E973
  • Hommage à Louis Jouvet (2LP) Radiodiffusion-Télévision Française TS 30LA549 ; et Disques Adès 7007 et 7008
  • Louis Jouvet joue Giraudoux (LP), Disques Adès 13.032
  • Grands moments de L'Athénée (2LP), Disques Adès / Radiodiffusion-Télévision Française 19.015
Singles & EPs
  • Louis Jouvet, Pourquoi j'ai monté Dom Juan, conférence faite le à l'université des Annales (EP), Pathé 45ED54
  • Jules Romains, Louis Jouvet, Knock - Acte II (78 t), Columbia BF13
  • Louis Jouvet, Michel Simon & Armontel, Knock / Jean de La Lune (45 t), Columbia ESJF1
  • Pierre Renoir, Louis Jouvet, Jean Deschamps, Edwige Feuillère, Giraudoux : La guerre de Troie n'aura pas lieu (EP), Siegfried / L'Encyclopédie sonore 190E122
  • Docteur Jacques Sourdille, Louis Jouvet, Albert Schweitzer, Friedrich Wilhelm, Viktor Albrecht, Paul Deschanel, Des médecins et des hommes en documents sonores (Flexi 45 t), Tonus / Publications audiovisuelles Claude-Maxe
Compilations
  • Louis Jouvet, Hommage à Jean Giraudoux (LP), Disques Adès 10.053

Distinctions

Postérité

Références cinématographiques

  • Le critique gastronomique Anton Ego du film d'animation Ratatouille est une référence à l'acteur, dont les animateurs de Pixar se sont entre autres inspirés pour créer le personnage.
  • Dans Alceste à bicyclette, de Philippe Le Guay, Louis Jouvet est la référence du personnage principal interprété par Fabrice Luchini.
  • Dans le court-métrage Comédiens ambulants de Jean Canolle (1945), il s'agit peut-être d'images d'archives concernant Jouvet[Information douteuse].

Hommages

Notes et références

Notes

  1. a et b Il s'agit de l'âge déclaré sur l'acte de naissance par le père en mairie de Crozon, qui semble donc légèrement incohérent (un an d'écart) avec l'âge qu'on peut calculer avec l'année de naissance mentionnée ci-contre entre parenthèses.
  2. Ce fort est aujourd'hui abandonné : voir « Localisation de l'ancien fort de Landaoudec » sur Géoportail (consulté le 2 décembre 2023).
  3. Le 24, rue de Caumartin est l'adresse d'une entrée secondaire qui se trouve à l'arrière du théâtre de l'Athénée (dont l'entrée principale se trouve sur le square désormais appelé square de l'Opéra-Louis-Jouvet). L'adresse rue de Caumartin est celle à laquelle a été enregistré l'acte de décès par la mairie du 9e arrondissement, ceci décrivant probablement la méthode d'accès des personnes ou services venus rechercher le corps du directeur du théâtre.

Références

  1. a b c d et e Les Gens du cinéma, « Fiche de Louis Jouvet », sur lesgensducinema.com (consulté le ) : « 
    ex-compagnon de Madeleine Ozeray et Monique Mélinand,
    père de Lisa Jouvet (actrice),
    oncle de Maurice Jouvet (acteur),
    fils de Louis Jouvet (père) et Eugénie Séjournet
    Naissance : 24 décembre 1887
    Lieu : Crozon (29-France)
    Référence : Acte de naissance no 258/1887
    Décès : 16 août 1951
    Lieu : Paris 9e (75-France)
    Cause : d'une crise cardiaque
    Référence : Acte de décès no 09/962/1951
    décédé à 22 h 10 au 24 rue de Caumartin,
    domicilié au 20 rue de Tournon à Paris 6e »
  2. a et b « Jouvet Louis (1887-1951) - Cimetières de France et d'ailleurs », une photographie de son acte de naissance établi en la mairie de Crozon y figure aussi, sur landrucimetieres.fr (consulté le )
  3. Archives départementales du Finistère, « Commune de Crozon, naissances de 1887 à 1892, cote 3 E 56/41, vue 45/289, acte de naissance no 258 de Jules Eugène Louis Jouvet », on observe que le jour de mort figurant en mention marginale de l'acte de naissance est erroné d'une journée, en effet Jouvet est mort le et non le , sur archives.finistere.fr (consulté le ) : « 
    L'an 1887, le […] est comparu Louis Léon Jouvet, âgé de 36 ans, profession de conducteur de travaux domicilié au bourg de Crozon lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin né ce jour en son domicile à h du matin, de lui déclarant et de Eugénie Victoire Séjournet, son épouse âgée de 29 ans, sans profession, auquel enfant il a déclaré vouloir donner les prénoms de Jules Eugène Louis […] »
  4. a et b Olivier Rony, « Comment Louis Jouvet devint Louis Jouvey… (1887-1913) », extrait de Louis Jouvet (2021), pages 11 à 56, sur cairn.info/ (consulté le )
  5. « Knock, acte 2 - "Scène de la Dame en noir" (Jules Romains) Louis Jouvet », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le )
  6. Père Propos recueillis par le Père Jacques Benoist pour son encyclopédie Catholicisme, du Père Roland Letteron, aumônier diocésain des artistes et du frère Jean-Marie Guillerm dit Godefroy
  7. « Louis Jouvet... Else, Madeleine et les autres. », sur www.histoire-en-questions.fr (consulté le )
  8. « La carrière de Louis Jouvet », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  9. Louis Jouvet ne figure pas au générique du film muet Shylock de Henri Desfontaines . Source IMDb, lire en ligne : « Shylock (1913) Full Cast & Crew », sur imdb.com (consulté le ).
  10. a et b Les Actes des Poètes, no 1, décembre 1910
  11. Les Actes des Poètes, no 4, mars 1910

Voir aussi

Bibliographie

  • Catherine Valabrègue, Pampa, Vaudou, Samba. En Amérique latine avec la tournée Louis Jouvet, Fasquelle, 1947 — publié sous le pseudonyme Catherine Moissan
  • Denise Bourdet, Louis Jouvet, dans: Pris sur le vif, Paris, Plon, 1957.
  • Wanda Kérien, Louis Jouvet, notre patron, préface de François Périer, éditeurs Français réunis, Paris, 1963
    L'ouvrage est critiqué par Antoine Vitez dans la revue Théâtre populaire no 53, 1er trimestre 1963, p. 141-142.
  • Léo Lapara, Dix ans avec Jouvet, autobiographie, Paris, France Empire, 1975.
  • Jean-Marc Loubier, Louis Jouvet - Biographie, Paris, Ramsay, 1986.
  • Jean-Marc Loubier, Louis Jouvet, le patron, Paris, Ramsay, 2001.
  • Denis Rolland, Louis Jouvet et le Théâtre de l’Athénée, 1939-1945, « promeneurs de rêve » en guerre, Paris, IUF-L’Harmattan, 2000, 480 p.
  • Marie-Françoise Christout, Noëlle Guibert, Danièle Pauly, Théâtre du Vieux Colombier, 1913-1993, Norma, 1993.
  • Colette Godard, Noëlle Guibert, Jean-Paul Midant, Paul-Louis Mignon, Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Norma, 1996.
  • Paul-Louis Mignon, Louis Jouvet : un homme de science du théâtre : les années d'apprentissage, Éditions de l'Amandier, 2009.
  • Claude Cézan, Louis Jouvet et le Théâtre d'aujourd'hui, Paris, Émile-Paul Frères, 1948.
  • Marc Véron, Louis Jouvet ou le grand art de plaire : Histoire d'une société théâtrale, Éditions l'Entretemps, 2015 (ISBN 978-2-35539-197-2).
  • Louis Jouvet, introduction et choix de textes par Ève Mascarau, Arles, Actes-Sud Papiers, 2013.

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Louis Jouvet, sur Wikimedia Commons
  • Louis Jouvet, sur Wikiquote
  • Playlist Vidéo d'extraits sur Louis Jouvet sur le site de L'Express pour les 60 ans de sa mort.
  • Page consacrée à Louis Jouvet
  • Jouvet et le théâtre par Éric Bromberger
  • 33 films liés à Louis Jouvet sur CinéRessources.net
  • Philippe Garbit, « Louis Jouvet, prince du bizarre » [audio], émission Les Nuits de France Culture, série « Une Nuit au cinéma » (durée : h 26), France Culture, .
  • Inventaire du Fonds Louis Jouvet. Bibliothèque Nationale de France, département des Arts du spectacle.

Bases de données et dictionnaires

  • Ressources relatives à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AllMovie
    • Allociné
    • Ciné-Ressources
    • Filmportal
    • Filmweb.pl
    • IMDb
    • Rotten Tomatoes
    • Unifrance
  • Ressources relatives au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Archives suisses des arts de la scène
    • Les Archives du spectacle
    • Internet Broadway Database
    • L’Officiel des spectacles
  • Ressources relatives à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Discography of American Historical Recordings
    • Discogs
    • MusicBrainz
    • Muziekweb
  • Ressources relatives à la rechercheVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Isidore
    • Persée
  • Ressource relative à la littératureVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Projet de recherche en littérature de langue bretonne
  • Ressource relative à la santéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Bibliothèque interuniversitaire de santé
  • Ressource relative à plusieurs domainesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Radio France
  • Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AGORHA
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Britannica
    • Brockhaus
    • Den Store Danske Encyklopædi
    • Deutsche Biographie
    • Enciclopedia italiana
    • Enciclopedia De Agostini
    • Gran Enciclopèdia Catalana
    • Hrvatska Enciklopedija
    • Larousse
    • Nationalencyklopedin
    • Munzinger
    • Proleksis enciklopedija
    • Store norske leksikon
    • Treccani
    • Universalis
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Italie
    • Japon
    • Espagne
    • Belgique
    • Pays-Bas
    • Pologne
    • Israël
    • NUKAT
    • Vatican
    • Tchéquie
    • Portugal
    • WorldCat
v · m
Louis Jouvet
Auteur (littérature)
Acteur (cinéma)
Directeur (théâtre)
  • icône décorative Portail du cinéma français
  • icône décorative Portail du théâtre