Hugues-Bernard Maret

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les autres membres de la famille, voir Famille Maret de Bassano.

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Maret, Bassano et Duc de Bassano.

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.
Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources ().

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

Hugues-Bernard Maret
Illustration.
Hugues-Bernard Maret, duc de Bassano.
Portrait par Robert Lefèvre, 1807.
Fonctions
Président du Conseil des ministres français
et Ministre de l'Intérieur

(8 jours)
Monarque Louis-Philippe Ier
Gouvernement Maret
Législature IIIe législature
Prédécesseur Étienne Maurice Gérard
Adolphe Thiers
Successeur Édouard Mortier
Adolphe Thiers
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Dijon
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Ancien 2e arrondissement de Paris
Nationalité française
Parti politique Indépendant
Profession Avocat
Religion catholique

Signature de Hugues-Bernard Maret

Hugues-Bernard Maret
Présidents du Conseil des ministres français
modifier Consultez la documentation du modèle

Hugues-Bernard Maret, duc de Bassano, né le à Dijon et mort le à Paris, est un homme d'État et diplomate français, pair de France, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques.

Famille

Marie Madeleine Maret, née Lejéas, peinte par François Gérard.
Article détaillé : Famille Maret de Bassano.

Il est le fils d'Hugues Maret, médecin dont la famille est établie depuis longtemps à Dijon. Son frère aîné est Jean Philibert, ingénieur des ponts et chaussées.

Hugues-Bernard épouse, le à Dijon, Marie Madeleine Lejéas ( - ), fille de Martin Lejéas-Carpentier (maire de Dijon), sœur d'Antoine Martin comte Lejéas (directeur des contributions), dame du palais des impératrices Joséphine (1804-1810) et Marie-Louise (1810-1814). Le couple a cinq enfants, dont :

Biographie

Hugues-Bernard est avocat au parlement de Bourgogne, puis s'installe à Paris en 1788.

Fasciné par les événements du début de la Révolution, il suit avec attention les débats de l'Assemblée constituante, dont il publie, avec son confrère Étienne Mejan, un résumé objectif sous le nom de Bulletin de l'Assemblée qui est inséré dans Le Moniteur universel. Jacobin, il est l'un des fondateurs du Club des feuillants. Protégé par Pierre Henri Hélène Tondu, dit Lebrun-Tondu, alors ministre des Affaires étrangères, il est envoyé en mission à Londres. En , il est nommé ambassadeur à Naples.

Arrestation des ambassadeurs français à Novate (Le Jeune & Couché fils).

En traversant le Piémont pour se rendre à Naples, il est fait prisonnier à Novate Mezzola par les Autrichiens en même temps que Charles-Louis Huguet de Sémonville. Il est libéré après une captivité très éprouvante. En 1795, ils sont échangés contre Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI. Négociateur à Lille avec la Grande-Bretagne, il est mis l'écart jusqu'au retour d'Égypte de Napoléon Bonaparte.

Nommé secrétaire d'État en 1799, sa tâche s'alourdit en 1802 de celle de chef de cabinet du Premier consul, celui-ci ayant rapidement apprécié l'intelligence, la discrétion et surtout la phénoménale puissance de travail de ce collaborateur.

Chaque semaine, Maret doit prendre connaissance des rapports des ministres et en faire un compte-rendu verbal, en tête à tête, au Premier consul. Il assiste à tous les conseils, reçoit les minutes des décrets, signées de Bonaparte, et les transmet aux ministres pour exécution. Tous les rapports de haute police lui sont adressés ainsi qu'un compte-rendu, heure par heure, de jour comme de nuit, de tout ce qu'il se passe à Paris. Après une analyse succincte par ses services, il les fait suivre au cabinet du chef d'État.

La proclamation de l'Empire ne change rien à ses attributions. Il accompagne l'empereur partout, dans ses voyages comme dans ses campagnes militaires et les capitales conquises, se voyant à chaque fois confier des tâches importantes. En 1805, il participe à la négociation du traité avec l'Autriche. En 1806, il organise le gouvernement polonais. En 1808, il conduit les travaux de la junte de Bayonne. Plus tard, il rédige les constitutions du Portugal, de la Hollande et de la Westphalie. Napoléon Ier récompense de tous ses travaux par le titre de duc de Bassano ().

Ses choix en politique étrangère, s'ils ne sont pas toujours heureux, sont fréquemment suivis. C'est ainsi qu'il pousse Napoléon à s'emparer de l'Espagne et qu'il est le principal promoteur de l'alliance autrichienne et donc du mariage entre Napoléon et Marie-Louise. C'est donc très logiquement qu'il est nommé ministre des Relations extérieures en . Il n'en suit pas moins Napoléon en Russie mais ne dépasse pas Wilna (l'actuelle Vilnius) où s'installent ses services et d'où il gouverne la Lituanie.

Rentré à Paris au début de 1813, il s'occupe de la mise sur pied de guerre de la garde nationale et de la levée de 350 000 hommes. Point important, à Francfort en novembre 1813, les quatre puissances coalisées proposent officiellement à Napoléon des négociations de paix qui portent notamment sur la restitution des états du Pape, l'intégrité allemande et reconnait la rive gauche du Rhin comme frontière orientale de la France. Ils ne pensent guère alors aux Bourbons. Le duc de Bassano a sur cette question, qui est malgré tout acceptable, la pire des influences sur Napoléon puisque contre l'avis de la plupart de ses ministres ou proches, dont Talleyrand et Fouché, il induit l'empereur à refuser cette offre en flattant un orgueil contraire aux intérêts de la France. Trois mois plus tard Napoléon veut revenir à cette offre mais les alliés, qui ont gagné du terrain et s'apprêtent à pénétrer en France, refusent jusqu'à l'idée même de négociation. Est ainsi manquée l'occasion d'un traité honorable qui aurait évité la campagne de France avec ses héroïques Marie-Louise et la fin tragique de l'épopée impériale avec son cortège de morts et d'humiliations nationales. Bref, une lourde et désastreuse responsabilité pèse sur le duc. Conscient de sa bévue en raison de l'opposition persistante de son entourage, fin novembre 13, Napoléon se défait de Maret comme ministre des Affaires étrangères mais le maintient comme secrétaire d'État.

En 1814, Maret reste à Fontainebleau auprès de l'empereur jusqu'à son départ pour l’île d'Elbe.

Durant les Cent-Jours, il retrouve son poste de secrétaire d’État. Après Waterloo, il s'exile en Autriche où il reste jusqu'en 1820.

Le , il fut créé pair de France dans la fournée de trente-six pairs viagers destinée à permettre l'adoption à la Chambre haute du projet de loi abolissant l'hérédité de la pairie. Il fut brièvement Président du Conseil en 1834.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord disait de lui : « Il n'y a qu'une personne plus bête que M. Maret, c'est le duc de Bassano. »

Tombeau du duc et de la duchesse de Bassano à Paris.

Il est élu en 1803 à l'Académie française où il occupe le dixième fauteuil en succédant à Jean-François de Saint-Lambert. En 1816, il est exclu de l'Académie où Joseph-Henri-Joachim Lainé le remplace. En 1829, après son retour en grâce, quand deux académiciens autrefois exclus (Antoine-Vincent Arnault et Charles-Guillaume Étienne) sont réélus membres de l'Académie, François Andrieux propose à Maret de se représenter. Il refuse. Il est cependant élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1832.

Il meurt à son domicile 60, rue Saint Lazare (9e arrondissement) ; ses obsèques religieuses sont célébrés en l'église Notre-Dame de Lorette. Marie Madeleine Lejéas, épouse Maret, duchesse de Bassano et Hugues Bernard Maret, duc de Bassano, sont inhumés au cimetière du Père-Lachaise à Paris (division 31).

Armoiries

Ses armoiries sont : tiercé en pal : d'or, de gueules et d'argent ; coupé de gueules à la main ailée d'or ; écrivant avec une épée d'argent ; au franc quartier des comtes ministres : d'azur à la tête de lion arrachée d'argent ; au chef des ducs de l'Empire : de gueules semé d'étoiles d'argent, brochant. Sur le tout d'argent à la colonne de granit, sommée d'une colonne civique de chêne au naturel, et accostée de deux lions la queue fourchée, affrontés et contre rampants de gueules.

Image Blasonnement
Armes de Hugues-Bernard, comte Maret et de l'Empire ()

De gueules, au dextrochère ailé d'or, écrivant avec une épée d'argent, garnie d'or ; au chef parti de deux traits : 1, des Comtes Ministres ; 2, tiercé en pal d'or, de gueules et d'argent ; 3, d'or, à une tour de sable, accostée de deux lions du même[2].

Armes de Hugues-Bernard Maret, duc de Bassano et de l'Empire ()

Coupé : un I, tiercé en pal d'or, de gueules et d'argent ; au franc-canton brochant des Comtes Ministres ; au II, de gueules, à une main ailée d'or écrivant avec une épée d'argent ; sur-le-tout d'argent, à la colonne de granit, accostée de deux lions de gueules, la queue fourchée, passée en sautoir et surmontée d'une couronne civique de chêne, au naturel ; au chef des Ducs de l'Empire brochant[2].

Armes de Hugues-Bernard Maret, Pair de France ( (Cent-Jours), )

Coupé : un I, tiercé en pal d'or, de gueules et d'argent ; au franc-canton brochant des Comtes Ministres ; au II, de gueules, à une main ailée d'or écrivant avec une épée d'argent ; sur-le-tout d'argent, à la colonne de granit, accostée de deux lions de gueules, la queue fourchée, passée en sautoir et surmontée d'une couronne civique de chêne, au naturel ; au chef des Ducs de l'Empire brochant[2].

La main ailée dans ses armes représente la célérité de son écriture qui a posé les jalons de la sténographie.

Fonctions

Titres

Distinctions

Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière
  • Grand-croix de l'ordre de Saint-Hubert (Bavière) ;
Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe
Drapeau du Grand-duché de Bade Grand-duché de Bade
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Drapeau de la Perse Perse
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Drapeau du duché de Wurtemberg Duché de Wurtemberg
  • Membre de l'ordre royal de l'Aigle d'Or.

Hommage

Galerie de portraits

Notes et références

Notes

  1. a et b Louis-Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, libr. L. Hachette & Cie, , 920 p. (lire en ligne), p. 124-125.
  2. a b et c Source : www.heraldique-europeenne.org.
  3. Armorial Du Premier Empire ; Titres, Majorats Et Armoiries Concédés Par Napoléon Ier, de Albert Révérend, publié au Bureau de l'annuaire de la noblesse, Alphonse Picard, 1894-1897.

Bibliographie

  • « Hugues-Bernard Maret », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition], Marcillac-Maribon de Montaut.
  • Armorial Du Premier Empire ; Titres, Majorats Et Armoiries Concédés Par Napoléon Ier, de Albert Révérend, publié au Bureau de l'annuaire de la noblesse, Alphonse Picard, 1894-1897.
  • Charles Franquet de Franqueville, Le Premier siècle de l'Institut de France : -, 2 vol., 1895-1896 Texte en ligne 1, Texte en ligne 2.
  • Joseph Valynseele, Les princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux : leur famille et leur descendance, préface de Marcel Dunan, , 323 p..
  • Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, 1979.
  • Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799 de Jean Tulard, Jean-François Fayard, Alfred Fierro.
  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p.
  • Thierry Lentz, Les ministres de Napoléon : Refonder l'État, servir l'empereur, Perrin, coll. « Tempus » (no 659), , 303 p. (ISBN 978-2262043759).
  • Alfred-Auguste Ernouf, Maret duc de Bassano, Nouveau Monde Éditions/Fondation Napoléon, Paris, 2008, (réédition du livre paru en 1878 par la Bibliothèque Napoléon)
  • Mémoires du Chancelier Pasquier T2.

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Hugues-Bernard Maret, sur Wikimedia Commons

  • Ressources relatives à la rechercheVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • La France savante
    • Persée
  • Ressource relative à la littératureVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Académie française (membres)
  • Ressource relative à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • base Léonore
  • Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • British Museum
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Biografisch Portaal van Nederland
    • Britannica
    • Den Store Danske Encyklopædi
    • Deutsche Biographie
    • Dizionario di Storia
    • Enciclopedia De Agostini
    • Universalis
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Espagne
    • Pays-Bas
    • Pologne
    • NUKAT
    • Vatican
    • WorldCat
  • Fiche de la famille Maret sur roglo.eu.
  • Maison Maret sur le site heraldique-europeenne.org.
  • MARET, Hugues Bernard, duc de Bassano (1763-1839), diplomate, secrétaire d'Etat de Napoléon sur napoleon.org.
  • Notice biographique plus complète sur napoleon.org.
  • Les archives de la Secrétairerie d’État impériale, sous la tutelle de Hugues Maret, duc de Bassano (25 décembre 1799-17 avril 1811, 20 novembre 1813 et mars-juin 1815) sont conservées aux Archives nationales (France), sur siv.archives-nationales.culture.gouv.fr.
  • La correspondance et les rapports des ministres des Relations extérieures (dont Maret, 1811-1813) au Secrétaire d’État sous Napoléon Ier sont conservées aux Archives nationales (France), sur siv.archives-nationales.culture.gouv.fr.

Articles connexes

Voir ce modèle.
Chronologies
Précédé par Suivi par
Étienne Maurice Gérard
Président du Conseil des ministres
-
Édouard Mortier
Jean-Baptiste Nompère de Champagny
Ministre des Affaires étrangères
1811-1813
Armand de Caulaincourt
Voir ce modèle.
Précédé par Suivi par
Jean-François de Saint-Lambert
Hugues-Bernard Maret
1803-1816
Joseph-Henri-Joachim Lainé
v · m
Composition de l'Académie française au jour de son élection (23 mars 1803)
Par numéro
de fauteuil
Par date
d'élection
v · m
Composition de l'Académie française au jour de sa radiation (21 mars 1816)
Par numéro
de fauteuil
Par date
d'élection
Note : Radié par l'ordonnance du 21 mars 1816, son fauteuil est immédiatement remplacé par son successeur nommé par la même ordonnance.
v · m
Ministère de Napoléon Ier (18 mai 1804-1er avril 1814)
Secrétaire d’État
  • Hugues-Bernard Maret, duc de Bassano (1804-1811 et 1813-1814)
  • Pierre Daru (1811-1813)
Armes Impériales
Affaires étrangères
Intérieur
Justice
Guerre
Finances Marc Michel Gaudin, duc de Gaète (1804-1814)
Marine et Colonies Denis Decrès (1804-1814)
Police
Trésor
Administration de la Guerre
Cultes
Manufactures et Commerce
poste créé en 1812
Jean-Baptiste Collin, comte de Sussy (1812-1814)
(CONSULAT ←)  Gouvernement précédent ••••• Gouvernement suivant (GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE 1814 ←)
v · m
Gouvernement Maret (10 novembre 1834 - 18 novembre 1834)
Sous le règne de Louis-Philippe Ier
Guerre Simon Bernard

Hugues-Bernard Maret
Président du Conseil
Justice et Cultes Jean-Charles Persil
Affaires étrangères Charles-Joseph Bresson
Intérieur Hugues-Bernard Maret
Finances Hippolyte Passy
Marine et Colonies Charles Dupin
Instruction publique et Commerce Jean-Baptiste Teste
(← GÉRARD) Gouvernement précédent •••• Gouvernement suivant (MORTIER →)
v · m
Gouvernement des Cent-Jours (20 mars - 22 juin 1815)
Sous le règne de Napoléon Ier
Affaires étrangères Armand de Caulaincourt
Finances Martin Michel Charles Gaudin
Trésor Nicolas François Mollien
Intérieur Hugues-Bernard Maret
Police Joseph Fouché
Justice Jean-Jacques-Régis de Cambacérès
Marine et Colonies Denis Decrès
Guerre Louis Nicolas Davout
Liste des sous-secrétaires d’État
(← PREMIÈRE RESTAURATION) Gouvernement précédent •••• Gouvernement suivant (COMMISSION NAPOLÉON II →)
v · m
Fauteuil 1
Fauteuil 2
Fauteuil 3
Fauteuil 4
Fauteuil 5
Fauteuil 6
Fauteuil 7
Fauteuil 8
  • icône décorative Portail de la politique française
  • icône décorative Portail de la Révolution française
  • icône décorative Portail du Premier Empire
  • icône décorative Portail de la France au XIXe siècle
  • icône décorative Portail de l’Académie française
  • icône décorative Portail de Dijon