Équipe de république d'Irlande de football

Page d’aide sur l’homonymie

Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de république d'Irlande féminine de football.

Équipe de république d'Irlande
Écusson de l' Équipe de république d'Irlande
Généralités
Association FAI
Confédération UEFA
Emblème Trèfle irlandais
Couleurs vert et blanc
Surnom The Boys in Green (« les Hommes en Vert »)
Stade principal Aviva Stadium
Classement FIFA en augmentation 60e (4 avril 2024)[1]
Personnalités
Sélectionneur Heimir Hallgrimsson[2]
Capitaine Séamus Coleman
Plus sélectionné Robbie Keane (146)
Meilleur buteur Robbie Keane (68)
Rencontres officielles historiques
Premier match (100 ans) (1-0, Bulgarie)
Plus large victoire 8-0, Malte ()
Plus large défaite 0-7, Brésil ()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 3
Quart de finaliste en 1990
Championnat d'Europe Phases finales : 3
Quart de finaliste en 1964
Ligue des nations Phases finales : 0
Jeux olympiques Quart de finaliste en 1924

Maillots

Domicile

Extérieur

modifier

L'équipe de république d'Irlande de football (en gaélique : Foireann sacair náisiúnta Phoblacht na hÉireann, en anglais : Republic of Ireland national football team) est la sélection représentant l'État d'Irlande lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération d'Irlande de football.

Née en 1924, peu après la fin de la guerre d'indépendance irlandaise, la sélection doit attendre la fin des années 1980 pour se qualifier pour la première fois aux grands tournois internationaux. Cependant, quand elle s'y qualifie, l'Irlande fait généralement bonne figure. L'Euro 1988 est la première phase finale à laquelle elle participe, suivie des Coupes du monde de 1990, dont elle atteint les quarts de finale, et 1994. Après un trou générationnel, les Irlandais se qualifient pour la Coupe du monde 2002 puis aux championnats d'Europe de 2012 et 2016.

Histoire

État libre d'Irlande (1924-1936)

En 1882 naît à Belfast l'équipe d'Irlande, dirigée par l'Association irlandaise de football (Irish Football Association, IFA). Elle reste la seule sélection nationale irlandaise jusqu'à la déclaration d'indépendance de l'Irlande en 1919 et les événements qui lui font suite : la Guerre d'indépendance irlandaise s'achève avec le Traité anglo-irlandais de qui donne naissance à deux pays : l'Irlande du Nord et l'État libre d'Irlande.

L'Association de l'État libre d'Irlande (Football Association of the Irish Free State, FAIFS) est fondée à Dublin en , en sécession de l'IFA. Elle organise immédiatement son propre championnat et travaille à la mise en place d'une sélection propre[3]. Elle obtient son affiliation à la FIFA en 1923.

En 1923, alors que la Guerre civile irlandaise touche à son terme, la FAIFS est reconnue par la FIFA comme le représentant du football de l'État libre d'Irlande[3]. Une sélection est rassemblée pour représenter le pays aux Jeux olympiques de 1924 à Paris. Elle est constituée de Paddy O'Reilly, Jack McCarthy, Bertie Kerr, Tommy Muldoon, John Joe Dykes, Ernie McKay, Michael Farrell, Joe Kendrick (pour le match contre la Bulgarie), Franck Ghent (pour le match contre les Pays-Bas), Paddy Duncan, Dinny Hannon, Johnny Murray[4]. Le , au Stade Yves-du-Manoir, elle s'impose face à la Bulgarie à l'occasion de son premier match officiel. Paddy Duncan inscrit le seul but du match. En quart de finale, le , elle s'incline face aux Pays-Bas après  prolongation (1-2)[5],[6]. Le , la sélection dispute son premier match à domicile face aux États-Unis, en tournée européenne après le tournoi olympique. L'Irlande l'emporte trois buts à un au Dalymount Park, Ed Brookes (en) inscrivant un triplé[7]. Parfois, ces deux rencontres ne sont pas considérées comme officielles par la fédération irlandaise[8],[9], étant donné la baisse d'estime pour le tournoi olympique à cette époque.

La sélection irlandaise, qui ne peut pas jouer contre ses voisines des Home Nations du fait de la situation politique, n'est de nouveau réunie qu'en 1926-1927, pour une confrontation amicale aller-retour avec l'Italie, suivie d'une autre avec la Belgique en 1928-1929. Comme la plupart des fédérations européennes, l’État libre d'Irlande ne répond pas à l'invitation de la FIFA de disputer la première Coupe du monde en 1930 en Uruguay. Quatre ans plus tard, elle s'inscrit par contre aux tours préliminaires de la deuxième édition, organisée en Italie. Le , elle fait match nul (4-4) face à la Belgique au Dalymount Park. Paddy Moore, auteur des quatre buts irlandais, est le premier joueur à inscrire un quadruplé lors d'un match comptant pour la Coupe du monde[10]. Après une lourde défaite aux Pays-Bas, l'Irlande doit cependant laisser à la Belgique la place pour la Coupe du monde, au goal average.

Irlande (1937-1952)

En 1937, l'État libre d'Irlande est rebaptisé Éire, ou plus simplement Irlande, après l'adoption d'un nouvelle constitution. La FAIFS devient Football Association of Ireland (FAI), Cumann Peile na h-Éireann en gaélique. Elle entre en concurrence directe avec l'IFA (Irish Football Association), basée à Belfast, toutes deux revendiquant la gestion du football sur la totalité de l'île. Au moins 28 joueurs se trouvent sélectionnés tour à tour en équipe d'Éire et en équipe d'Irlande[11]. Pour la majorité, ce sont des joueurs du Sud qui acceptent de jouer pour l'IFA.

Fin 1937, la sélection manque de se qualifier pour la Coupe du monde 1938 face à la Norvège. Puis elle connaît une longue pause dans ses activités, comme dans la plupart des fédérations européennes, du fait de la Seconde Guerre mondiale. La sélection n'est de nouveau rassemblée qu'en .

Le , les Irlandais remportent au Goodison Park une victoire historique sur l'Angleterre (2-0), qui subit ce jour-là sa première défaite face à un pays ne faisant pas partie des Nations constitutives du Royaume-Uni : Écossepays de Galles et l'Irlande de l'IFA. Les relations avec cette dernière ne s'améliorent pas, alors que la FIFA accepte pour la première fois l'inscription des deux sélections dans une même compétition, les tours préliminaires à la Coupe du monde 1950. Quatre joueurs – Tom Aherne, Reg Ryan, Davy Walsh, Con Martin – jouent pour les deux équipes[12]. Natifs du sud de l'Irlande et ayant fait leurs débuts en sélection FAI, ils ont accepté par la suite de rejoindre la sélection IFA, du Nord. La FAI s'en plaint auprès de la FIFA, qui décide de restreindre l'éligibilité des joueurs sur la base de leur bord politique. Sur le terrain, aucune des deux sélections ne parvient à se qualifier. À la suite des forfaits de l'Écosse, de la Turquie et de l'Inde pour la phase finale de la Coupe du monde, l'Irlande du sud (deuxième de son groupe de qualification), est invitée par la FIFA à occuper l'une des places vacantes dans le tournoi final, mais elle décline l'invitation[13].

La FIFA décide en complément en 1953 qu'aucune des deux sélections ne pourra plus s'appeler « équipe d'Irlande ». La sélection FAI devient officiellement l'équipe de « république d'Irlande » et la sélection IFA celle « d'Irlande du Nord »[14].

République d'Irlande (1953-1968)

Les Irlandais s'inscrivent dorénavant à chacun des tournois qualificatifs des grands tournois internationaux. L'Association d'Irlande de football est membre de l'UEFA dès sa création en 1954. Ils sont devancés par la France pour la Coupe du monde de 1954. Quatre ans plus tard, le tirage au sort leur fait défier l'Angleterre. Après une lourde défaite à Londres, ils doivent l'emporter à Dublin pour espérer un match de barrage : ils tiennent l'avantage grâce à un but d'Alf Ringstead (en) jusqu'à l'égalisation de John Atyeo à la dernière minute[10].

En 1959, l'Irlande fait partie des 17 concurrents du premier championnat d'Europe. En tour préliminaire elle affronte la Tchécoslovaquie, une des meilleures sélections du moment, qu'elle bat à Dublin (2-0), avant de s'incliner lourdement au retour à Bratislava (0-4). En 1964, les Irlandais réalisent leur première performance notable en atteignant les quarts de finale de la 2e édition du Championnat d'Europe, où ils s'inclinent face à l'Espagne, futur vainqueur. Les mêmes Espagnols privent l'Irlande d'une première qualification en Coupe du monde en , lors d'un match de barrage organisé à Colombes[15]. Initialement prévu au Stade de Wembley à Londres, où vit de nombreux Irlandais, le match est organisé finalement à Paris à la demande de la Fédération espagnole et avec l'accord de la Fédération irlandaise[16], pour des raisons financières[15]. Pour l'Euro 1968, les Irlandais sont encore dominés par l'Espagne et la Tchécoslovaquie.

Traversée du désert (1969-1985)

En 1969 la fédération engage Mick Meagan (en) en tant que sélectionneur - il est le premier à tenir ce rôle de manière permanente et professionnelle. Il obtient cependant des résultats très décevants, jusqu'à sa démission fin 1971.

Son remplaçant Liam Tuohy obtient l'engagement des clubs anglais, où jouent les meilleurs Irlandais, de laisser ces derniers à la disposition de la sélection pour les matchs internationaux. L'Irlande est invitée à la prestigieuse Coupe de l'Indépendance du Brésil en 1972, où elle fait bonne figure. Les qualifications pour la Coupe du monde 1974 se passent relativement mieux que les précédentes, bien que l'Irlande soit devancée par l'Union soviétique. Mais Tuohy démissionne peu après à la suite d'un désaccord financier avec la fédération.

Johnny Giles prend sa suite en tant que sélectionneur-joueur. Bénéficiant de l'éclosion du jeune Liam Brady, il parvient à obtenir des résultats en nette progression, sans cependant parvenir à qualifier la sélection pour une phase finale[17]. Après l'échec de la campagne de l'Euro 1980, où l'Irlande termine derrière l'Angleterre et, surtout, l'Irlande du Nord, qu'elle affronte pour la première fois, Giles démissionne, considérant qu'il a fait le mieux qu'il a pu[18].

Eoin Hand prend en charge l'équipe pour les qualifications à la Coupe du monde 1982. Vainqueur à Dublin des Pays-Bas et de la France de Michel Platini, l'Irlande n'est devancée par cette dernière qu'à la différence de buts. Les deux campagnes de qualification suivantes sont plus décevantes, et Hand quitte son poste en 1986. L'Irlande connaît à cette époque sa plus large défaite, contre le Brésil le (0-7), mais aussi sa plus large victoire, face à Malte durant les éliminatoires de l’Euro 1984 (8-0).

Les années Jack Charlton (1986-1995)

En 1986, la fédération nomme comme sélectionneur l'Anglais Jack Charlton, le frère de Bobby Charlton. Vainqueur de la Coupe du monde 1966 avec son pays, il est un entraîneur réputé, notamment pour son passage à Middlesbrough dans les années 1970.

Scène du match Irlande-Pays-Bas à Orlando (USA), en 8e de finale de la Coupe du monde 1994.

L'arrivée de Charlton ouvre la période la plus faste de la sélection. Elle débute en par la victoire des Irlandais lors du Iceland Triangular Tournament (en), face à l'Islande et la Tchécoslovaquie[19] et conduit à la qualification de la sélection pour une phase finale d'Euro et deux de Coupe du monde[20].

L'Irlande obtient pour la première fois sa place dans une phase finale à l'occasion de l'Euro 1988. Dans un groupe éliminatoire serré, les Irlandais devancent la Belgique et l’Écosse mais restent à la merci de la Bulgarie, qui reçoit l’Écosse pour son dernier match. Le but de l’Écossais Gary Mackay en toute fin de match envoie l'Irlande à l'Euro. Pour leur premier match ils battent l'Angleterre à Stuttgart (1-0, but de  Ray Houghton), ce qui représente alors un exploit retentissant[21], puis ils font match nul avec les Soviétiques à Hannovre (1-1, ouverture du score de Ronnie Whelan). Lors du dernier match, décisif, face aux Pays-Bas, ils s'inclinent en toute fin de rencontre, alors qu'un match nul leur assurait une place en demi-finale. Les Pays-Bas remportent finalement le tournoi, en battant en finale l'Union soviétique.

Lors des qualifications pour la Coupe du monde 1990, les Irlandais réalisent une série historique de cinq victoires d'affilée - face à l'Espagne, l'Irlande du Nord, la Hongrie et Malte, deux fois - qui lui ouvre les portes du tournoi. En phase de groupe, ils obtiennent trois matchs nuls face à l'Angleterre, l'Égypte et les Pays-Bas, qui les qualifient pour les huitièmes de finale. Au bout d'un nouveau match nul face à la Roumanie, les Irlandais se qualifient aux tirs au but, grâce aux gestes décisifs de Packie Bonner et David O'Leary. Opposés à l'Italie, pays-hôte, en quart de finale à Rome, les Irlandais s'inclinent 1-0, après un but de Salvatore Schillaci à la 38e minute de jeu. La délégation irlandaise obtient pendant le tournoi une audience avec le pape Jean-Paul II, ce qu'elle est la seule à faire[22].

L'Irlande, bien qu'invaincue, est devancée par l'Angleterre dans la course à l'Euro 1992. Deux ans plus tard, elle assure sa qualification pour la Coupe du monde aux États-Unis grâce à un match nul en Irlande du Nord, ne devançant le Danemark, champion d'Europe en titre, qu'au nombre de buts inscrits. Lors de leur premier match, les Irlandais retrouvent l'Italie, leur vainqueur en 1990, et l'emportent (1-0) au Giants Stadium près de New York City. Ils s'inclinent ensuite face au Mexique (2-1) dans le climat chaud et humide du Citrus Bowl d'Orlando en Floride. Un match nul face à la Norvège (0-0) leur ouvre une nouvelle fois les portes des huitièmes de finale (toutes les équipes terminant avec trois points et une différence de buts nulle, elles sont départagées au nombre de buts marqués !). L'Irlande s'incline logiquement face aux Pays-Bas (2-0).

Les qualifications pour l'Euro 1996, organisé en Angleterre, sont plus compliquées. Devancée largement par le Portugal, l'Irlande ne devance l'Irlande du Nord qu'à la différence de buts et doit passer par un match de barrage face aux Pays-Bas. Ces derniers l'emportent 2-0, au stade Anfield à Liverpool. Cette défaite est le dernier match de Jack Charlton sur le banc[15].

Quelques succès et le déclin (1996-2007)

L'ancien capitaine de la sélection Mick McCarthy prend la suite de Charlton. L'Irlande manque cependant la qualification pour les deux grands tournois suivants. Deuxième de son groupe de qualification pour la Coupe du monde 1998 derrière la Roumanie, elle doit affronter en barrage la Belgique qui l'emporte au bout d'un duel serré (1-1, 1-2)[15]. La FIFA récompense en fin d'année les supporteurs irlandais en leur attribuant collectivement le prix du fair-play pour leur comportement exemplaire, notamment lors de ce barrage[23]. Pour l'Euro 2000, l'Irlande termine de nouveau à la deuxième place de son groupe, derrière la RF de Yougoslavie, à cause d'un but encaissé à la dernière minute lors du dernier match en Macédoine. Elle doit affronter cette fois la Turquie en barrage[15]. . Tenu en échec à Dublin (1-1), les Irlandais concèdent un match nul et vierge à Istanbul qui qualifient leurs adversaires en vertu de la règle des buts marqués à l'extérieur. L'attaquant Tony Cascarino, recordman du nombre de sélections avec l'Irlande, qui se trouve impliqué dans une bagarre après le match, confirme sa retraite internationale[24],[15],[25].

Pour la Coupe du monde 2002, l'Irlande termine encore une fois à la deuxième place de son groupe, devancée seulement par le Portugal à la différence de buts, après sept victoires et trois matchs nuls en dix matchs[15]. En barrage, l''Irlande affronte cette fois l'Iran, troisième sélection d'Asie. Elle l'emporte à Dublin grâce à Ian Harte (sur penalty) et Robbie Keane (2-0) et résiste au retour, devant 100 000 spectateurs à Téhéran, où elle ne s'incline qu'un but à zéro[15]. L'Irlande fait son retour en Coupe du monde mais perd peu avant son capitaine emblématique Roy Keane, renvoyé en Europe après un conflit avec McCarthy[26]. Pendant la compétition, les Irlandais obtiennent deux matchs nuls face au Cameroun et à l'Allemagne puis battent l'Arabie saoudite (3-0)[27],[28],[29]. En huitième de finale face à l'Espagne, Robbie Keane égalise à la dernière minute du temps réglementaire. La qualification se joue aux tirs au but, remportés par les Espagnols (3-2)[30].

Les mauvais résultats au début des qualifications de l'Euro 2004 conduisent au départ de McCarthy, remplacé par Brian Kerr. Ce dernier n'obtient pas de meilleurs résultats et se voit renvoyé en , alors que la sélection a manqué la qualification pour la Coupe du monde 2006[31],[32]. Kerr est remplacé par Steve Staunton, assisté de Bobby Robson[33]. Avec lui, les résultats de la sélection sont inconstants, à l’image d'une sévère et humiliante défaite à Chypre (2-5)[34], et conduisent à un nouvel échec dans la course à l'Euro 2008, où l'Irlande est largement distancée par l'Allemagne et la République tchèque. Staunton est renvoyé en [35].

Les années Trapattoni (2008-2013)

Les Irlandais célèbrent leur qualification à l'Euro 2012.

L'Italien Giovanni Trapattoni, un des entraîneurs les plus réputés et expérimentés d'Europe, est nommé en [36]. L'Irlande termine invaincue de son groupe de qualification pour la Coupe du monde 2010, mais avec seulement quatre victoires, elle doit passer par un barrage face à la France[37]. Battus chez eux à Dublin (1-0), les Irlandais dominent largement le match retour. Alors qu'ils mènent 1-0 en fin de match, les Français égalisent par William Gallas, qui profite d'une action de jeu marquée par une main de Thierry Henry[38]. L'action et le résultat du barrage font scandale[39].

Le match retour, joué le au Stade de France, est marqué par la polémique puisque le but égalisateur des Français sera entaché d'une main de Thierry Henry qui a fait scandale tant en France qu'en Irlande[40],[41]. L'Irlande est éliminée et demande à rejouer le match pour cause de tricherie. La FIFA refusera de faire rejouer la rencontre en disant que cela faisait partie du jeu et que l'arbitre n'avait pas vu la main du Français. En , John Delaney, directeur-général de la Fédération irlandaise (FAI), a confirmé que la FIFA avait effectué un versement d'argent à son instance pour éviter une procédure judiciaire après cette élimination controversée[42].

Un nouveau scandale va ternir deux ans plus tard la qualification pour l'Euro 2012. Devancée par la Russie, l'Irlande joue un dernier match décisif contre la surprenante équipe d'Arménie à domicile contre laquelle un match nul suffit pour une qualification aux barrages. L'Irlande accomplit sa mission avec une victoire à domicile très controversée. En effet, l'arbitre espagnol Eduardo Gonzalez expulse dès le début du match le gardien arménien pour une main en dehors de la surface de réparation alors que le ralenti démontre que le contact a eu lieu avec la poitrine et non la main. L'Irlandais Simon Cox a, quant à lui, touché le ballon avec sa main sur l'action ce qui aurait dû donner un coup franc arménien[43]. Cox a, après le match, reconnu sa main non sifflée[44]. L'Arménie a ensuite été contrainte de remplacer son gardien par un autre de 19 ans inexpérimenté qui a disputé son premier match de façon inattendue et qui a réalisé deux fautes de mains aboutissant aux deux buts irlandais de la victoire (2-1). Certains supporters arméniens y ont vu une tentative des instances de contrebalancer la main de Thierry Henry. L'Arménie est éliminée et demande à rejouer le match pour cause de tricherie, mais les protestations de la fédération arménienne n'ont pas abouti[45]. L'arbitre Gonzalez a démissionné après ce scandale[46].

Sous la houlette de Giovanni Trapattoni, en poste depuis 2008, les Irlandais sont éliminés dès le 1er tour de l'Euro 2012 avec un zéro pointé, dans un groupe toutefois relevé qui comportait l'Espagne tenante du titre et championne du monde sortante, l'Italie et la Croatie. Trapattoni cède sa place l'année suivante au Nord-irlandais Martin O'Neill.

Depuis 2013

Absents de la Coupe du monde 2014, les Irlandais se distinguent durant les qualifications à l'Euro 2016 en battant l'Allemagne, championne du monde en titre, 1-0 à Dublin[47]. Néanmoins cette victoire de prestige s'avère insuffisante pour accrocher une place directe à l'Euro. L'Irlande, toutefois, se qualifie pour l'Euro 2016 en battant en barrages la Bosnie-Herzégovine (1-1 à l'extérieur à l'aller, victoire 2-0 à domicile au retour). Ils passent le 1er tour parmi les 4 meilleurs 3e de groupe avec 4 points, au sein d'une poule difficile qui comprenait la Belgique, l'Italie et la Suède ; avant d'être éliminé en huitièmes de finale par les futurs vice-champions d'Europe français (1-2), malgré une ouverture du score précoce (2e minute) sur un penalty transformé par Robbie Brady.

Pour les qualifications à la Coupe du Monde 2018, Les Irlandais sont placés dans le groupe D avec la Serbie, Le pays de Galles (demi-finaliste de l'Euro 2016), L'Autriche, La Géorgie et la Moldavie. Les hommes en vert ne perdent qu'un seul match, une rencontre à domicile contre la Serbie (0-1), un match crucial qui leur fait perdre la première place du groupe. Ils doivent alors disputer à nouveau les barrages de qualifications. L'Irlande affronte le Danemark qui est en tête de série lors du tirage au sort. Après un nul vierge au match aller à l'extérieur, ils subissent une lourde défaite (1-5) à domicile, malgré l'ouverture du score, qui les élimine de la Coupe du monde en Russie.

Placée dans le groupe D lors des éliminatoires de l'Euro 2021, l'Irlande termine 3e derrière la Suisse et le Danemark directement qualifiés, avec un bilan de 3 victoires, 4 nuls et une défaite (0-2 en Suisse). Les hommes en vert ont encaissé peu de buts mais aussi peiné à en inscrire, à l'instar de courtes victoires à l'aller comme au retour contre Gibraltar (1-0 à l'extérieur, 2-0 à domicile). Elle obtient toutefois la possibilité de disputer des matchs de barrages du fait de la qualification directe d'un grand nombre d'équipes présentes dans la Ligue B lors de l'édition 2018-2019 de Ligue des nations et doit d'abord éliminer à l'extérieur la Slovaquie pour pouvoir disputer ensuite une finale de barrage à nouveau à l'extérieur ; contre l'Irlande du Nord, tombeur surprise dans le même temps de la Bosnie à Sarajevo à l'issue des tirs au but ; aux allures de derby. Mais le match est fermé et ne permet pas de départager les 2 équipes (0-0 au bout de 120 minutes), avant de se solder finalement par une qualification slovaque au bout du suspense là aussi à l'issue de la séance de tirs au but (2 t.a.b. à 4), Alan Browne et Matt Doherty ayant manqué leurs tentatives. L'Irlande ne réussit pas à enchaîner une 3e participation consécutive à une phase finale de Championnat d'Europe.

Dans le groupe 4 de la Ligue B lors de l'édition 2018-2019 de Ligue des nations, l'Irlande finit dernière de sa poule avec 2 matchs nuls (à chaque fois sur un score de 0-0 contre le Danemark) et 2 défaites (à chaque fois contre le Pays de Galles, 1-4 à l'extérieur à l'aller, 0-1 à domicile au retour). Du fait du changement de format décidé par l'UEFA, l'Irlande évite la relégation en Ligue C. Une relégation qu'elle évite à nouveau lors de l'édition suivante, où elle figure à nouveau dans le même groupe qu'il y a 2 ans et à nouveau en compagnie du Pays de Galles, mais également avec la Finlande et la Bulgarie, 2 promus de Ligue C. En effet, les hommes en vert terminent 3e du groupe sans gagner de match (3 nuls, 3 défaites) et avec une attaque peu prolifique (un seul but inscrit), mais devant les Bulgares avec un point de plus que leur rival, notamment grâce à un match nul arraché lors du match aller à Sofia contre ces derniers dans les arrêts de jeu de la partie (1-1, égalisation de Shane Duffy à la 94e minute).

Identité

Emblème

  • Logo jusqu'en 2023.
    Logo jusqu'en 2023.
  • Logo depuis 2023.
    Logo depuis 2023.

Couleurs

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Joueurs irlandais en 2010 contre l'Algérie.

Traditionnellement, les Irlandais évoluent à domicile avec un maillot vert, un short blanc et des bas verts. Le second maillot reprend généralement le motif inverse (blanc-vert-blanc), mais peut aussi s'en éloigner, à l'exemple du maillot orange utilisé à la fin des années 1990, du maillot gris du [48] ou du maillot noir rayé de vert porté notamment en finale de la Nations Cup en 2011[49],[50]

L'équipementier de la sélection est Umbro depuis 1994. En 2009, la marque et la fédération signent un contrat pérennisant leur collaboration jusqu'en 2020[51].

Maillots « domicile »

Classic

1978–83

1983–84

1984–85

1985

1988

1990[52]

1994

1998

2002[53]

2004

2006

2012

2015
Maillots « extérieur »

1990

1994

2010

2012[54]

2013

2015

Résultats

Palmarès

Le tableau suivant liste le palmarès de l’équipe d'Irlande de football dans les différentes compétitions internationales officielles.

Palmarès de l’équipe d'Irlande en compétition
Coupe du monde Compétitions continentales Jeux olympiques Tournois amicaux
  • Nations Cup
    • Vainqueur : 2011.

Compétitions internationales

L’équipe irlandaise s'est qualifiée à trois des vingt et une phases finales de Coupe du Monde de s'étant tenues de 1930 à 2018. L'Irlande réussit sa meilleure performance lors de sa première participation, en 1990, en atteignant les quarts de finale de la compétition, où elle est éliminée par la nation hôte, l'Italie. Les deux autres fois, en 1994 et 2002, l'Irlande atteint les huitièmes de finale.

Entre 1960 et 2016, la sélection irlandaise participe à trois des quinze phases finales de Championnat d'Europe. La sélection irlandaise dispute son premier match de qualification le face à la Tchécoslovaquie. Lors de ses deux premières participations, l'Irlande ne parvient pas à passer le premier tour, terminant troisième de son groupe en 1988 et dernière en 2012. La sélection réussit pour la première fois à s'extraire de la phase de poules lors de l'Euro 2016[55].

Coupe du monde

Parcours de l'équipe d'Irlande en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrite Drapeau de l'Allemagne 1974 Non qualifiée Drapeau d'Afrique du Sud 2010 Non qualifiée
Drapeau de l'Italie 1934 Non qualifiée Drapeau de l'Argentine 1978 Non qualifiée Drapeau du Brésil 2014 Non qualifiée
Drapeau de la France 1938 Non qualifiée Drapeau de l'Espagne 1982 Non qualifiée Drapeau de la Russie 2018 Non qualifiée
Drapeau du Brésil 1950 Non qualifiée Drapeau du Mexique 1986 Non qualifiée 2022 Non qualifiée
Drapeau de la Suisse 1954 Non qualifiée Drapeau de l'Italie 1990 Quarts de finale Drapeau du Canada Drapeau des États-Unis Drapeau du Mexique 2026 À venir
Drapeau de la Suède 1958 Non qualifiée Drapeau des États-Unis 1994 Huitièmes de finale Drapeau de l'Argentine Drapeau du Paraguay Drapeau de l'Uruguay

Drapeau de l'Espagne Drapeau du Portugal Drapeau du Maroc 2030

À venir
Drapeau du Chili 1962 Non qualifiée Drapeau de la France 1998 Non qualifiée Drapeau de l'Arabie saoudite 2034 À venir
Drapeau de l'Angleterre 1966 Non qualifiée Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Huitièmes de finale
Drapeau du Mexique 1970 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 2006 Non qualifiée

Championnat d'Europe

Parcours de l'équipe d'Irlande au Championnat d'Europe
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de la France 1960 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 1988 1er tour Drapeau de la France 2016 Huitièmes de finale
Drapeau de l'Espagne 1964 Non qualifiée Drapeau de la Suède 1992 Non qualifiée 2020 Non qualifiée
Drapeau de l'Italie 1968 Non qualifiée Drapeau de l'Angleterre 1996 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 2024 Non qualifiée
Drapeau de la Belgique 1972 Non qualifiée Drapeau de la Belgique Drapeau des Pays-Bas 2000 Non qualifiée 2028 Pays hôte
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie 1976 Non qualifiée Drapeau du Portugal 2004 Non qualifiée 2032 À venir
Drapeau de l'Italie 1980 Non qualifiée Drapeau de l'Autriche Drapeau de la Suisse 2008 Non qualifiée
Drapeau de la France 1984 Non qualifiée Drapeau de la Pologne Drapeau de l'Ukraine 2012 1er tour

Ligue des nations

Parcours en Ligue des nations
Édition Ligue Phase de Groupe Phase finale
Class. M V N D bp bc Pays hôte Résultat M V N D bp bc
2018-2019 en stagnation B 3/3 4 0 2 2 1 5 2019 Inéligible
2020-2021 en stagnation B 3/4 6 0 3 3 1 4 2021 Inéligible
2022-2023 en stagnation B 3/4 6 2 1 3 8 7 2023 Inéligible
2024-2025 B /4 0 0 0 0 0 0 2025 Inéligible
Total 16 2 6 8 10 16 Total 0 0 0 0 0 0

Classement FIFA

Depuis l'introduction du classement mondial de la FIFA en 1993, l'Irlande a navigué entre la 70e place, son pire classement annuel, atteint en 2014, et la 6e place, atteinte en [56].

Classement FIFA de l'équipe de république d'Irlande
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023
Classement mondial 10 9 28 36 47 56 35 31 17 14 14 12 24 49 35 38 35 36 22 42 67 64 31 23 32 33 34 42 47 48 60

Infrastructures

Depuis 2010, les matchs à domicile de l'équipe Irlandaise de football se déroulent à l'Aviva Stadium. Auparavant les matchs à domicile se déroulaient à Dalymount Park puis à Lansdowne Road.

Personnalités

Sélectionneurs

Giovanni Trapattoni, sélectionneur de 2008 à 2013.

Meagan, MickMick Meagan (en) est en 1969 le premier sélectionneur appointé de l'Irlande. Auparavant, la sélection est dirigée par un comité de direction, dont la direction est confiée à successivement à l’Écossais Doug Livingstone (1951-1953) puis aux Irlandais Alex Stevenson (1953-1955), Johnny Carey (1955-1967), Noel Cantwell et Charlie Hurley (1967-1969).

Statistiques des sélectionneurs de l'Irlande[57]
Tableau mis à jour le
Entraîneur Période J G N P bp bc V% Qualifications
Livingstone, DougDoug Livingstone 1951-1953
Stevenson, AlexAlex Stevenson (en) 1953-1955
Carrey, JohnnyJohnny Carrey (en) 1957-1967
Hurley, CharlieCharlie Hurley
Noel Cantwell
1967-1969
Meagan, MickMick Meagan (en) 1969-1971 12 0 3 9 7 26 0
Tuohy, LiamLiam Tuohy 1971-1973 10 3 1 6 11 20 30
Thomas, SeánSeán Thomas (intérim) 1973 1 0 1 0 1 1 0
Giles, JohnnyJohnny Giles 1973-1980 36 13 9 14 48 45 36,11
Kelly Sr, AlanAlan Kelly Sr (intérim) 1980 1 1 0 0 2 0 100
Hand, EoinEoin Hand 1980-1985 39 11 9 19 47 56 28,2
Charlton, JackJack Charlton 1986-1995 93 46 30 17 127 63 49,46 Euro 1988 et Coupes du monde 1990 et 1994
McCarthy, MickMick McCarthy 1996-2002 68 29 20 19 112 66 42,64 Coupe du monde 2002
Givens, DonDon Givens (intérim) 2002 3 0 2 1 2 3 0
Brian Kerr 2003-2005 33 18 11 4 39 20 54,54
Staunton, SteveSteve Staunton 2006-2007 17 6 6 5 24 19 35,29
Givens, DonDon Givens (intérim) 2007-2008 3 0 2 1 2 3 0
Trapattoni, GiovanniGiovanni Trapattoni 2008-2013 64 26 22 16 86 64 40,6 Euro 2012
King, NoelNoel King 2013 (intérim)[58] 2 1 0 1 3 4 50
O'Neill, MartinMartin O'Neill 2013[59]-2018[60] 55 19 20 16 68 56 34,54 Euro 2016
Mick McCarthy 2018-2020 10 5 4 1 13 7 50
Stephen Kenny 2020-2023 40 11 12 17 48 43 27,5
John O'Shea (intérim) 2024 3 1 1 1 2 2
Heimir Hallgrimsson 2024- 0 0 0 0 0 0

Parmi les sélectionneurs, plusieurs n'ont été que des intérimaires, des entraîneurs nommés pour faire face à une actualité pressante nécessitant la présente d'un sélectionneur, mais nommé en attendant une décision définitive de la fédération irlandaise. Le premier a été Seán Thomas nommé à la suite de la démission de Liam Tuohy. Il n'officie sur le banc irlandais que pour une seule rencontre en Norvège. Don Givens, lui, l'a été à deux reprises. Alors qu'il était l'entraîneur des moins de 21 ans, il prend en main l'équipe nationale une première fois en 2002 puis une deuxième fois en 2007-2008[61].

Joueurs emblématiques

Les 10 joueurs les plus capés au
Rang Sélections Joueur Carrière Buts
1 146 Robbie Keane 1998-2016 68
2 134 Shay Given 1996-2016 0
3 118 John O'Shea 2001-2013 3
4 110 Kevin Kilbane 1997-2012 8
5 103 James McClean 2012-2023 11
6 102 Steve Staunton 1989-2002 7
7 100 Damien Duff 1997-2012 8
8 93 Aiden McGeady 2004-2017 5
9 91 Niall Quinn 1986-2002 21
Glenn Whelan 2008-2019 2
Meilleurs buteurs au
Rang Buts Joueur Carrière Sélections Ratio
1 68 Robbie Keane 1998-2016 146 0,47
2 21 Niall Quinn 1986-2002 91 0,23
3 20 Frank Stapleton 1977-1990 71 0,28
4 19 Don Givens 1969-1982 56 0,34
John Aldridge 1986-1997 69 0,28
Tony Cascarino 1986-2000 88 0,22
7 17 Shane Long 2007-2021 0,2
8 14 Noel Cantwell 1954-1967 36 0,39
Jonathan Walters 2010-2018 54 0,26
Kevin Doyle 2006-2017 63 0,22

Effectif actuel

Effectif et encadrement de l'équipe de république d'Irlande
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Kelleher, CaoimhínCaoimhín Kelleher  (25 ans) 12 0 Liverpool FC 2021
16 G O'Leary, MaxMax O'Leary  (27 ans) 0 0 Bristol City 2024
23 G Harrington, DavidDavid Harrington  (24 ans) 0 0 Fleetwood Town 2024
2 D Coleman, SeamusSeamus Coleman Capitaine  (35 ans) 69 1 Everton 2011
3 D Stevens, EndaEnda Stevens  (34 ans) 26 0 Stoke City 2018
4 D Duffy, ShaneShane Duffy  (32 ans) 60 7 Norwich City 2014
5 D O'Shea, DaraDara O'Shea  (35 ans) 22 0 Burnley FC 2020
7 D Doherty, MattMatt Doherty  (32 ans) 43 2 Wolverhampton Wanderers 2018
15 D Scales, LiamLiam Scales  (25 ans) 3 0 Celtic 2023
22 D O'Brien, JakeJake O'Brien  (23 ans) 0 0 Olympique lyonnais 2024
25 D Lawal, OlabosunOlabosun Lawal  (21 ans) 0 0 Celtic 2024
6 M Cullen, JoshJosh Cullen  (28 ans) 32 0 Burnley FC 2019
8 M Smallbone, WillWill Smallbone  (24 ans) 8 0 Stoke City 2023
11 M Brady, RobbieRobbie Brady  (32 ans) 60 9 Preston North End 2012
12 M O'Dowda, CallumCallum O'Dowda  (29 ans) 27 1 Cardiff City 2016
13 M Sykes, MarkMark Sykes  (26 ans) 3 0 Bristol City 2023
17 M Knight, JasonJason Knight  (23 ans) 26 1 Bristol City 2020
18 M McGrath, JamieJamie McGrath  (27 ans) 11 0 Aberdeen 2021
21 M Szmodics, SammieSammie Szmodics  (28 ans) 2 0 Blackburn Rovers 2024
24 M Azaz, FinnFinn Azaz  (23 ans) 1 0 Middlesbrough 2024
9 A Obafemi, MichaelMichael Obafemi  (24 ans) 11 2 Burnley FC 2018
10 A Idah, AdamAdam Idah  (23 ans) 24 3 Norwich City 2020
14 A Johnston, MichaelMichael Johnston  (25 ans) 10 2 West Bromwich Albion 2023
19 A Cannon, TomTom Cannon  (21 ans) 0 0 Leicester City 2024
20 A Parrott, TroyTroy Parrott  (22 ans) 21 4 Excelsior Rotterdam 2019
Sélectionneur

John O'Shea

Sélectionneur(s) adjoint(s)


Préparateur(s) physique(s)

Entraîneur(s) des gardiens

Kinésithérapeute(s)



Légende
  • G : Gardien de but
  • D : Défenseur
  • M : Milieu de terrain
  • A : Attaquant
  • Capitaine : Capitaine


Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Republic of Ireland national football team » (voir la liste des auteurs).

Notes

Références

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le ).
  2. « Heimir Hallgrimsson (ex-Jamaïque) nommé nouveau sélectionneur de l'Irlande », sur L'Equipe, (consulté le ).
  3. a et b Byrne, Peter (1996)
  4. (en) Tadhg Carey, « Ireland's footballers at the Paris Olympics, 1924 », History Ireland, vol. 20, no 4,‎ , p. 22-25
  5. "1924 Olympic Games at Rsssf"
  6. "History of Irish Football". clubi.ie.
  7. "United States results at Rsssf"
  8. VIII. Olympic Games Final Tournament 1924 results
  9. Bulgaria vs Irish Free State* international football match report
  10. a et b « Republic of Ireland Soccer Team Match Results : Result of Irish Football Matches 1940 to 1959 », sur soccer-ireland.com (consulté le ).
  11. "List of Dual Internationalists". nifootball.
  12. Ryan, op. cit. pg 59.
  13. « Invitation to World Cup turned down - Independent.ie », sur Independent.ie (consulté le )
  14. Byrne, op. cit., pg 68.
  15. a b c d e f g et h Leahy, Ed (10 November 2011)
  16. Nugent, Michael (20 September 2007)
  17. « Republic of Ireland Soccer Results : Result of all Irish Football Matches 1970 to 1979 », sur soccer-ireland.com (consulté le ).
  18. (en) « FAI History : 1960 - 1986 / Football Association of Ireland », sur fai.ie (consulté le ).
  19. "Iceland Triangular Tournament 1986"
  20. SOCCER; "Ireland Brings Cup Team With an English Accent to America", The New York Times, 29 May 1994.
  21. (en) « England v Republic of Ireland: Memorable meetings down the years », Daily Mail Online, (consulté le )
  22. "Italia '90 Revisited". entertainment.ie. 16 October 2008.
  23. "Irish Fans win FIFA Fair Play Award"
  24. « Tony Cascarino en retraite internationale », sur Libération.fr (consulté le )
  25. « 15 years on: Remembering Ireland’s play-off heartbreak against Turkey », sur The42 (consulté le )
  26. "PLUS: SOCCER; Ireland's Top Player Is Told to Go Home"
  27. "Rep of Ireland v Cameroon photos"
  28. Kelso, Paul (6 June 2002)
  29. "Ireland stroll into last 16"
  30. O'Neill, Sean (17 June 2002)
  31. Hayward, Paul (7 November 2002)
  32. "Sacked Kerr aims for job abroad"
  33. "Irish management duo confirmed"
  34. "Ireland humiliated by Cyprus"
  35. "FAI & Staunton part company"
  36. Hodges, Vicki (13 February 2008)
  37. "FIFA.com"
  38. "Massive injustice for boys in green as ref howler sends French to South Africa"
  39. "Fifa to seed countries for play-off draw"
  40. Erwan Le Duc, « Sur un hold-up, les Bleus arrachent leur billet pour la Coupe du monde », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  41. « Sondage: Etes-vous favorable à ce que le match France-Irlande soit rejoué ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  42. « La Fifa a payé la Fédération irlandaise pour éviter un procès sur la main de Thierry Henry », sur L'Équipe.fr, (consulté le ).
  43. « Euro 2012 qual. – Armenia file protest over keeper's red card », Yahoo! Sport (consulté le )
  44. « Ireland 2 – 1 Armenia. Cox admits cheating! », YouTube.com (consulté le )
  45. Michael Klopman, « Valeri Aleksanyan Own Goal: Armenia Player Makes Embarrassing Play Against Ireland (VIDEO) », Huffingtonpost.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (hy) « Իտուրալդե Գոնսալեսն ավարտում է մրցավարի կարիերան », sport.news.am (consulté le )
  47. « L'Allemagne surprise par l'Irlande à Dublin », sur 7sur7.be, (consulté le ).
  48. « Wales 2–2 Ireland », RTÉ Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Keane fires home Nations Cup winner », The Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. Lyle Jackson, « Italy 0–2 Republic of Ireland », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. « FAI and Umbro agree new sponsorship deal », RTÉ Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. « A modern history of Ireland jerseys in 58 pictures », sur The42 (consulté le ).
  53. « Old Republic of Ireland football shirts and soccer jerseys », sur oldfootballshirts.com (consulté le ).
  54. (en) Sportsfile, « Sportsfile - Three launches the new Umbro Ireland away jersey Photos / page 1 », sur sportsfile.com (consulté le ).
  55. Germain Arrigoni, « Euro 2016 - Groupe E : l'Irlande bat l'Italie et s'offre un 8e contre la France », sur francebleu.fr,
  56. Classement FIFA de l'Irlande, FIFA.com
  57. (en) « MANAGERS → managed Ireland national team », sur eu-football.info (consulté le )
  58. (en) Macdara Ferris, « King appointed interim Ireland manager », extratime.ie, (consulté le )
  59. (en) thescore.ie, « It’s official: O’Neill and Keane confirmed as Ireland’s new double act », the score.ie, (consulté le )
  60. « Irlande : Martin O'Neill et Roy Keane ne dirigent plus la sélection », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  61. (en) Tommy Healy, « A history of Ireland's caretaker managers », sur extratime.com, (consulté le ).

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Équipe de république d'Irlande de football, sur Wikimedia Commons
  • Site officiel
  • Ressource relative au sportVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Transfermarkt
v · m
Organismes et structures
Compétitions
Masculines
Féminines
Disparues
Sélections
Masculines
Féminines
Distinctions
Divers
v · m
Équipe de république d'Irlande de football
Généralités
Par année
Adversaire et matchs
Par compétition
Coupe du monde
  • 1930
  • 1934
  • 1938
  • 1950
  • 1954
  • 1958
  • 1962
  • 1966
  • 1970
  • 1974
  • 1978
  • 1982
  • 1986
  • 1990
  • 1994
  • 1998
  • 2002
  • 2006
  • 2010
  • 2014
  • 2018
  • 2022
Champ. d'Europe
  • 1960
  • 1964
  • 1968
  • 1972
  • 1976
  • 1980
  • 1984
  • 1988
  • 1992
  • 1996
  • 2000
  • 2004
  • 2008
  • 2012
  • 2016
  • 2020
  • 2024
Jeux olympiques
  • 1924
En grisé, l'équipe de république d'Irlande ne dispute pas la compétition en question.
v · m
Équipes nationales masculines de l'UEFA
Équipes actuelles
Équipes disparues
  • icône décorative Portail du football
  • icône décorative Portail de l’Irlande