Armand Salacrou

Cet article est une ébauche concernant un dramaturge et un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Armand Salacrou
Armand Salacrou en 1946 (photo studio Harcourt).
Fonctions
Président
Société des auteurs et compositeurs dramatiques
-
Président du jury du festival de Cannes
Fritz Lang
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Le HavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
françaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Faculté de médecine de Paris (-)
Faculté de philosophie (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Front national ()
Forces françaises libres ()
Académie Goncourt ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
Les Nuits de la colère (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Au Havre, villa face à la mer, résidence d’Armand Salacrou.

Armand Camille Salacrou, né le à Rouen[1] et mort le au Havre, est un auteur dramatique français, connu notamment pour son Inconnue d'Arras et Boulevard Durand.

Biographie

Fils de Camille Salacrou, pharmacien et de Gabrielle Le Pestel[2], il fait ses études au lycée du Havre, puis aux Facultés de médecine, de lettres et de droit de Paris[3]. Il obtient le Certificat d'études physiques, chimiques et biologiques. Licencié en philosophie, il est titulaire d'un diplôme d'études supérieures sous la direction de Victor Basch[4].

Le 7 juin 1922, il épouse Lucienne Jeandet, avec qui il a deux filles[5], dédicataires de sa pièce La terre est ronde. Au début des années 1920, il est journaliste à L'Humanité (spectacles) et à L'Internationale[3]. Il prépare ensuite une licence en droit. Il s'oriente vers le théâtre et il est secrétaire de Charles Dullin (1925). Mais le succès ne vient que dix ans plus tard. Il s'oriente un temps vers la publicité afin de développer les ventes des spécialités pharmaceutiques de son père, la pommade Marie Rose et le vermifuge Lune[6].

Mobilisé en 1939, prisonnier, évadé, il participe à des activités de Résistance et s'engage en 1944 dans les Forces françaises libres[7]. D'après le livre de Félicité Herzog "Une brève libération" (éd. Stock, 2022), il fréquente assidument sous l'Occupation le salon du duc Pierre de Brissac et de son épouse May, d'opinions très collaborationnistes et antisémites, où "il était le seul à oser critiquer le fascisme et Hitler" (p. 95) et entretient une amitié amoureuse avec leur fille Marie-Pierre, de vingt-cinq ans plus jeune que lui (pp. 137-138, 173, 189) Il poursuit ensuite une abondante création théâtrale. Ceci lui vaut d'entrer à l’Académie Goncourt à partir de 1949. Il en devient membre honoraire en 1983.

En 1963, il est président du jury du Festival de Cannes. Il est aussi élu pour la troisième fois président de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques[8].

En 1966, il est membre du jury de ce même festival, qui décerne la Palme d'or au film Un homme et une femme de Claude Lelouch.

Il est joué à la Comédie-Française de son vivant. Il écrit aussi Les Idées de la nuit, recueil de textes divers sur le théâtre, les Goncourt, la Résistance... (Librairie Arthème Fayard, 1960, 259 p.).

Il fait aussi l'adaptation et le dialogue de La Beauté du diable de René Clair.

Il est Grand-officier de la Légion d'honneur, Commandeur des Palmes académiques et des Arts et des Lettres et Officier du mérite sportif.

Il meurt le à l'âge de 90 ans.

Son épouse Lucienne décède en 1991.

Distinctions

Pièces de théâtre

Notes et références

  1. Au no 61 rue Grand-Pont.
  2. Jean-François Massé et Thierry Rodange, Salacrou : une vie de théâtre, AlterEdit, , p. 9.
  3. a et b Jacques Lafitte et Stephen Taylor, Qui est qui en France, J. Lafitte, , p. 1397.
  4. Jean-François Massé, op. cit., p. 44
  5. Jean-François Massé, op. cit., p. 56
  6. Jean-François Massé, op. cit., p. 112
  7. Claude Pennetier, notice « Armand Salacrou », in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Éditions de l'Atelier, 1992.
  8. Le Figaro littéraire no 894 du samedi 8 juin 1963, p. 19
  9. [1], sur regietheatrale.com.

Voir aussi

Bibliographie

  • J. van den Esch, Armand Salacrou, Dramaturge de l'angoisse, Paris, 1947
  • Denise Bourdet, Armand Salacrou, dans : Pris sur le vif, Paris, Plon, 1957
  • (en) Juris Silenieks, Themes and Dramatic Forms in the Plays of Armand Salacrou, University of Nebraska, Lincoln, 1967
  • Fiorenza di Franco, Le Théâtre de Salacrou, Gallimard, Paris, 1970
  • Annie Ubersfeld, Armand Salacrou, Seghers, Paris, 1970
  • Philippe Bébon, Salacrou, Éditions universitaires, Paris, 1971
  • (en) David Looseley, A Search for Commitment: the Theatre of Armand Salacrou, University of Exeter, 1985.
  • Jean-François Massé, Thierry Rodange, Salacrou : une vie de théâtre, AlterEdit, 2002
  • Hommage à Armand Salacrou[Texte imprimé] Bibliothèque municipale du Havre ; [réd. par] Pierrette Portron, Marie-Françoise Rose, Yoland Simon Cherbourg : Isoète, 1990 ( 53-Mayenne : Impr. Jouve ) .- 1 vol. (54 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm

Liens externes

  • Ressources relatives aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AGORHA
    • MutualArt
    • RKDartists
  • Ressources relatives au spectacleVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Les Archives du spectacle
    • Internet Broadway Database
  • Ressource relative à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • « Maitron »
  • Ressource relative à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • IMDb
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Brockhaus
    • Deutsche Biographie
    • Enciclopedia De Agostini
    • Enciclopédia Itaú Cultural
    • Gran Enciclopèdia Catalana
    • Hrvatska Enciklopedija
    • Nationalencyklopedin
    • Munzinger
    • Store norske leksikon
    • Universalis
    • Visuotinė lietuvių enciklopedija
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • VIAF
    • ISNI
    • BnF (données)
    • IdRef
    • LCCN
    • GND
    • Japon
    • CiNii
    • Espagne
    • Belgique
    • Pays-Bas
    • Pologne
    • Israël
    • NUKAT
    • Suède
    • Vatican
    • Australie
    • Norvège
    • WorldCat
  • Biographie détaillée
  • Biographie d'Armand Salacrou par Jean-Jacques Bricaire sur le site de l'Association de la Régie Théâtrale
v · m
Armand Salacrou
Pièces
  • Le Casseur d'assiettes (1925)
  • Tour à terre (1925)
  • Le Pont de l'Europe (1927)
  • Patchouli ou Les Désordres de l'amour (1927)
  • Atlas-Hôtel (1931)
  • Une femme libre (1934)
  • Les Frénétiques (1935)
  • L'Inconnue d'Arras (1936)
  • Un homme comme les autres (1937)
  • La Terre est ronde (1938)
  • Histoire de rire (1939)
  • La Marguerite (1944)
  • Les Fiancées du Havre (1945)
  • Les Nuits de la colère (1946)
  • Le Soldat et la sorcière (1946)
  • L'Archipel Lenoir ou Il ne faut pas toucher aux choses inutiles (1948)
  • Dieu le savait ou La vie n'est pas sérieuse (1950)
  • Poof (1950)
  • Pourquoi pas moi (1950)
  • Sens interdit (1952)
  • Les Invités du bon Dieu (1953)
  • Une femme trop honnête (1957)
  • Boulevard Durand (1960)
  • Comme les chardons (1964)
v · m
Années 1940-1950
Années 1960-1970
Années 1980-1990
Années 2000-2010
Années 2020-2030
  • icône décorative Portail de la littérature française
  • icône décorative Portail du théâtre
  • icône décorative Portail de la Normandie