Jacques Villeret

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Villeret.

Jacques Villeret
Jacques Villeret en 1999 à la 24e cérémonie des César.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tours (Indre-et-Loire, France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
Évreux (Eure, France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Perrusson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jacky BoufrouraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
Jacky VilleretVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
françaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Période d'activité
-Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Alexandre Villeret (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Taille
1,66 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Films notables

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Jacques Villeret, né Jacky Boufroura[1] le à Tours (Indre-et-Loire) et mort le à Évreux (Eure), est un acteur français.

Interprétant souvent des personnages au caractère gentil et attachant, il est notamment connu du grand public français pour son rôle de l'extraterrestre La Denrée dans La Soupe aux choux (1981), du maréchal Ludwig von Apfelstrudel dans Papy fait de la résistance (1983), ou encore de François Pignon dans Le Dîner de cons (1998).

Il a remporté deux César du cinéma ; celui du meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation dans le film Robert et Robert en 1979 et celui du meilleur acteur pour son rôle de François Pignon dans Le Dîner de cons en 1999.

Biographie

Jacky Boufroura naît à Tours le [2] d'un père algérien installé en France, Ahmed Boufroura, et d'une mère française, Annette Bonnin (1934-2013), qui tenait un salon de coiffure. Ses parents divorcent alors qu'il est âgé de neuf mois. Il est élevé par le nouveau mari de sa mère, Raymond Villeret, dont le nom de famille devient son nom d'usage, et baptisé Jacky. Vers l'âge de sept ans, ses parents lui expliquent que Raymond n'est pas son père biologique[3]. Il a une demi-sœur, Ghislaine. Ce n'est qu'à l'âge de quarante ans qu'il fera changer son état civil pour s'appeler officiellement Villeret.

À l'école, il aime imiter ses professeurs et jouer au football, sport qu'il pratique avec talent et dextérité selon ses anciens camarades. Durant son passage chez les éclaireurs, qui organisaient alors une « fête des éclés » annuelle, il a l'occasion de découvrir le théâtre. La première pièce qu'il joue avec eux est une comédie de Roger Ferdinand, créée en 1943, les J3 ou la nouvelle école[4], où il tient le rôle de Barbarin. Il effectue sa première représentation le au Palace-Cinéma, dans sa ville, à Loches. Au lycée, il décroche une bourse de voyage Zellidja qui lui permet de partir à l'étranger pendant plus d'un mois.

Par la suite, il suit une formation théâtrale au conservatoire de Tours puis au Conservatoire de Paris, promotion 1973[5], où il a pour professeur Louis Seigner, avant de faire ses débuts sur scène avec la compagnie Marcelle Tassencourt.

Copie du costume de La Denrée dans La Soupe aux choux lors de l'exposition sur Louis de Funès à la Cinémathèque française en 2020.

Au cinéma, c'est le réalisateur Yves Boisset qui, sur les conseils de Jacques Weber, lui confie son premier rôle en 1973 : celui d'un soldat durant la guerre d'Algérie dans R.A.S. Il tourne à nouveau sous la direction de Boisset l'année suivante dans Dupont Lajoie.

Dans les années 1970, il incarne des personnages de Français moyen, rondouillard assez naïf, le plus souvent souffre-douleur. Il tourne sous la direction de Jean-Claude Brialy (Un amour de pluie), Élie Chouraqui (Mon premier amour) et Jacques Rozier (Les Naufragés de l'île de la Tortue). Dans ce dernier film, il incarne le frère du personnage joué par Maurice Risch, acteur qui lui ressemblait alors beaucoup.

Il obtient ses premiers rôles importants grâce à Claude Lelouch, avec qui il tournera au total huit films dont Le Bon et les Méchants (1976) et Robert et Robert (1978), qui lui vaut le César du meilleur acteur dans un second rôle.

Bien qu'ayant obtenu le premier rôle de Bête, mais discipliné en 1979, il n'accède véritablement à la célébrité qu'en 1981 avec son rôle d'extra-terrestre « oxien » (La Denrée) dans La Soupe aux choux de Jean Girault en compagnie de Louis de Funès et de Jean Carmet dans les deux premiers rôles principaux. Autre second rôle fameux : le demi-frère d'Adolf Hitler dans Papy fait de la résistance (1983), où il interprète la chanson Je n'ai pas changé, reprise parodique (avec un fort accent allemand) de la chanson de Julio Iglesias.

En 1998, Francis Veber adapte sa pièce Le Dîner de cons dans un film au titre homonyme. Le réalisateur fait de nouveau appel à Villeret afin de jouer le personnage de François Pignon et l'acteur remportera pour ce rôle le César du meilleur acteur. Par la suite, Jacques Villeret tourne notamment sous la direction de Jean Becker dans Les Enfants du marais (1999), Un crime au Paradis (2001) et Effroyables Jardins (2003), incarnant des rôles poignants et touchants salués par le public et la critique.

Mort

Il meurt à Évreux (Eure) le des suites d'une hémorragie interne en rapport avec une maladie hépatique. Il est enterré à Perrusson (Indre-et-Loire), auprès de sa grand-mère maternelle.

Vie privée

Il épouse la comédienne Irina Tarassov le , après deux ans de vie commune. Le couple se sépare en 1998. Il rencontre Seny, une veuve sénégalaise qui s'apprêtait à quitter Lille pour vivre avec lui à Paris, quand il meurt.

Jacques Villeret était le parrain de Charlotte Russo, la fille de son ami Daniel Russo[6].

Dans Un jour tout ira bien (2006), publié aux éditions Flammarion[7], Irina Tarassov relate leur parcours et leur combat contre l'alcoolisme qui finit par emporter Jacques Villeret en 2005. Cet ouvrage a fait l'objet d'une polémique. Ghislaine Villeret, la sœur de Jacques Villeret, a dénoncé « les mensonges sur son frère »[8].

Théâtre

Filmographie

Cinéma

Longs métrages

Courts métrages

Télévision

Distinctions

Décorations

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. Selon un entretien donné à Isabelle Racicot dans Flash en 1999, il dit : « Je m'appelle Jacques Villeret Ahmed Boufroura, […] je suis Algérien de père. Et je vous emmerde. »
  2. « Jacky Villeret », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  3. Tout Le Monde En Parle | France 2 | 5/10/2005 Thierry Ardisson reçoit Ghislaine Villeret : https://www.youtube.com/watch?v=YnK9EIfK2h8
  4. Librairie-théâtrale
  5. Association des élèves et anciens élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique
  6. Jacques Villeret : l’angoissé qui voulait nous faire rire, Radio télévision suisse
  7. « Irina Villeret : Un jour, tout ira bien », La Dernière heure, 19 août 2006.
  8. Ina Talk Shows, « Ghislaine Villeret "Les mensonges sur mon frère Jacques Villeret" | Archive INA », (consulté le )
  9. Jacques Villeret est également coproducteur du film.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jacques Villeret, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

  • Irina Tarassov-Villeret, Un jour, tout ira bien, Paris, Flammarion, , 327 p. (ISBN 2-08-068891-X). Prix de la Biographie de l'Académie des Belles-Lettres et des Beaux-Arts du Pays de Caux, décerné le et prix 2006 de la Biographie de la ville d'Aumale, décerné le .
  • Seny, Mon bébé blanc, Paris, Le Cherche midi, , 236 p. (ISBN 2-7491-0459-9)
  • Jean-Jacques Jelot-Blanc, Les Plus Belles Répliques de Jacques Villeret, Monaco ; Paris, Éditions du Rocher, coll. « Les plus belles répliques de », , 155 p., 21 cm (ISBN 2-268-05479-9)
  • Claude Sartirano et Gilles Durieux, Villeret : du rire aux larmes (biographie), Paris, Éditions de l'Archipel, , 308 p. (ISBN 978-2-8098-0003-6)

Documentaire

  • Jacques Villeret : l’angoissé qui voulait nous faire rire, de Frédéric Zamochnikoff (2014)

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Africultures
    • AllMovie
    • Allociné
    • British Film Institute
    • César du cinéma
    • Ciné-Ressources
    • Filmportal
    • Filmweb.pl
    • IMDb
    • Rotten Tomatoes
    • Unifrance
  • Ressources relatives au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Archives suisses des arts de la scène
    • Les Archives du spectacle
    • L’Officiel des spectacles
  • Ressources relatives à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Discogs
    • MusicBrainz
  • Ressource relative à plusieurs domainesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Metacritic
  • Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généralisteVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Deutsche Biographie
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Espagne
    • Pays-Bas
    • Pologne
    • Israël
    • NUKAT
    • Norvège
    • Corée du Sud
    • WorldCat
v · m
Années 1970
Années 1980
Années 1990
Années 2000
Années 2010
Années 2020
v · m
Années 1990-2000
Années 2010-2020
v · m
Années 1970
Années 1980
Années 1990
Années 2000
Années 2010
Années 2020
v · m
Créé par Francis Veber
François Pignon
François Perrin
Les acteurs
Réalisateurs et scénaristes
  • icône décorative Portail du cinéma français
  • icône décorative Portail du théâtre
  • icône décorative Portail de la télévision française
  • icône décorative Portail de l'Indre-et-Loire et de la Touraine